Tiffauges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tiffauges
L'église vue du château de Tiffauges.
L'église vue du château de Tiffauges.
Blason de Tiffauges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Mortagne-sur-Sèvre
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Mortagne-sur-Sèvre
Maire
Mandat
Michel Blanchet
2014-2020
Code postal 85130
Code commune 85293
Démographie
Gentilé Teiphaliens
Population
municipale
1 529 hab. (2011)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 52″ N 1° 06′ 36″ O / 47.0144444444, -1.11 ()47° 00′ 52″ Nord 1° 06′ 36″ Ouest / 47.0144444444, -1.11 ()  
Altitude Min. 42 m – Max. 113 m
Superficie 9,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Tiffauges

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Tiffauges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tiffauges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tiffauges

Tiffauges est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tiffauges est géographiquement située au nord-est de la Vendée, limitrophe au département du Maine-et-Loire, elle est coupée par la route départementale D753 qui va de Cholet à Saint-Jean-de-Monts.Tiffauges se situe à 18 km de Les Herbiers, 16 km de Montaigu, et 20 km de Cholet. Tiffauges est implantée au confluent de deux rivières : la Sèvre nantaise et la Crûme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Tiffauges doit son nom aux Taïfales (ou Teiphales), un peuple -"barbare" pour les Romains- incorporé à la défense de l’Empire romain qui s'y serait établi au Ve siècle[1]. Les Taïfales étaient arrivés en Gaule en 412 avec les Wisigoths.

Au XIe siècle, Tiffauges appartenait aux vicomtes de Thouars et c'est Geoffroy de Thouars qui construit le château au XIIe siècle. Le village situé le long de la Crume, au pied du promontoire était protégé par un rempart muni de tours.

Tiffauges est la dot de Catherine de Thouars qui épouse Gilles de Rais en 1420. À la fin du XVe siècle la seigneurie de Tiffauges était rattachée à la vicomté de Thouars qui appartenait à la famille d'Amboise. Après l'épopée aux côtés de Jeanne d'Arc Gilles de Rais se retire à Tiffauges où ses excès vont jusqu'au meurtre d'enfants. Il est condamné, brulé et Catherine de Thouars se remarie avec Jean II de Vendôme, vidame de Chartres. Celui-ci fait élever en 1520 la tour qui porte en son honneur le nom de tour du Vidame.

Le château est incendié en 1569 et démantelé par ordonnance royale en 1626.

Le château joue encore un rôle dans la bataille de Torfou, dernière victoire vendéenne, le 19 septembre 1793[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur semé de fleurs de lys d'or, au franc-quartier cousu de gueules chargé d'une épée haute d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2014 Jean-Pierre Giraud[Note 1],[3] MPF employé en produits pharmaceutiques
2014 en cours Michel Blanchet Sans étiquette agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 529 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
210 653 784 847 941 916 948 960 978
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 091 1 164 1 205 1 200 1 179 1 220 1 298 1 296 1 156
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 152 1 178 1 094 1 126 1 098 980 1 034 1 027 1 027
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
1 052 1 121 1 188 1 208 1 328 1 460 1 479 1 529 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 17,8 %, plus de 60 ans = 17,6 %) ;
  • 48 % de femmes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 21,5 %).
Pyramide des âges à Tiffauges en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
4,3 
75 à 89 ans
7,6 
13,0 
60 à 74 ans
13,2 
17,8 
45 à 59 ans
19,2 
24,3 
30 à 44 ans
21,4 
16,9 
15 à 29 ans
14,2 
23,4 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie[modifier | modifier le code]

- L'entreprise Lussault, fabriquant d'horloges, particulièrement d'horloges d'églises à cloches et d’horloges pour châteaux, est implantée à Tiffauges.

- L'usine CTS Cousin-Tessier, transformateur de plastique, qui employait 215 personnes[1] en 2011.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Tiffauges
Horloge de l'église d'Ascain

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gilles de Rais (1404-1440) maréchal de France
  • Pierre Pasquiet (1958-), en religion Père Vassili, Archimandrite du monastère de la Sainte Trinité de Tcheboksary (Russie)

Dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Le personnage principal du "Roi des Aulnes", roman de Michel Tournier ayant obtenu le Prix Goncourt en 1970, s'appelle Abel Tiffauges. Le sujet du roman est en lien indirect avec les agissements de Gilles de Rais.
  • En octobre 2008 est sorti l'album du groupe de Black Metal Symphonique Cradle of Filth : Godspeed on the Devil's Thunder, celui-ci a pour thème principal la vie de Gilles de Rais, et Tiffauges est le titre de la cinquième piste de cet album.
  • Dans le jeu vidéo "Shadow Hearts 2: Covenant", le héros, Yuri, à l'opportunité de se rendre dans le château de Tiffauges pour y rencontrer la divinité "Amon" afin d'obtenir ses pouvoirs. Le château ne peut être traversé que par tout un jeu de miroirs à travers lesquels il faut passer, et est hanté par les fantômes des nombreux jeunes enfants qui y sont morts.
  • Le groupe de Black Metal poitevin Quintessence sort son deuxième album Le Bourreau de Tiffauges, en février 2011.
  • Dans la série de livres fantastique jeunesse "Les Revenants", Jean Molla fait de Tiffauges et du château de Gilles de Rais le point culminant de l'intrigue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995, 2001 et 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yves Blomme, Poitou gothique, éditions Picard, 1993, ISBN 2-7084-0439-3
  2. Poitou gothique,Yves Blomme, éditions Picard, 1993, ISBN 2-7084-0439-3
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 6 mai 2011)
  7. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 21 juin 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Aubert, Le Vieux Tiffauges, Sitol-Guibert, 1976, 158 p.
  • Association Culturelle du château de Tiffauges (d'après A. Billaud), Le Château de Gilles de Rais et son histoire, 2001, 68 p.
  • Paul Marchegay, « Recherches sur les seigneurs de Tiffauges (1099-1789) », in Annuaire départemental de la Société d'émulation de la Vendée, 19e année, (2e année de la 2e série), La Roche-sur-Yon, L. Gasté imprimeur, 1872, p. 183-226, [lire en ligne].
  • Paul Plessy :
    • « La papeterie à Tiffauges en Vendée », in Le Marcheton, no 9, 2011, p. 65-76.
    • « Tiffauges en Vendée, Histoire d'un site industriel sur la Sèvre Nantaise », in Amis du Vieux Tiffauges, 2009, 51 p. 1 tableau, 72 ill.
  • Louis Prével, « Histoire de Tiffauges », in Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-inférieure, t. 14, 1875, p. 151-176, [lire en ligne] ; t. 15, 1876, p. 175-198, [lire en ligne] Nantes, imprimerie de Vincent Forest & Émile Grimaud.
  • Noël Roul, Jean-Pierre Brégeon, Château de Tiffauges, Chartrier de Thouars, 1255-1647, B.R.A.H.M. 2008, 48 p.
  • Rousseau (abbé), Tiffauges, Gilles de Retz dit Barbe bleue, (P.)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :