Thonnance-lès-Joinville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thonnance-lès-Joinville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Joinville
Intercommunalité Communauté de communes Marne Rognon
Maire
Mandat
Simone Martin
2014-2020
Code postal 52300
Code commune 52490
Démographie
Population
municipale
809 hab. (2011)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 19″ N 5° 10′ 22″ E / 48.4552777778, 5.17277777778 ()48° 27′ 19″ Nord 5° 10′ 22″ Est / 48.4552777778, 5.17277777778 ()  
Altitude Min. 180 m – Max. 365 m
Superficie 11,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de Haute-Marne
City locator 14.svg
Thonnance-lès-Joinville

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de Haute-Marne
City locator 14.svg
Thonnance-lès-Joinville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thonnance-lès-Joinville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thonnance-lès-Joinville

Thonnance-lès-Joinville est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est un joli village de la vallée de la Marne, situé à un kilomètre à l'est de Joinville, sur la rive opposée, entre les collines de Murmont et de La Perche.

La localité est traversée par l'ancienne Route nationale 427.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tout le monde n'est pas d'accord sur l'origine du nom de Thonnance, en voici la version la plus connue. Le premier nom de Thonnance fut Vellicitas, des mots Véllicata Civitas pour sa position entre les collines. Un préfet du Prétoire des Gaules y séjourna, c'était sous le règne de l'empereur Honorius (395423), il y avait sa résidence et changea le nom de Véllici en Tonancia. C'est dans un cartulaire du chantre Warin en 863 que l'on trouve Tonancia, puis en 1265 c'est Thonnacia, 1322 Thonance, 1344 Thonnanse, 1763 Thonnance lès Joinville et au XVIIIe siècle, Thonnance sous Joinville est relevé sur une carte de Cassini.

Thonnance possédait une maison religieuse, elle appartenait aux abbayes de Joinville et de Vaux en Barrois. Cette maison fut décimée par la peste en 1636. Les malades étaient relégués dans un bois, le bois des Loges, nom des petites maisons construites en ce lieu pour héberger les malades.

Quelques dates : 863 premier nom de Thonnance ; 1360 pillage du village ; 1402, derniers descendants de la maison de Joinville habitaient encore un petit château construit au nord du village ; 1538 fin du servage ; 1544 pillages et incendies par Charles Quint ; 1636, la peste décime le village ; 1653, nouveaux incendies et pillages ; 1756, les terrains et les récoltes sont ravagés par la grêle ; 1663, le village est inondé ; 1782 la nef de l'église s'écroule ; 1786, c'est au tour du chœur de s'écrouler ; 1804, c'est presque la famine.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries de Thonnance-lès-Joinville

Le 20 octobre 1806, le conseil de Thonnance décide de changer les armes de la commune, les anciennes n’ont jamais été retrouvée, il n’est pas possible aujourd’hui de les connaître. An XII, extrait de la délibération pour la création d’un blason.

« … que pour le blason de l’écu, qui sera un champ d’azur chargé d’un V d’argent et un T d’or entrelassés, lettres initiales de l’ancien et du nouveau nom de la commune, accompagnés de trois abeilles d’argent, un en chef, et deux en abîmes, l’écu entouré d’un pampre de vigne sur lequel, et en haut de l’écu, paroîtra un écriteau portant pour devise ces mots : DURO ASSUISCE LABORI afin de perpétuer parmi les habitants dudit Thonnance, l’amour excessif du travail qui les a toujours caractérisé d’une manière particulière et pour légende, on lira autour de l’écu, Thonnance Vellicité ou les Joinville au choix de Monsieur le Préfet, Haute–Marne… »

— Sources : Archives Municipales non classées

Ce texte, découvert en 1983, a donné l’occasion à la municipalité de l’époque, dirigée par Monsieur Francis Lecomte, de ressortir de l’oubli ce blason qui, depuis, orne le papier à lettre de la Mairie bien qu'il ne respecte pas à la lettre le papier (le blason et le blasonnement ne correspondent pas).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Francis Lecomte    
mars 2001 mars 2008 Jean-Pierre Louis    
mars 2008   Simone Martin    
Les données manquantes sont à compléter.

Francis Lecomte Maire de 1983 - 2001

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 809 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
978 1 044 1 085 1 121 1 190 1 244 1 215 1 264 1 260
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 140 1 265 1 245 1 232 1 288 1 179 1 241 1 235 1 120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 200 1 202 1 200 1 096 1 185 1 096 1 010 1 041 1 019
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 004 949 862 865 922 858 831 827 809
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Possibilité de visiter de mai à début octobre « Les jardins de mon Moulin »[3], d’inspiration anglaise, avec une roseraie constituée de 500 sujets, un jardin aquatique, un jardin de fleurs blanches, un jardin médiéval et un jardin de graminées. Plus de 4 000 plantes vivaces, rosiers, hortensias, pivoines, arbres et arbustes y sont présentés sur plus de 12 000 m2. On y découvre aussi un des élément du patrimoine local haut-marnais : la fonte d'art. Cet ensemble, conçu de toute pièce en 1999 et amélioré depuis, sur le site d’un ancien moulin du XVIe siècle, est labellisé jardin remarquable par le ministère de la Culture et de la Communication. « Nocturne en musique » et « grande fête des cucurbitacées, du goût et des produits du terroir » sont organisées en ce lieu.

On peut et aussi se promener dans la campagne alentour.

Possibilité également de venir en péniche par la Marne et de s'arrêter au port prévu à cet effet.

Plusieurs éléments de l'église Saint-Didier sont classés MH au titre d’objet :

  • Sur l'orgue attribué au facteur J.B. Gavot (1835 – 1840) les éléments de la partie instrumentale : Grand abrégé, partie de la registration, sommier, soufflerie, 7 jeux[4];
  • La chaire à prêcher, en bois taillé, de style Louis XIV (datée de la fin du XVIIe siècle)[5] ;
  • La dalle funéraire d'une dame, pierre gravée avec armoiries, du XVIe siècle[6] ;
  • Plusieurs statues en pierre : un Saint-Joseph peint du XVIIe siècle[7], une Sainte-Barbe peinte du XVIe siècle[8], un Christ aux liens du XVIe siècle[9], une Vierge à l'enfant peinte du XVIIe siècle[10], un Saint-Vincent peint du XVIe siècle[11] ;
  • Plusieurs statues en bois : une Sainte-Catherine peinte du XVIIe siècle[12], une Sainte Anne et la vierge en bois polychrome doré du XVIIIe siècle[13], un Christ en croix taillé et peint du XVIIIe siècle[14] et une statuette de Vierge de l'assomption servant de bâton de procession en bois taillé, peint et doré, du XVIIIe siècle[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. Les jardins de mon Moulin. Site officiel
  4. Partie instrumentale de l’orgue protégée le 19 janvier 1980, « Notice no PM52001177 »
  5. Chaire à prêcher protégée le 3 décembre 1984, « Notice no PM52001174 »
  6. Dalle funéraire protégée le 2 avril 1908, « Notice no PM52001166 »
  7. Saint-Joseph protégé le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001168 »
  8. Sainte-Barbe protégée le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001169 »
  9. Christ aux liens protégé le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001171 »
  10. Vierge à l’enfant protégée le 6 septembre 1965, « Notice no PM52001172 »
  11. Saint-Vincent protégé le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001173 »
  12. Sainte-Catherine protégée le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001170 »
  13. Sainte Anne et la vierge protégée le 8 septembre 1965, « Notice no PM52001167 »
  14. Christ en croix protégé le 3 décembre 1984, « Notice no PM52001175 »
  15. Vierge de l'assomption protégée le 3 décembre 1984, « Notice no PM52001176 »