Thorkild Jacobsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thorkild Jacobsen

Naissance 7 juin 1904
Copenhague, Danemark
Décès 2 mai 1993 (à 88 ans)
Bradford (en), États-Unis
Domicile États-Unis
Nationalité Danoise
Champs Assyriologie
Institutions Université de Chicago (1929-1962),
Université Harvard (1962-1974)
Diplôme Université de Copenhague (Master of Arts)
Université de Chicago (doctorat, 1929)
Renommé pour The Treasures of Darkness
Distinctions Guggenheim Fellowship

Thorkild Jacobsen (7 juin 19042 mai 1993) est un historien danois renommé, spécialiste en assyriologie et en littérature sumériennne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thorkild Peter Rudolph Jacobsen obtient sa maîtrise (magister philosophiæ) à l'université de Copenhague, puis part étudier aux États-Unis, à l'Institut oriental de Chicago où il obtient son doctorat.

Il commence sa carrière d'assyriologue lors de l'expédition en Irak de l’Institut oriental de Chicago de 1929-1937, et en 1946 il devient directeur de l’Oriental Institute. Il est doyen de la faculté des humanités de 1948 à 1951, et un des éditeurs de l’Assyrian Dictionary de 1955-1959, ainsi que professeur des institutions sociales de 1946 à 1962. En 1962, Jacobsen obtient le poste de professeur d'assyriologie à l'université d'Harvard, où il demeure jusqu'à sa retraite en 1974.

Il meurt à l'âge de 88 ans à Bradford (New Hampshire) (en)[1].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Sumerian King List (1939)
  • The Temple Oval at Khafajah - chapitre par Thorkild Jacobsen (1940)
  • Towards the Image of Tammuz and Other Essays on Mesopotamian History and Culture - édité par William L. Moran (1970)
  • The Treasures of Darkness: A History of Mesopotamian Religion (1976)
  • The Intellectual Adventure of Ancient Man: An Essay of Speculative Thought in the Ancient Near East (1977)
  • The Harps that Once... Sumerian Poetry in Translation (1987)

Liste partielle de ses fouilles[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Il reçut le prix Guggenheim Fellowship pour ses études sur le Proche-Orient ancien en 1968[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Thorkild Jacobsen, Scholar, Wrote of Cuneiform (New York Times. 5 mai 1993) [1]
  2. Thorkild Jacobsen. 1968, Near Eastern Studies (John Simon Guggenheim Memorial Foundation) [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]