Thury-Harcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thury-Harcourt
Image illustrative de l'article Thury-Harcourt
Blason de Thury-Harcourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Thury-Harcourt
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Suisse Normande
Maire
Mandat
Paul Chandelier
2014-2020
Code postal 14220
Code commune 14689
Démographie
Population
municipale
2 032 hab. (2011)
Densité 415 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 05″ N 0° 28′ 23″ O / 48.9847222222, -0.47305555555648° 59′ 05″ Nord 0° 28′ 23″ Ouest / 48.9847222222, -0.473055555556  
Altitude Min. 18 m – Max. 156 m
Superficie 4,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Thury-Harcourt

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Thury-Harcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thury-Harcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thury-Harcourt
Liens
Site web www.thury-harcourt.fr

Thury-Harcourt est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 2 032 habitants[Note 1].

Située dans la vallée de la rivière l’Orne, ses environs très vallonnés comme à Clécy, ou bien à la Roche d'Oëtre sont un contraste saisissant avec le plateau de Caen situé plus au nord. Cette Suisse normande, faite de collines, attire les visiteurs en raison des nombreuses activités sportives qui peuvent y être pratiquées.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se situe à vingt-quatre kilomètres au sud de Caen, dans la vallée de l’Orne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous les formes latinisées Torei vers 1000 et Turium vers 1150[1].

Ces formes anciennes sont semblables à celle des noms de type Tauriac, Thoiry, Thoré, Thorey, etc. toutes issues d'un anthroponyme gallo-roman Taurus ou Torus, suivi du suffixe -i-acum indiquant la propriété.

C'est ce nom de "Thury" que criaient les barons révoltés contre le pouvoir ducal à la bataille du Val-ès-Dunes et non point « Thor aïe » (Thor aide !) selon une explication légendaire tenace.[réf. nécessaire]

Le nom de Harcourt a été ajouté référence à Henry d'Harcourt qui tirait justement son titre du village normand de Harcourt (aujourd'hui dans le département de l'Eure).

Le nom ancien est Thury, mais le marquisat de Thury fut érigé en duché-pairie au bénéfice de Henry d’Harcourt, marquis de Thury sous le nom de « duché de Harcourt » en 1709[2], induisant une modification du nom.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune reprit le nom de Thury[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIIe siècle, plusieurs familles s’établissent au Canada. Avec eux s’en va le curé de la paroisse, l’abbé Lesueur. Ils fondent la paroisse Saint-Sauveur de Québec. Parmi eux, Pierre Legardeur, général de la flotte de la Nouvelle-France, donne son nom aux villes de Legardeur et de Repentigny, province de Québec.

Le 15 mai 1873, la gare de Croisilles-Harcourt est ouverte sur la ligne Caen - Cerisy-Belle-Étoile reliant Caen à Laval par Flers.

La ville fut détruite à 75 % pendant la bataille de Normandie, en juillet 1944.

La Flèche, dans la Sarthe est la ville marraine de guerre 1939-1945 de Thury-Harcourt.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thury-Harcourt

Les armes de la commune de Thury-Harcourt se blasonnent ainsi :
De gueules aux deux fasces d'or[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1954 Richard Prentout   Médecin
1954 1954 Robert Gautier   Notaire
1954 1970 Roger Bellair   Pharmacien
1971 2001 Jacques Gautier   Notaire
2001 en cours Paul Chandelier[5] DVD Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.
La vallée de l’Orne décrit une courbe en fer à cheval à proximité de Thury-Harcourt.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et cinq adjoints[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 032 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 077 977 957 1 011 1 005 991 984 1 069 1 077
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 111 1 310 1 280 1 479 1 190 1 137 1 161 1 124 1 113
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 127 1 110 1 065 1 034 975 955 1 008 715 1 169
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 191 1 190 1 363 1 586 1 803 1 825 1 813 1 818 2 022
2011 - - - - - - - -
2 032 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade du château de Thury-Harcourt
Église Saint Sauveur
C’est en 1635 qu’Odet d'Harcourt édifie sur les ruines d'un château médiéval cette demeure. Elle sera agrandie en 1714 et 1723.
Lors de son déplacement pour l’inauguration du Port militaire de Cherbourg, Louis XVI y effectue un court séjour (juin 1785).
Lors des combats qui suivent le débarquement allié en Normandie, le village est bombardé une première fois le 30 juin 1944. Le château est épargné. Ce n'est qu’après des combats acharnés contre la 59e division britannique (13/14 août 1944) que l’occupant évacue le bourg et incendie le château qui jusqu’alors n’avait que peu souffert. Avec lui ont disparu une grande partie des archives publiques de Normandie, une bibliothèque de près de 15 000 ouvrages, des centaines de tableaux de famille et un mobilier de grande valeur.
Il ne reste aujourd’hui que le pavillon central de ce monument qui comptait 264 fenêtres !
  • Église romane du XIIe siècle placée sous le vocable saint Sauveur. Monument situé au centre du bourg, il a souffert des bombardements de l’été 1944. Seule subsistait la nef ! Sauvée de la destruction lors de la reconstruction, l’église est aujourd’hui restaurée à l’image de ce qu’elle était avant guerre.
  • La gare qui fut aussi détruite pendant l’été 1944, a été reconstruite dans les années 1950. La ligne de transport des passagers a été ouverte en 1873 et fermée en 1971. Le transport de marchandises a été arrêté en 1983.

Un train touristique reliant Louvigny (près de Caen) à Clécy a circulé avec succès de 1991 à 1994.

  • Village de Saint-Benin rattaché à Thury-Harcourt en 1858. Église romane des XIIIe et XIVe siècles. Le chœur de style ogival est en bon état de conservation, mais la nef a disparu dans un incendie au XIXe siècle. Construction en calcaire et schiste. Toiture en bâtière, sommet surmonté d’une croix de pignon. La tour clocher est soutenue par quatre piliers du XIIIe siècle ornés de motifs dits à godrons. Ils représentent des visages humains. Les oiseaux s’entremêlant rappellent les motifs des livres d’enluminures.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Buste de Paul Héroult

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[8].
  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris 1979, p. 670
  2. Célestin Hippeau, « Le gouvernement de Normandie au XVIIe et XVIIIe siècles, d'après la correspondance inédite des marquis de Beuvron et des ducs d'Harcourt, gouverneurs et lieutenants-généraux de cette province » dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Caen, Hardel, 1862, pp. 223–250
  3. Notice de Thury-Harcourt sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 27 juillet 2012.
  4. « GASO, la banque du blason - Thury-Harcourt Calvados » (consulté le 6 décembre 2011)
  5. a et b Réélection 2014 : « Thury-Harcourt (14220) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 27 mai 2014)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Thury-Harcourt sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :