Thoré-la-Rochette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochette.
Thoré-la-Rochette
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Vendôme-1
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Vendôme
Maire
Mandat
Thierry Benoist
2008-2014
Code postal 41100
Code commune 41259
Démographie
Gentilé Thoréens
Population
municipale
883 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 22″ N 0° 57′ 56″ E / 47.7894444444, 0.965555555556 ()47° 47′ 22″ Nord 0° 57′ 56″ Est / 47.7894444444, 0.965555555556 ()  
Altitude Min. 69 m – Max. 137 m
Superficie 10,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thoré-la-Rochette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thoré-la-Rochette

Thoré-la-Rochette est une commune française, située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre. Ses habitants s'appellent les Thoréennes et les Thoréens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Thoré-la-Rochette est située sur la vallée du Loir à 10 km à l'ouest de Vendôme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Thoré-la-Rochette est la patrie du Maréchal de Rochambeau qui s'illustra lors de la guerre d'indépendance des États-Unis, notamment lors de la victoire de Yorktown le 19 octobre 1781. Son corps repose au cimetière de la commune. Sa demeure, le château de Rochambeau est une belle demeure du XVIIIe siècle.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr thoré la rochette (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Thoré-la-Rochette se blasonnent ainsi :

D'argent au pressoir de gueules, cerclé et posé sur un socle de sable, la vis de sable chargée de trois barres d'argent, au chef bastillé de sinople de deux pièces et deux demies.

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Thoré-la-Rochette
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Thierry Benoist PS Vice-Président Cté de Communes
mars 1977 mars 2008 Claude Germain PS  
1909   Richaudeau    
1897 1909 Fichepain-Collin    
1888 1897 de Rochambeau    
1881 1888 Heme de Lacotte    
1871 1881 Marais    
1861 1871 Tessier    
1852 1861 marquis de Rochambeau    
1848 1852 Hilaire Neilz    
1833 1848 de Rochambeau    
1805 1833 Michel Hème    
1800 1805 Norguet    
1800 1800 Charles-Paul Blondel    
1796 1800 Christophe Bretau    
1791 1796 Moineaux    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 883 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
794 847 920 866 941 942 956 968 974
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
957 969 994 979 961 1 052 994 998 908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
848 863 816 737 703 707 718 744 677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
685 679 793 823 863 883 922 932 886
2011 - - - - - - - -
883 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,6 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 22,2 %) ;
  • 52,6 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 17,7 %, plus de 60 ans = 27,4 %).
Pyramide des âges à Thoré-la-Rochette en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
1,2 
7,1 
75 à 89 ans
10,1 
14,9 
60 à 74 ans
16,1 
21,5 
45 à 59 ans
17,7 
25,4 
30 à 44 ans
21,9 
15,3 
15 à 29 ans
15,3 
15,6 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Denis de Thoré-la-Rochette. Dominant le village, l'église a été reconstruite au XIXe siècle sur les fondations d'une église primitive qui datait probablement du XIe siècle et dont il ne reste que l'élégant clocher de pierre du XIIe siècle classé au patrimoine des monuments historiques. À la base du clocher restent les vestiges d'une fresque du XIVe siècle (classée).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]