Tic de langage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TIC.

En linguistique, un tic de langage se dit de certaines habitudes de langage, machinales ou inconscientes, contraires à la grammaire et plus ou moins ridicules, que l'on a contractées sans s'en apercevoir. Manière de s'exprimer, qui relève du procédé ou de la manie.

Description[modifier | modifier le code]

Les professionnels de la communication appellent généralement ces tics des « mots béquilles »[1] ou « mots tuteurs ». Ils semblent avoir plusieurs fonctions :

  • permettre la respiration du locuteur (il peut ainsi réfléchir, se détacher de son propre discours tout en le maintenant) ;
  • éviter de se mettre en avant, en utilisant des phrases sans contenus ou génériques (ex : « c'est clair ») ;
  • montrer l'appartenance à un groupe sociologique ou générationnel référant[1] (ex : « nonobstant » ; « ça gère »[1]).

Depuis 2011, dans la rubrique « Dire, ne pas dire » de son site internet[2], l'Académie française sensibilise le grand public sur les fautes et abus de langage les plus courants du français contemporain. Elle pointe les emplois fautifs (par exemple : « au final »), les néologismes et anglicismes, les extensions de sens abusives, mais s'efforce aussi de redonner vie, dans la partie « Bonheurs et surprises de la langue française », à des termes en voie de disparition.

Exemples[modifier | modifier le code]

Usage général[modifier | modifier le code]

En politique[modifier | modifier le code]

Dans le monde politique français, les tics de langage, comme dans la population générale, sont nombreux[3].

  • Nicolas Sarkozy est renommé pour son utilisation approximative de la langue française, et pour les nombreux tics de langage qui parsèment ses discours et ses interventions politiques[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les tics de langage, ces petits mots-moteurs », émission « Modes de vies », sur le site franceinfo.fr, 10 octobre 2011.
  2. « L'Académie française s'attaque aux tics de langage », Vousnousils, l'e-mag de l'éducation, 16 novembre 2011.
  3. « Les nouveaux poli-tics de langage », Titiou Lecoq, Slate.fr - 14 avril 2010.
  4. « Les mots de Nicolas Sarkozy , un langage de rupture », Thierry Cabarrus sur le site suite101.fr - 8 juillet 2013.
  5. « Sarkozy à l'aise au « Petit Journal » », Le Parisien.fr - 17 mars 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]