Tigurins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Tigurins (Tigurini) sont un peuple celte faisant partie des Helvètes. Leur territoire originel se situait en Wurtemberg qu'ils ont dû quitter lors de la migration des Suèves.

Origines[modifier | modifier le code]

Les Tigurins, selon la terminologie adoptée au XIXe siècle par Amédée Thierry, seraient des Helvètes qui auraient fait partie des peuples Kimris et plus précisément des Kimro-Teutons[1]. Cette terminologie n'est plus considérée aujourd'hui comme pertinente.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monument à Trévoux dans l'Ain, hommage au 1er régiment de fusiliers marins libérant la ville le 3 septembre 1944. Il fait le parallèle avec une des premières batailles de la guerre des Gaules, opposant les Tigurins aux troupes de César.

Les Tigurins participèrent à la guerre des Cimbres, aux côtés des Cimbres et des Teutons vers 120 av. J.-C., comme le décrit un historien du XIXe siècle, Jules Michelet :

« Des peuples jusque-là inconnus aux Romains, des Cimbres et des Teutons des bords de la Baltique, (...) étaient descendus vers le midi. Ils avaient ravagé toute l'Illyrie, battu, aux portes de l'Italie, un général romain[2], et tourné les Alpes vers l'Helvétie dont les principales populations, Ombriens ou Ambrons, Tigurins (Zurich) et Tughènes (Zug) grossirent leur horde. Tous ensemble pénétrèrent dans la Gaule, au nombre de trois cent mille guerriers ; leurs familles,vieillards, femmes et enfans, suivaient dans des chariots. Au nord de la Gaule, ils trouvèrent d'anciennes tribus cimbriques et leur laissèrent, dit-on, en dépôt une partie de leur butin. Mais la Gaule centrale fut dévastée, brûlée, affamée sur leur passage. Les populations des campagnes se réfugièrent dans les villes pour laisser passer le torrent et furent réduites à une telle disette, qu'on essaya de se nourrir de chair humaine. (...) Les Barbares, enhardis, voulaient franchir les Alpes. ils agitaient seulement pour savoir si les Romains seraient réduits en esclavage ou exterminés[3]. »

Il fallut attendre la bataille de Pourrières en 102 av. J.-C., pour que Marius puisse enfin battre cette coalition de peuples barbares, qui avaient ravagé entre temps la Péninsule Ibérique.

Les Tigurins ont connu un chef célèbre, Divico, qui s'illustra en Gaule transalpine contre les Romains. Dans une bataille qui a lieu vers la frontière des Allobroges en l'an 107 av. J.-C., il battit le consul Lucius Cassius et son lieutenant Pison et força leurs soldats à passer sous le joug.

Notons cependant qu'il est erroné de penser que les Tigurins ont laissé leur nom à la ville de Zurich. Cette confusion vient de la ressemblance (lointaine) avec Vicus Turicum (Zurich).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amédée Thierry," Histoire des Gaulois depuis les temps les plus reculés jusqu'à l'entière soumission de la Gaule à la domination romaine", consultable http://www.mediterranee-antique.info/Auteurs/Fichiers/TUV/Thierry_Amedee/Histoire_Gaulois/HG_201.htm
  2. Gnaeus Papirius Carbo (consul en -113)
  3. Jules Michelet, "Histoire romaine", première partie, 1883, consultable http://books.google.fr/books?id=TdUIS6cceK4C&pg=PA191&lpg=PA191&dq=Tugh%C3%A8nes&source=bl&ots=_5whX9H9vl&sig=unbGWJuBMwrQxA0DBscZPVMhIhQ&hl=fr&sa=X&ei=7JtIT5vFE8KB8gOso9iTDg&ved=0CCUQ6AEwAQ#v=onepage&q=Tugh%C3%A8nes&f=false