Thomas de Bayeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas de Bayeux
Biographie
Décès 18 novembre 1100
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale probablement 25 décembre 1070 par Lanfranc, archevêque de Cantorbéry
Dernier titre ou fonction Archevêque d'York
Archevêque d'York
10701100
Précédent Ealdred Gérard Suivant
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Thomas de Bayeux, décédé le 18 novembre 1100, est archevêque d'York de 1070 à 1100. Normand d'origine, il est fidèle au nouveau roi Guillaume ainsi qu'à ses successeurs normands. Son épiscopat est particulièrement marqué par le début de la lutte pour l'indépendance de son diocèse vis-à-vis de Cantorbéry.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Odon de Bayeux, premier protecteur de Thomas. Tapisserie de Bayeux (détail).

Thomas est issu d'une famille normande[1]. Sous la tutelle d'Odon, évêque de Bayeux, il est envoyé avec son frère Samson[N 1] suivre ses études à Liège[2],[3] ; il est également possible qu'il suive l'enseignement de Lanfranc alors que celui-ci est prieur à l'abbaye du Bec[1].

À son retour en Angleterre, il devient chapelain de l'évêque Odon, puis chanoine et trésorier de la cathédrale de Bayeux et membre du clergé ducal du duc de Normandie Guillaume le Bâtard, futur Guillaume le Conquérant, roi d'Angleterre. Chapelain royal après la conquête normande de l'Angleterre en 1066[4], il est nommé par le roi pour succéder à Ealdred à l'archevêché d'York[1].

Lutte d'influence avec Cantorbéry[modifier | modifier le code]

L'accord de Winchester, 1072. La signature de Thomas est à droite de celle de Lafranc.

La nomination de Thomas intervient le 23 mai 1070, et il est probablement consacré le 25 décembre de la même année[5]. Sa nomination est inhabituelle pour Guillaume, qui préfèrait jusqu'alors promouvoir des nobles ou des moines normands ; le choix d'un chapelain royal est davantage en accord avec les pratiques anglaises[6].

Lanfranc est alors archevêque de Cantorbéry, et fait pression sur Thomas pour qu'il reconnaisse la primatie de Cantorbéry sur tous les archidiocèses, y compris donc celui d'York. Lanfranc bénéficie du soutien de Guillaume, et menace de ne pas consacrer Thomas s'il ne se soumet pas ; celui-ci finit par céder mais ne s'engage que par oral et uniquement auprès de Lanfranc[4][7]. C'est le début d'une très longue période de tension à ce sujet entre Cantorbéry et York[8].

La question est soumise à l'arbitrage du pape Alexandre II, qui la confie à son tour à un concile de prélats anglais qui se réunit à Windsor en 1072. Sous la double pression de Lanfranc et du roi Guillaume qui souhaite limiter l'influence d'York, craignant les tendances séparatistes du nord du pays, le concile tranche en faveur de Cantorbéry. Aux termes de l'accord de Winchester de 1072, toutes les prétentions du diocèse d'York sur les territoires du sud du Humber sont rejetées, même si l'Écosse est désormais intégrée dans la province d'York[1],[9]. Néanmoins, l'obéissance que Thomas doit effectivement à Lanfranc et à ses successeurs ne s'étend pas aux futurs archevêques d'York, et n'entraîne pas de primauté officielle pour Cantorbéry[10].

Tout au long de son office, Thomas reste loyal à Guillaume puis à son successeur, son fils Guillaume II, y compris en opposition avec son ancien mentor Odon de Bayeux[11] ; il en est de même pour le roi suivant Henri Ier[12].

Réformes et grands travaux[modifier | modifier le code]

Thomas procède à une réorganisation profonde du fonctionnement du chapitre de la cathédrale, en revoyant son système hiérarchique et en lui assurant de meilleures sources de revenus[13]. Il réorganise également son diocèse en le divisant selon le modèle continental[14].

La cathédrale ayant été très endommagée par l'incendie de la ville en septembre 1069[15], Thomas y entreprend de vastes travaux mais qui sont sans doute temporaires puisqu'il ordonne, vers 1075, la construction d'une nouvelle cathédrale sur un autre site. Cette nouvelle église, qui n'existe plus aujourd'hui, est beaucoup plus grande que la précédente ; mais elle est probablement déjà achevée au moment de la mort de Thomas en 1100[16].

Mort et postérité[modifier | modifier le code]

Thomas meurt à York le 18 novembre 1100[5]. Il laisse l'image d'un excellent archevêque[1], attentif à son clergé et soucieux du rayonnement de sa cathédrale comme de la prospérité de la ville d'York[17]. Il n'oublie pas non plus de soutenir sa propre famille : l'un de ses neveux, Thomas II, devient à son tour archevêque d'York en 1108[4], et un autre, Richard, évêque de Bayeux en 1107[18]. Il ne s'implique pas particulièrement dans la querelle des investitures, mais il se montre toujours très virulent dans sa défense de l'indépendance du diocèse d'York face aux prétentions de celui de Cantorbéry[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Samson deviendra évêque de Worcester de 1086 à 1112. Voir Douglas 1964, p.129.
  1. a, b, c, d et e Cowdrey 2004.
  2. Douglas 1964, p. 129.
  3. Barlow 1979, p. 250.
  4. a, b et c Greenway 1999.
  5. a et b Fryde et al. 1996, p. 281.
  6. Hill et Brooke 1979, p. 19-20.
  7. Douglas 1964, p. 321-323.
  8. Barlow 1979, p. 33.
  9. Duggan 1965, p. 103.
  10. Ruud 1987, p. 165-167.
  11. Barlow 1979, p. 95.
  12. Crouch 2007, p. 166.
  13. Norton 2001, p. 4-5.
  14. Barlow 1979, p. 48-49.
  15. Norton 2001, p. 1.
  16. Norton 2001, p. 9-11.
  17. Chibnall 1986, p. 152.
  18. Barlow 1979, p. 58.
  19. Cantor 1958, p. 36.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Barlow, The English Church 1066–1154: A History of the Anglo-Norman Church, Longman,‎ 1979 (ISBN 0-582-50236-5)
  • (en) Marjorie Chibnall, Anglo-Norman England 1066–1166, Basil Blackwell Publishers,‎ 1986 (ISBN 0-631-15439-6)
  • (en) H. E. J. Cowdrey, « Thomas (d. 1100) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004
  • (en) David Crouch, The Normans: The History of a Dynasty, Hambledon & London,‎ 2007 (ISBN 1-85285-595-9)
  • (en) David C. Douglas, William the Conqueror: The Norman Impact Upon England, University of California Press,‎ 1964
  • (en) Charles Duggan, « From the Conquest to the Death of John », dans The English Church and the Papacy in the Middle Ages, Sutton Publishing,‎ 1965 (ISBN 0-7509-1947-7), p. 63–116
  • (en) E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge University Press,‎ 1996 (ISBN 0-521-56350-X)
  • (en) Diane E. Greenway, Fasti Ecclesiae Anglicanae 1066-1300: Volume 6 - York,‎ 1999 (lire en ligne)
  • (en) Rosalind M. T. Hill et Christopher N. L. Brooke, « From 627 until the Early Thirteenth Century », dans A History of York Minster, Clarendon Press,‎ 1979, p. 1-43
  • (en) Christopher Norton, Archbishop Thomas of Bayeux and the Norman Cathedral at York : Borthwick Paper Number 100, Borthwick Institute of Historical Research at the University of York,‎ 2001 (ISBN 0-903857-85-5)
  • (en) Norman F. Cantor, Church, Kingship, and Lay Investiture in England 1089–1135, Princeton University Press,‎ 1958
  • (en) Marylou Ruud, « Episcopal Reluctance: Lanfranc's Resignation Reconsidered », Albion, vol. 19, no 2,‎ 1987, p. 163–175 (liens DOI? et JSTOR?)


Articles connexes[modifier | modifier le code]