Technicolor (entreprise française)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « L'entreprise Thomson » redirige ici. Pour la marque Thomson, voir Thomson (marque).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Technicolor.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Technicolor (entreprise américaine).

Technicolor

Description de cette image, également commentée ci-après

Le logo de Technicolor

Création 1883
Dates clés 1996 : privatisation de Thomson
2010 : changement de nom en Technicolor
2012 : recapitalisation du groupe par Vector Capital
2013: refinancement de la dette
Forme juridique société anonyme avec PDG et conseil d'administration
Action NYSE : TCH
Euronext : TCH
Siège social Drapeau de France Issy-les-Moulineaux (France)
Direction Frédéric Rose (Directeur Général)
Rémy Sautter (Président)
Actionnaires Franklin Resources 15 %
Dodge & Cox 10 %[2]
Activité Technologies vidéo numériques
Effectif 14 639 (31 dec 2012)[1]
Site web www.technicolor.com
Capitalisation 632,46 M€ (12 Octobre 2012)[1]
Chiffre d’affaires 3,580 Md€ (2012)[1]
+3,77 % (2011-2012)
Résultat net -22 M€ (2012)[1]

Technicolor, anciennement Thomson ou Thomson Multimédia, est une entreprise française spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes de vidéo et d'image numérique destinés aux professionnels des médias, tels que les producteurs de films et les chaînes de télévision, mais aussi les opérateurs de réseaux et autres distributeurs de contenu[3].

Technicolor est l'héritière du groupe Thomson en France .Au début du XXe siècle filiale française d'un groupe américain et spécialisée dans les équipements de production et de distribution d'électricité, Thomson a évolué au fil de multiples rachats et fusions pour s'orienter vers la fabrication de matériels électroniques et audiovisuels et couper dans les années 1950 les liens qui la rattachait aux États-Unis. Connu notamment pour ses téléviseurs à partir des années 1960, Thomson partage dans les années 1980 ses activités entre deux grands secteurs : l'électronique grand public et les équipements professionnels à vocation militaire. Cette dernière branche est rattachée à sa propre entité Thomson-CSF (nom issu d'une fusion réalisée en 1968) et deviendra un groupe indépendant Thales en 2000. L'autre branche, rebaptisée Thomson Multimédia en 1995, produit initialement du matériel électronique grand public mais les difficultés rencontrées l'éloignent par la suite de ce secteur. À partir de 2005, elle se recentre uniquement sur les services et les équipements électroniques professionnels destinés au secteur des médias et du divertissement. En 2010, l'entité prend le nom Technicolor, ce qui marque la rupture avec l'ancienne marque à vocation grand public.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1883, Elihu Thomson et Edwin Houston s'associent pour créer une importante société d’électricité spécialisée dans un premier temps dans la construction de dynamos et de moteurs à courant continu puis alternatifs par la suite, la Thomson-Houston Electric Company, basée aux États-Unis et disposant de filiales internationales.

En 1892, la fusion de Thomson-Houston et Edison General Electric Company donne naissance à General Electric.

En 1893, la Compagnie française pour l'exploitation des procédés Thomson Houston (CFTH) est créée. Elle est chargée d'exploiter en France les brevets de la Thomson-Houston Electric Corporation dans le domaine alors émergeant de la production et du transport de l'électricité.

En 1919, Radio Corporation of America (RCA) et, en France, de la Compagnie générale de la télégraphie sans fil (CSF) sont créées. En 1922, Thomson-Brandt rachète à la famille de Fenoyl la Société nouvelle de la Manufacture de porcelaine de Sainte-Foy-l'Argentière laquelle disposait d'un brevet sur les isolateurs électriques en porcelaine.

En 1955, la CFTH devient française, puis change de nom en 1966 pour devenir Thomson-Brandt, suite à sa fusion avec la compagnie Hotchkiss-Brandt.

En 1966, RCA ouvre une usine de tubes cathodiques.

En 1967, Thomson-Brandt fusionne l'ensemble de ses activités d'électronique professionnelle avec la CSF. La nouvelle entité est baptisée Thomson-CSF en 1968, et Thomson-Brandt se focalise uniquement sur l'électronique grand public (téléviseurs, électroménager sous marques Brandt et Thomson). En 1976, Thomson-CSF prend le contrôle des sociétés Téléphones Ericsson et Le Matériel Téléphonique (LMT).

Nationalisation[modifier | modifier le code]

En 1982, Thomson-Brandt et Thomson-CSF sont nationalisés par le gouvernement français. En 1983, les deux entreprises sont regroupées sous le nom de Thomson. Le conglomérat qui fabrique aussi bien des lampes, des téléviseurs, de l'électroménager, des systèmes militaires, qui emploie alors plus de 100 000 employés, est proche de la faillite avant sa nationalisation en 1982. À cette époque, le groupe s'organise autour de deux pôles :

  • Le pôle orienté électronique grand public, qui deviendra Thomson Consumer Electronic Company (TCE) en 1987 (rebaptisé Thomson Multimedia en 1995), sera dissocié du groupe en 1999 et rebaptisé simplement Thomson en 2002.
  • Thomson CSF, spécialisé dans l'électronique professionnelle à vocation essentiellement militaire.

En 1986, General Electric cède à Thomson les droits d'exploitation de sa marque RCA. Le PDG Alain Gomez désengage Thomson des télécoms, de l'électroménager et autres activités trop périphériques pour racheter le fabricant de télévisions américains RCA. Les États-Unis sont alors le premier pays de ventes de téléviseurs et RCA est détenteur d'un riche amas de brevets, mais l'État n'ayant pas recapitalisé l'entreprise, celle-ci est très endettée et compte 14 milliards de francs de dettes quand Alain Gomez est licencié en 1996.

En 1992, le secteur électroménager est cédé à l'italien El.Fi, filiale du groupe italien Elettro Finanziaria (connu par sa marque Zanussi).

En 1995, Thomson Consumer Electronics est rebaptisé Thomson Multimedia (TMM).

Privatisation[modifier | modifier le code]

En 1996, le Premier ministre français Alain Juppé souhaite vendre au groupe Daewoo, l'entreprise publique Thomson Multimédia, officiellement « très endettée » contre 1 franc symbolique après sa recapitalisation par l'État à hauteur de 11 milliards de francs[4]. Toutefois, cette vente n'aura pas lieu[5].

En octobre 1997, le gouvernement décide de regrouper autour de Thomson CSF, dans le cadre d'un partenariat stratégique avec Alcatel, les activités d'électronique spatiale et de défense et les activités de communications militaires d'Alcatel, les activités d'électronique professionnelle et de défense de Dassault Électronique, ainsi que les activités satellitaires d'Aérospatiale.

Après une recapitalisation de 1,7 milliard en 1997 et sa séparation d'avec Thomson-CSF, le duo Thierry Breton - Frank E. Dangeard rachète des sociétés audiovisuelles professionnelles (Technicolor, Grass Valley…), mais les entités restent indépendantes et ne dégagent pas de synergies. Le groupe abandonne l'électronique grand public voyant avec raison la fin du tube cathodique, mais sans exploiter ses technologies très avancées dans les écrans plats OLED et les écrans plasma. De même, il abandonne trop vite en 1998 l'expérience du Lyra, baladeur numérique lancé trois ans avant les iPod. Le désengagement de la filière cathodique n'est pas total en raison de la faillite du repreneur chinois.

En 1999, Thomson Multimedia ouvre son capital. En décembre 2000, Thomson-CSF devient Thales.

En 2003, l’État français vend ses dernières participations dans Thomson. L'accumulation des difficultés depuis 2004 mène le groupe vers de fortes pertes menant le groupe au bord du gouffre[6].

En 2007, Thomson ferme les activités Solutions Silicium. En novembre 2008, le groupe décide de fermer ses activités de téléphonie résidentielle en Amérique du Nord[7].

Technicolor[modifier | modifier le code]

Fin janvier 2009, Frédéric Rose annonce au Figaro sa volonté de vendre des actifs non stratégiques, comme l'activité Grass Valley[8], PRN consacrée aux réseaux de diffusion de publicité dans la grande distribution, Screenvision, l'activité de téléphonie résidentielle.

En avril 2009, certaines analyses font état d'un possible dépôt de bilan devant les difficultés que l'entreprise rencontre à négocier sa dette avec certains de ses créanciers[9]. En juillet, un accord avec les principaux créanciers, en vue de la recapitalisation du Groupe, intervient et les perspectives de dépôt de bilan semblent s'éloigner. Le 30 novembre Thomson entend conclure la restructuration de sa dette d’ici février 2010 grâce à une procédure de sauvegarde[10]qui est acceptée le 7 décembre, et rendu publique le 9 décembre[11] qui opte pour une procédure de sauvegarde afin de renégocier la dette plus tranquillement[12]. Ce plan est approuvé le 21 décembre par le Comité des Fournisseurs et le Comité des créanciers bancaires[13] et le 22 décembre par l’ensemble des Comités de créanciers[14].

Fin 2009, l'activité européenne de téléphonie résidentielle est cédée sous forme d'un MBO à ATLINKS Group, soutenu par le fonds Verdoso Industries.

En 2010, après 10 mois de discussions avec ses créanciers, le directeur général, Frédéric Rose, provoque une assemblée générale mixte des actionnaires de la société Thomson, le mercredi 27 janvier 2010[15] qui outre la restructuration financière propose dans la 16e résolution une nouvelle dénomination; Thomson devenant Technicolor[16] sans changement de la gouvernance d'entreprise.

En 2012, Ericsson acquiert la branche de service de diffusion TNSF. Cette activité avait été acquise par Thomson-Technicolor auprès de VCF[17].

En octobre 2012, Thomson Angers SAS est mis en liquidation judiciaire, il fabriquait des décodeurs. 351 salariés perdent leur emploi. Il s'agit de la fermeture du dernier site de production en Europe de Technicolor[18], une usine créée en 1957.

Courant 2012, l'activité SmartVision (IPTV) est cédée à la société Devoteam qui l'intègre à sa division Telecom & Media rachetée ensuite par le Groupe Ericsson.

Le 21 janvier 2013, l'activité Cirpack (VoIP) est vendue à un fonds d'investissement The Martland Group.

Activités[modifier | modifier le code]

Thomson R & D, Cesson-Sévigné

2007[modifier | modifier le code]

En 2007, Thomson est le fruit de la consolidation d'un certain nombre d'activités issues de sociétés importantes : Thomson elle-même, Technicolor, Grass Valley, DSL Alcatel, Atlinks, Thales Broadcast & Multimedia, Cirpack et Inventel.

Le groupe Thomson est sorti des activités de l’électronique grand public : en 2005, il a cédé ses activités téléviseurs au groupe chinois TCL, processus engagé dès 2004, et ses activités tubes cathodiques au groupe indien Videocon. Ses activités audio/vidéo et accessoires ont été cédées en 2007.

L'activité principale de Thomson est désormais de concevoir et fabriquer les systèmes nécessaires à la création, la diffusion, et la sécurité des contenus audiovisuels des acteurs des médias et du divertissement.

En 2007, Thomson réalise environ 95 % de son chiffre d’affaires dans ses activités Média et Divertissement. Dans le cadre de ces activités, il vend des équipements, des produits, des systèmes et des services pour les métiers de l'audio-visuel. Pour renforcer ses activités, en 2006, le Groupe Thomson a racheté Thales Broadcast & Multimedia[19] et Nextamp[20], une start-up spécialisée dans le tatouage numérique.

En complément des activités media et divertissement, Thomson fabrique des postes téléphoniques IP. Il les commercialise par différents canaux dont un contrat OEM avec Alcatel-Lucent.

2008[modifier | modifier le code]

Le groupe s'organise autour de 3 divisions opérationnelles + 2 autres segments :

  • Technicolor : 2 055 millions d'euros soit 43 % du chiffre d'affaires net consolidé du groupe.
  • Thomson Grass Valley : 2 381 millions d'euros soit 49 % du chiffre d'affaires net consolidé du groupe.
  • Technologie : 392 millions d'euros soit 8 % du chiffre d'affaires net consolidé du groupe.
  • Fonctions centrales du groupe : 4 millions d'euros de chiffre d'affaires.
  • Autres activités : 8 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Les clients et les utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Les créateurs de contenus : l'entreprise fournit notamment aux sociétés spécialisés dans la création de contenu des caméras de télévision professionnelles, des solutions de postproduction.
  • Les diffuseurs et les transporteurs de contenus : Thomson fournit par exemple aux chaînes de télévision et aux câblo-opérateurs, ainsi qu'à tous les opérateurs capables de diffuser du contenu audiovisuel, des serveurs de vidéo à la demande pour l'IPTV.
  • Les particuliers fournis par les clients de Thomson : les opérateurs peuvent fournir à leurs abonnés des décodeurs numériques fabriqués par Thomson.

Le groupe Thomson s'est engagé après un accord à densifier les équipements de la Radiodiffusion-Télévision ivoirienne (équipement, satellite, numérique, qualité d'image…)[21].

Résultats financiers[modifier | modifier le code]

Après plusieurs années de pertes l'entreprise dégage, enfin, un bénéfice après impôts, amortissement et provision pour l'exercice 2012[22]

Année[22] Bénéfices
(Pertes)
2008 (2 326 697 461)
2009 (571 982 207)
2010 (499 508 008)
2011 (337 613 744)
2012 2 103 924 138

Actionnariat[modifier | modifier le code]

L'actionnariat de la société Thomson a été profondément modifié entre 1998 et 2003 :

  • Avant ces modifications, Thomson était une entreprise publique, détenue à 100 % par l’État français.
  • À la suite d'une série d’opérations financières, TSA a réduit sa participation à hauteur de moins de 2 %.
Actionnariat en 2007
Public 70,17 %
Franklin Resources 10,07 %
Autocontrôle 5,64 %
Brandes Investment Partners 5,19 %
Société générale 3,57 %
Salariés 2,81 %
TSA 1,93 %
Microsoft 0,62 %
Données financières en millions d'euros[23]
Années 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Chiffre d'affaires 10 187 8 459 6 036 5 691 5 854 5 630 4 840 3 529
Résultat opérationnel 718 508 −419 −465 479 349 −1303 136

Direction du groupe[modifier | modifier le code]

Le directeur général est Frédéric Rose. Il anime le comité exécutif et rend des comptes au conseil d'administration présidé par Rémy Sautter.

Comité exécutif[modifier | modifier le code]

  • ROSE Frederic - Directeur Général
  • CHAMBEAUD David - Ressources Humaines et Développement Durable
  • PIZZICA Vince - Partenariats d’Entreprise
  • RAHIER Michel - Maison Connectée
  • RAIMONDO Lanny - Services Entertainment
  • ROUGEOT Stéphane - Directeur Financier et Stratégie
  • TEKSLER Boris - Propriété Intellectuelle et Licences

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Présidé par le président, le conseil d'administration définit les orientations stratégiques du groupe, contrôle les comptes et nomme les dirigeants. Il est assisté par trois comités : le comité d’audit, qui veille à la qualité des documents comptables et financiers ainsi qu’au respect des procédures de contrôle, le Comité Nominations, Rémunérations et Gouvernance, qui se concentre sur le fonctionnement du conseil d’administration, la mise en œuvre des principes de gouvernement d'entreprise, la rémunération des cadres dirigeants et l’intéressement des salariés, et le comité technologique.

En août 2013, le conseil d’administration se composait de [24]:

Président

  • Rémy Sautter, Président du Conseil de surveillance d’Ediradio / RTL

Administrateurs

  • Lloyd Carney, Directeur Général de Brocade
  • David L. Fishman, Associé de Vector Capital Corporation
  • Bruce Hack, Anciennement Directeur Général de Vivendi Games et Vice-Président du Conseil d'Activision Blizzard
  • Hugues Lepic, Directeur Général d'Aleph Capital
  • Didier Lombard, Président du Conseil de surveillance de STMicroelectronics
  • Laura Quatela, Présidente d'Easman Kodak Company
  • Frédéric Rose, Directeur Général de Technicolor
  • Alexander R. Slusky, Fondateur et Directeur Général de Vector Capital Corporation

Censeurs

  • Loïc Desmouceaux, Vice-Président Market Business Intelligence de Technicolor
  • Béatrix de Russé

Partenaires sociaux[modifier | modifier le code]

Les syndicats représentatifs au sein du groupe Technicolor en France sont les suivants: CFDT, CFE-CGC, SUD Industrie, UNSA. Ils sont par ailleurs organisés en intersyndicale au niveau du Groupe. Un Comité de Groupe composé de membres nommés par les différentes organisations syndicales représentatives existe, ainsi qu'un comité d'entreprise européen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d http://www.boursorama.com/bourse/profil/profil_finance.phtml?symbole=1rPTCH
  2. http://www.boursier.com/vals/FR/FR0000184533-profil-thomson.html
  3. À Hollywood, l'autre visage de Technicolor, Le Point, le 3 juillet 2012
  4. (fr) « Alain Juppé veut scinder Thomson en deux parties », L'Humanité, 10 décembre 1996
  5. (fr) « Thomson : le pouvoir battu », L'Humanité, 5 décembre 1996
  6. « Thomson, une malédiction française », Le Monde, 16 juin 2009, page 3.
  7. Convocation assemblée générale annuelle de 2009 page 5
  8. http://en.wikipedia.org/wiki/Grass_Valley_%28company%29
  9. Selon Bousorama
  10. Communiqués de Presse Thomson entend conclure la restructuration de sa dette d’ici février 2010 grâce à une procédure de sauvegarde
  11. Communiqués de presse : Thomson rend public son plan de sauvegarde
  12. Thomson, suspendu en Bourse, opterait pour un "plan de sauvegarde". Le Monde, 30 novembre 2009
  13. Communiqués de presse Thomson : Plan de Restructuration approuvé par le Comité des Fournisseurs et le Comité des créanciers bancaires
  14. http://www.thomson.net/French/Corporate/News/PressReleases/Pages/Thomson-plan-de-restructuration-approuve-par-l-ensemble-des-Comites-de-creanciers.aspx Communiqués de presse Thomson : plan de restructuration approuvé par l’ensemble des Comités de créanciers
  15. Assemblée générale mixte des actionnaires de la société Thomson SA le mercredi 27 janvier 2010 à 11 heures au palais des congrès de Paris
  16. http://www.humanite.fr/node/11046
  17. http://www.tradingsat.com/actu-bourse-219303-TCH.html
  18. « Technicolor liquidé à Angers, 350 salariés sur le carreau », sur Le Parisien,‎ 11 octobre 2012 (consulté le 12 octobre 2012)
  19. Communiqué de presse du partenariat avec Thales Broadcast & Multimedia
  20. Le communiqué de presse du rachat de Nextamp
  21. séance de travail entre la RTI et Thomson
  22. a et b Convocation à l'AG du 23 mai 2013 page 38
  23. Source Boursorama
  24. Gouvernance

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]