Tillabéri (région)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tillabéri.
Tillabéri
Localisation de la région au Niger
Localisation de la région au Niger
Administration
Pays Drapeau du Niger Niger
Type Région
Capitale Tillabéri
Démographie
Population 2 715 186 hab. (2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Superficie 97 251 km2

La région de Tillabéri (ou Tillabéry) est située au sud-ouest de la République du Niger. Elle couvre une superficie de 97 251 km2 (97 506 km2 avec la Communauté Urbaine de Niamey enclavée), soit 7,7 % du pays.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle est limitée :

La communauté urbaine de Niamey est enclavée dans la région.

Relief et environnement[modifier | modifier le code]

Le Niger dans le département de Kollo, près de Niamey.

La région es traversée par le fleuve Niger. C’est un plateau à environ 250 d’altitude coupés par des cours d’eau temporaires (Gorouol, Sirba) ou permanents (Mékrou, Tapoa). À l’est, dans le département de Filingué, elle comprend une partie de la vallée du Dallol Bosso, empreinte du cours d’eau fossile de l’Azawak.

Le Parc national du W du Niger est situé dans l'extrême sud de la région et s'étend sur le Burkina Faso et le Bénin. La partie nord-ouest de la région (départements de Ouallam et de Filingué) est une région de savane.

Climat[modifier | modifier le code]

La région connait un climat est de type sahélien, chaud et relativement humide avec 540 mm de précipitations à Niamey. Elle ne reçoit cependant pas une goutte de pluie pendant plus de 4 mois par an, et les précipitations sont irrégulières.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Les départements de la région de Tillabéri.

Selon le découpage territorial de 2002, la région de Tillabéri est subdivisée en 6 départements eux-mêmes subdivisés en communes urbaines et rurales[1]. Les populations sont des estimations 2011 :

Département de Filingué :

  • Superficie : 26 217 km2
  • Population : 553 127 hab
  • Chef-lieu : Filingué
  • Communes urbaines : Filingué.
  • Communes rurales : Abala, Imanan, Kourefeye Centre, Sanam, Tagazar, Tondikandia.

Département de Kollo :

  • Superficie : 10 002 km2
  • Population : 443 371 hab
  • Chef-lieu : Kollo
  • Communes urbaines : Kollo.
  • Communes rurales : Bitinkodji (Saga Fondo), Dantchandou, Hamdallaye, Karma, Kirtachi, Kouré, Liboré, N’Dounga, Namaro, Youri (Kourtéré).

Département de Ouallam :

  • Superficie : 22 093 km2
  • Population : 383 632 hab
  • Chef-lieu : Ouallam
  • Communes urbaines : Ouallam.
  • Communes rurales : Banibangou, Dingazi, Simiri, Tondikiwindi.

Département de Say :

  • Superficie : 14 430 km2
  • Population : 316 439 hab
  • Chef-lieu : Say
  • Communes urbaines : Say.
  • Communes rurales : Ouro Guélédjo, Tamou, Torodi.

Département de Téra :

  • Superficie : 15 794 km2
  • Population : 579 658 hab
  • Chef-lieu : Téra
  • Communes urbaines : Téra.
  • Communes rurales : Bankilaré, Dargol, Diagourou, Gorouol, Gothéye, Kokorou, Mehana.

Département de Tillabéri :

  • Superficie : 8 715 km2
  • Population : 295 898 hab
  • Chef-lieu : Tillabéri
  • Communes urbaines : Tillabéri.
  • Communes rurales : Anzourou, Ayérou, Bibiyergou, Dessa, Inates, Kourteye, Sakoira, Sinder.

Population[modifier | modifier le code]

Tenues traditionnelles Djerma.

La région était peuplée de 2 572 125 habitants en 2011[2].

La population est composée principalement de Djermas (63,6 %), de Peuls (12,6 %), de Touaregs (11,1 %) et d'Haoussas (10,5 %) [3].

Économie[modifier | modifier le code]

Aménagements[modifier | modifier le code]

En 2008 a été lancée officiellement la construction du Barrage de Kandadji [4] sur le fleuve Niger à Dessa (au sud d’Ayérou), pour une mise en service en 2013. Les travaux ont réellement commencés en 2011 [5], et la fin est espérée pour 2016. La longueur du barrage sera de 8,5 km et la capacité du réservoir de 1,569 km3. Les objectifs sont :

  • assurer un débit d’étiage de 120 m3/s sur le fleuve Niger,
  • sécuriser l’alimentation en eau potable de l’agglomération de Niamey,
  • mettre en valeur par l’irrigation environ 45 000 ha,
  • produire de l’électricité avec une puissance 125 MW pour une production annuelle de 629 GWh.

Agriculture, élevage et pêche[modifier | modifier le code]

Le niveau des précipitations et la présence du fleuve Niger et de quelques affluents en font une région propice pour l'agriculture dans la partie sud-ouest. La région produit 75 % du riz du pays, 18 % du mil, du sorgho, des cultures maraîchères [6].

La région élève 21 % des bovins du pays, 19 % des ânes, 14 % des ovins et 13 % des chèvres.

La pêche est pratiquée sur le fleuve Niger. La région est la première productrice de poisson du pays, mais la production est irrégulière.

Industrie minière[modifier | modifier le code]

L’or

La Société des mines du Liptako (SML), coentreprise entre la SEMAFO et l’état Nigérien, exploite la mine d’or de Samira Hill, dans le département de Téra, près de la frontière du Burkina Faso à environ 100 km à l’ouest de Niamey.

La production de la mine est estimée à environ 1 320 kilogrammes d'or en 2011 [7]. L'orpaillage artisanal est aussi pratiqué dans la région.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Eléphants dans le Parc du W.

Le parc national du W et la vallée du Niger constituent le deuxième pôle touristique du pays après la région d'Agadez [8].

Transport et communication[modifier | modifier le code]

Réseau routier

La région bénéficie du réseau en étoile partant de Niamey :

Aéroports

La région est desservie par l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le parc national du W du Niger, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, jouit d'une grande diversité de milieux : humide près du Niger, forêt sèche et savane, ainsi que d'une grand variété animale et végétale.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut National de la Statistique du Niger : Annuaire statistique des cinquante ans d’indépendance du Niger, p. 49.
  2. Institut National de la Statistique du Niger : Le Niger en chiffres 2011, p. 23
  3. Institut National de la Statistique du Niger : Annuaire statistique des cinquante ans d’indépendance du Niger, p. 63
  4. Banque Africaine de Développement (BAD) : Programme Kandadji
  5. Le Monde : Au Niger, un barrage pour réguler le débit déclinant du fleuve
  6. Institut National de la Statistique du Niger : Annuaire statistique des cinquante ans d’indépendance du Niger, p. 257
  7. OpenOil : La Mine de Samira Hill
  8. France-Niger : Tourisme