Tiercé (jeu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiercé.
trifecta

Le tiercé est un principe original de pari hippique, pratiqué en pari mutuel, dans lequel le parieur est invité à pronostiquer les trois chevaux arrivés en tête d’une course soit dans l’ordre pour un gain maximal soit dans un ordre différent.

Créé en 1954, invention d’André Carrus, créateur et directeur emblématique du PMU, le tiercé s’imposa comme le roi des paris. Connaissant un large succès populaire, il lança la dynamique du PMU, appelé à devenir premier opérateur européen de paris hippiques et deuxième opérateur mondial. Le tiercé fut le premier d’une longue série de paris de combinaison et fut suivi, notamment, par le Quarté puis le Quinté +.

Histoire[modifier | modifier le code]

André Carrus, polytechnicien, animateur de la Compagnie du Pari Mutuel, partenaire historique des Sociétés de courses hippiques pour l’exploitation du pari mutuel est à l’origine de la création en 1930 du PMU, contributeur essentiel au financement de la filière hippique.

Les Sociétés de Courses, soucieuses de développer les moyens d’encouragement à l’élevage, demandèrent en 1953 à la direction du PMU d’étudier les mesures propres à accroître le volume des enjeux recueillis.

Déjà, en 1950, le pari Couplé consistant à combiner 2 par 2 les chevaux d’une même épreuve, avait permis de tripler en trois ans le volume des enjeux du PMU. S’appuyant sur cette constatation, André Carrus suggère de renforcer la difficulté en conviant les parieurs à désigner les chevaux classés aux trois premières places d’une épreuve choisie. Ainsi naquit le Tiercé. Mais ce mode de pari, aussi attrayant soit-il (et les résultats dès le début confirmèrent l’engouement du public), n’aurait jamais connu le succès que l’on sait s’il n’avait aussi découvert le procédé simple et facile permettant aux parieurs d’enregistrer leurs paris en un minimum de temps et aux services régionaux et centraux de les traiter et contrôler efficacement. Avec le tiercé, le « bordereau perforé », la « pince à encocher », les « valideuses » et les « aiguilles à trier » étaient nés.

Le tiercé entama sa carrière à Paris le 22 janvier 1954 dans le Prix Uranie. Le volume des enjeux du PMU connut un boom : de 50 millions d’euros, dernière année avant le tiercé, il passa à 203 millions d’euros en 6 ans, pour atteindre les 2 300 millions d’euros en 1980.

La petite histoire voudrait qu'André Carrus ait développé le tiercé en passant devant une petite quincaillerie de Boulogne-Billancourt où l'un des employés (un certain Guy Lux) avait mis en place un système de pari mutuel avec récompenses en bons d'achat dans le magasin[1].

Inventions[modifier | modifier le code]

Le nombre T de combinaisons distinctes possibles croît rapidement avec le nombre (n) de partants puisqu’il se calcule par la formule n x (n-1) x (n-2). C’est ainsi que pour dix partants, « T » est égal à 720 combinaisons, et pour 20 partants, il atteint 6 840 combinaisons. Trouver dans l’ordre exact d’arrivée les trois premiers chevaux d’une course de 20 partants s’avère un problème aussi difficile que de trouver le gagnant d’une course de 6 840 chevaux (s’il était possible de les faire courir ensemble sur la piste d’un hippodrome…).

Le parieur ayant désigné le cheval classé premier recevait un rapport gagnant théorique égal à 20 fois sa mise (pour 20 partants). Le parieur ayant désigné les deux premiers chevaux de la course recevait un rapport théorique couplé égal à 380 fois sa mise. Mais celui qui désignait dans l’ordre exact les trois premiers chevaux de la course se voyait attribuer un rapport tiercé de 6 840 fois sa mise. Le nouveau pari offrait donc aux parieurs l’espérance de rapports encore plus substantiels que ceux du pari couplé, déjà très apprécié du public. En raison de la difficulté du problème, André Carrus suggérait l’adoption d’un « rapport de consolation » aux parieurs qui auraient désigné les trois premiers chevaux de la course mais dans le désordre, ce rapport devant au maximum être de 1/5e du rapport correspondant à l’ordre exact d’arrivée.

Convaincue du succès certain que ne manquerait pas de susciter ce nouveau mode de pari, la direction du PMU conseilla de choisir comme course devant servir de support une épreuve bien dotée, comportant autant que possible un nombre élevé de partants et dont les conditions donneraient à chaque concurrent des chances sensiblement équivalentes.

Testé en région parisienne, le tiercé rencontra aussitôt la faveur du public et fut étendu à toutes les régions. Soucieux de réduire les longues files d’attente dans les bureaux du PMU, André Carrus instaura dès 1957 un système « self-service » constitué par des bordereaux perforés permettant aux parieurs, après avoir préparé eux-mêmes leurs paris, de les faire rapidement enregistrer par simple estampillage. Parallèlement, un système de formule combinée leur permettant d’enregistrer sur un même ticket tous les tiercés pouvant être formés fut offert comme facilité complémentaire aux parieurs. Toutes ces inventions de modernisation ont permis de multiplier par cent le nombre de paris enregistrés lors d’une même période de temps.

Retombées[modifier | modifier le code]

Les prélèvements exercés sur le tiercé se sont accrus parallèlement au volume des enjeux. Ils ont ainsi procuré à la filière hippique ainsi qu’à l’État, des ressources considérables permettant l’amélioration de l’élevage des chevaux français ainsi que des dotations de courses élevées favorisant le prestige international des courses françaises.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Guy Lux par Thierry Ardisson dans l'émission Double jeu.[1]