Tilemann Hesshus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tilemann Heshusius

Tilemann Hesshus, ou Hesshusen, Heshusius, Hesshusen, Heshusen, né le 3 novembre 1527 à Wesel et mort le 25 septembre 1588 à Helmstedt, est un théologien luthérien allemand.

Dans sa jeunesse, Hesshus voyagea en France, en Angleterre, au Danemark et en Allemagne, avant de rendre à Wittenberg où il devint maître ès-arts en 1550.

Il se rendit bientôt célèbre comme prédicateur et, en 1552, fut nommé pasteur de Goslar à l’âge vingt-cinq ans avant de recevoir son doctorat en théologie en 1553.

Son esprit et son humeur lui suscitèrent néanmoins toujours des conflits avec les autorités qui l’empêchèrent de s’attarder dans n'importe quel poste. En vain, son ami Melanchthon lui fit-il obtenir plusieurs situations avantageuses, le faisant nommer, alors qu’il n’avait pas trente ans, professeur de théologie à Heidelberg, surintendant du Palatinat et président du synode, poste qu’il perdit au bout de deux ans, en 1559, après une polémique amère avec Kiebitz sur la doctrine de la Cène.

La même controverse l’occupa encore avec Hardenberg à Brême. Après avoir cherché refuge dans sa ville natale, il en fut chassé en 1564 pour avoir écrit son Unterschied zwischen d. wahren katholischen Lehre d. Kirche u. z. d. Irrtümern d. Papisten v. d. römischen Antichrists, qui déplut hautement au gouvernement.

Après diverses fortunes, il fut nommé évêque de Sameland en 1573 mais, après avoir suscité une grande opposition avec ses doctrines, qui furent condamnées par un synode en 1577, lui-même fut chassé du pays peu après. Peu de temps après, Chemnitz devait lui obtenir son dernier poste comme principal professeur de théologie à l’université d'Helmstedt, où il est mort.

Hesshus fut, pendant toute sa carrière de controversiste, un partisan convaincu du luthéranisme extrême contre les synergistes mélanchthoniens. Après avoir initialement souscrit, en 1578 à la Formule de Concorde signée en 1577, il s'y opposa en arguant que certains changements y avaient effectués avant la publication. Sous son influence, l’université d’Helmstedt retira sa sanction à la formule.

Les plus importants de ses écrits sont :

  • Commentar ü. d. Psalmen ;
  • De justificatione peccatoris coram Deo (1587) ;
  • Examen Theologicum (Helmstedt, 1586)

Sources[modifier | modifier le code]

  • John McClintock, James Strong, t. IV, Cyclopædia opf biblical, theological, and ecclesiastical literature, New York, Harper & Brothers, 1883, p. 221-2.