Thumbelina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thumbelina
Image illustrative de l'article Thumbelina
Thumbelina en 2008

Race Cheval miniature américain
Taille 44,5 cm[1].
Sexe Jument
Robe Alezane
Naissance 1er mai 2001
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Goose Creek Farms
Propriétaire Kay, Paul et Michael Goessling

Thumbelina (née le 1er mai 2001) est une jument alezane naine de race miniature américaine, portant le titre de « plus petit cheval du monde » depuis le 7 juillet 2006. Propriété de Kay et Paul Goessling, ainsi que de leur fils Michael, elle a vu le jour dans leur élevage de Goose Creek Farms à Ladue, dans le Missouri. Alors âgée de 5 ans, elle mesure 44,5 cm de haut pour 26 kg, soit la taille et le poids d'un chien moyen, ce qui lui permet de recevoir officiellement son titre dans le livre Guinness des records, en automne 2006.

Depuis cette reconnaissance, Thumbelina a acquis la célébrité en effectuant des tournées dans les hôpitaux en faveur des enfants malades, sur tout le territoire des États-Unis, grâce à l'association qui s'est montée autour d'elle, la Thumbelina Charitable Foundation. Sa popularité s'est étendue au monde entier, au point qu'elle compterait, selon ses propriétaires, des dizaines de millions de fans dans plus de 150 pays.

Cette petite jument est en réalité atteinte de nanisme déformant, une maladie à l'origine de sa taille et de ses particularités physiques.

Histoire de Thumbelina[modifier | modifier le code]

Un cheval miniature mesure habituellement environ 85 cm de haut.

L'histoire de Thumbelina commence au milieu des années 1990 lorsque Kay Goessling débute un élevage équin spécialisé dans les chevaux miniatures américains à Ladue, à côté de Saint-Louis, dans le Missouri, aux États-Unis. Il le nomme Goose Creek Farms[2]. Habituellement, les animaux qu'élèvent Kay et Paul Goessling toisent de 71 à 97 cm[3] (85 cm en moyenne) au garrot une fois adultes[2] et Goose Creek Farms compte une cinquantaine de chevaux miniatures stationnés sur place toute l'année[4].

Naissance[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Morphologie du cheval et nanisme.

Thumbelina naît le 1er mai 2001 à Goose Creek Farms. Sa naissance est compliquée et l'animal pèse 3,9 kg pour une taille de 25 cm à la naissance (alors qu'un poulain miniature fait habituellement entre 6,5 et 11,5 kg pour une taille de 40 à 55 cm), ce qui correspond à la hauteur d'un chihuahua adulte et au poids d'un nouveau-né humain[5]. C'est également une surprise car aucun animal dans sa généalogie ne semble atteint de nanisme[1].

Elle présente des difficultés à s'alimenter et semble maladive et fragile[5]. Kay et Paul Goessling savent immédiatement que cette jument n'atteindra jamais une taille « normale » et pensent qu'elle ne survivra pas longtemps[5],[2]. Ils la baptisent « Thumbelina » en référence au conte célèbre de Hans Christian Andersen, La Petite Poucette (Thumbelina en anglais), qui doit surmonter de nombreuses épreuves en dépit de sa petite taille[3].

Croissance[modifier | modifier le code]

Thumbelina surprend ses éleveurs et propriétaires en se comportant peu à peu comme un poulain normal, et en recouvrant une bonne santé[6]. Ils commencent à réaliser qu'ils possèdent peut-être le plus petit cheval au monde lorsqu'elle cesse de grandir à l'âge d'un an[2] : il s'agit alors du plus petit cheval de cet âge qu'ils n'aient jamais vu[7]. La jument joue avec des chiens et semble apprécier leur compagnie davantage que celle des chevaux[2], elle est par ailleurs réputée avoir adopté la niche d'un chien en lieu et place d'une écurie[1]. Son alimentation est étroitement surveillée, et se compose habituellement d'une poignée de foin et d'une tasse de grain, deux fois par jour[2].

Certification[modifier | modifier le code]

Thumbelina doit sa notoriété et son statut de « plus petit cheval du monde » à Michael Goessling, qui, lorsque la petite jument est considérée comme adulte, à trois ans, pense qu'« il serait amusant de voir si elle serait qualifiée comme plus petit cheval du monde, car le précédent plus petit cheval, également un nain, est légèrement plus grand ». Le vétérinaire qui suit Thumbelina remplit les papiers nécessaires pour les envoyer au siège du Livre Guinness des records, à Londres. Le 7 juillet 2006[8], le personnel du livre Guinness homologue officiellement Thumbelina comme « plus petit cheval du monde »[2],[9],[10] et en automne de la même année, elle est incluse au livre, avec une taille de 44,5 cm[11],[2],[3], ce qui fait d'elle à la fois le plus petit cheval vivant au monde et le plus petit cheval ayant jamais existé[12]. Sa photo figure dans l'édition 2008 du livre Guinness, à côté de Radar, le plus grand cheval vivant du monde à la même époque[13].

Célébrité[modifier | modifier le code]

Depuis sa certification, l'intérêt pour cet animal particulier s'est étendu à tous les États-Unis, puis au monde. Michael Goessling, qui s'en occupe[6], affirme « ne jamais vouloir la vendre, quel que soit le prix proposé »[2]. Thumbelina effectue régulièrement des tournées dans les hôpitaux américains[11], ainsi que des présentations sur les plateaux de télévision. Une association s'est montée autour d'elle le 2 janvier 2007, la Thumbelina Charitable Foundation, qui organise le Children's Thumbelina Tour en faveur des enfants malades[1]. Cette petite jument, elle aussi malade, adorerait en effet la compagnie des enfants d'après ses propriétaires[14].

En 2007, le Children's Thumbelina Tour, parti de Louisville le 1er mai durant la semaine du Kentucky Derby, aurait compté un passage dans 48 États différents, parcourant 37 000 miles, visitant plus de 180 lieux différents, et rencontrant 20 000 enfants jusqu'au mois de novembre[1],[12], avec pour but de rassembler un million de dollars en faveur des enfants malades dans l'année[15]. Au 3 novembre 2007, le chiffre de 100 000 dollars est annoncé[16]. Le tour s'effectue principalement dans des unités pédiatriques de soin du cancer, des centres pour grands brûlés, et des musées américains. Une « Thumbymobile » est créée spécialement pour les déplacements de Thumbelina sur le territoire des États-Unis. L'un des organisateurs des déplacements de la petite jument, qui s'occupe par ailleurs d'un groupe de rock, affirme que Thumbelina est plus simple à gérer que des musiciens[17],[18].

D'après la Thumbelina Charitable Foundation, la petite jument compte des dizaines de millions de fans, en particulier parmi les enfants, répartis dans plus de 150 pays. Le but affiché des tournées de Thumbelina est de venir en aide aux enfants en leur permettant de rencontrer la petite jument et de connaître ainsi « un moment de joie ». Une partie des gains glanés durant les tournées ou grâce à la vente de produits dérivés est reversée à des associations en faveur des enfants malades, ou victimes de violence. Les propriétaires de Thumbelina mettent en avant l'analogie entre leur petite jument, qu'ils présentent comme une battante qui a survécu à de nombreuses épreuves et qui accomplit désormais de grandes choses, et les enfants malades. Cette célébrité est relayée par des centaines d'articles de presse et de reportages à la télévision, particulièrement aux États-Unis[19],[20],[21] au point que, selon ses propriétaires, Thumbelina serait devenue « l'un des animaux vivants les plus célèbres au monde »[1].

En dehors de ces tournées, la petite jument retrouve son élevage de Goose Creek Farms où elle est élevée comme tout cheval[6]. Il est possible qu'elle perde son record car un jeune cheval miniature nommé Einstein, né le 5 avril 2010 avec une taille de 35,6 cm, a été signalé. Toutefois, le personnel du livre Guinness des records attend que l'animal ait 4 ans révolus et soit donc parfaitement adulte avant d'envisager de l'homologuer[22]. Les propriétaires d'Einstein réclament une catégorie spéciale pour les chevaux non-atteints de nanisme, et soulignent dans une interview donnée à Sky News que leur poulain est « parfaitement sain », contrairement à Thumbelina[23]. La vidéo d'Einstein a été vue plus de 400 000 fois sur YouTube[24].

Morphologie et santé[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.
Poney noir atteint de nanisme déformant.

La taille de Thumbelina est due au nanisme, ce qui fait d'elle un cheval nain dans une race de chevaux miniatures[25]. Il s'agit donc d'une maladie, une forme de nanisme particulière aux animaux qui s'accompagne souvent de déformations physiques telles qu'un raccourcissement des membres. Ainsi, cette petite jument porte des accessoires orthopédiques pour redresser ses jambes qui sont proportionnellement beaucoup plus petites que son corps et sa tête. Le nanisme fait aussi que l'espérance de vie de Thumbelina est moindre en comparaison de celle d'un cheval « normal »[7]. Bien que Thumbelina puisse théoriquement porter des poulains, ses propriétaires ont décidé de ne pas la faire pouliner afin « d'éviter des complications pendant la grossesse »[2], et de faire en sorte que la maladie ne se propage pas, en effet, le nanisme est héréditaire[7]. Comme un certain nombre de chevaux miniatures, Thumbelina est en outre atteinte d'une malocclusion dentaire, les dents de sa mâchoire inférieure passant devant celles de sa mâchoire supérieure[26]. Toutefois, ses propriétaires mettent en avant le fait qu'elle est en parfaite santé[1].

Vue sous un certain angle, Thumbelina ressemble plus à un bison miniature ou à un porc qu'à un cheval, et son corps évoque « un tonneau posé sur de toutes petites jambes »[25]. L'existence de cette petite jument met en relief les profondes différences morphologiques existant entre les races de chevaux domestiques sous l'influence de la sélection par l'homme : alors que le shire dépasse 1,90 m au garrot et peut peser plus d'une tonne, Thumbelina dépasse à peine les 40 cm pour 26 kg[27],[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « The amazing adventures of Thumbelina », sur http://www.worldssmallesthorse.com/, Goose Creeks Farms (consulté le 3 août 2009)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Arthur Martin, « Meet Thumbelina, the world's smallest horse », sur Mail online, http://www.dailymail.co.uk/ (consulté le 3 août 2009)
  3. a, b et c Hudak 2009, p. 4
  4. Hudak 2009, p. 5
  5. a, b et c Hudak 2009, p. 6
  6. a, b et c Hudak 2009, p. 7
  7. a, b et c Hudak 2009, p. 8
  8. (en) « Guinness World's record certificate », sur http://www.worldssmallesthorse.com/ (consulté le 26 janvier 2011)
  9. (en) « Thumbelina : Ladue Horse, World's Smallest, Appears On National TV », KSDK NewsChannel 5 (consulté le 28/11/2006)
  10. Collectif 2008, p. 15
  11. a et b « Des images étonnantes du plus petit cheval du monde », LCI (consulté le 3 août 2009)
  12. a et b « Backgrounder », sur http://www.worldssmallesthorse.com/ (consulté le 26 janvier 2011)
  13. Glenday 2008
  14. « Thumbelina, cheval de poche », sur http://www.starzup.com/ (consulté le 24 décembre 2009)
  15. (en) Jeff Douglas, « World's Smallest Horse Has Tall Order », ABC News, The Associated Press.,‎ 19 mars 2007 (lire en ligne)
  16. (en) Helen Eckinger, « Thumbelina, the world's smallest horse, pays a visit to the Arnold Palmer Hospital for Children », sur Orlando Sentinel,‎ 3 novembre 2007 (consulté le 29 janvier 2011)
  17. Anderson et Anderson 2009, p. 13
  18. (ko) « Reportage à propos de Thumbelina à la télévision coréenne » [présentation en ligne]
  19. Dans The Today Show, Inside Edition, CNN, MSNBC, Live with Regis and Kelly ou encore l'émission Fox & Friends de Fox News : Voir les vidéos
  20. Voir le passage de Thumbelina sur le plateau de Good Morning America, présenté par Heidi Jones : The world's smallest horse
  21. « A short ride », New York Post,‎ 1er décembre 2006 (lire en ligne)
  22. « Is Einstein the World’s Smallest Living Horse ? », sur http://community.guinnessworldrecords.com/
  23. « Et si c'était le nouveau plus petit cheval du monde? », Le Post,‎ 27 avril 2010 (consulté le 25 janvier 2011)
  24. « Le plus petit cheval du monde ? », sur Branchez vous matin,‎ 28 avril 2010 (consulté le 29 janvier 2011)
  25. a et b (en) « World’s smallest horse », sur Bridlepath,‎ décembre 2006 (consulté le 3 août 2009)
  26. Hudak 2009, p. 9
  27. Jensen 2009, p. 137
  28. Seegert 2010, p. 110

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 mars 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.