Thomas Muffet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page de titre de Theatrum Insectorum (1589 ou 1590).

Thomas Muffet, dit aussi Moufet ou Moffet, est un médecin et naturaliste anglais puritain, né vers 1552 à Londres et mort le à Wilton dans le Wiltshire. Il est principalement connu pour l'étude des « insectes »[1], en particulier les araignées, et leur impact en santé humaine. Dans le domaine médical, il met l'accent sur l'expérience, plutôt que sur la réputation et est un fervent adepte des doctrines de Paracelse (1493-1541).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Thomas Moffet, Thomas Muffet naît vers 1552 à Shoreditch (un quartier de Londres). De 1560 à 1568, Muffet étudie à la Merchant Taylor's School. L'année suivante, en mai 1569, il entre au Trinity College de Cambridge. Il n'y reste cependant que deux ans et demi. En octobre 1572, Muffet est transféré à Gonville Hall[2]. Il y poursuit ses études jusqu'à l'obtention de son bachelor en 1573. Ensuite, Muffet débute l'étude de la médecine avec Thomas Lorkin (v. 1528–1591) et John Caius (1510-1573). Trois ans plus tard, il entreprend sa maîtrise au Trinity College, ce qui explique son renvoi de Gonville Hall. En 1579[3], Muffet obtient son doctorat en médecine à Bâle, avec une version censurée de sa thèse, titrée De amodinis medicamentis.

Après avoir obtenu son diplôme, en 1580, Thomas Muffet étudie l'anatomie des vers à soie en Italie, avant de rentrer définitivement en Angleterre. En décembre de la même année, il épouse sa première femme, Jane, à St. Mary Colechurch à Londres. Deux ans plus tard, il est reconnu en tant que médecin qualifié par le College of Physicians de Londres, malgré la position de Muffet en faveur du système médical de Paracelse, qui n'est pas largement accepté, à l'époque, par la communauté médicale. La même année, Muffet rencontre Tycho Brahe (1546-1601) et Petrus Severinus (1542-1602). Deux ans plus tard, en 1584, Muffet termine son ouvrage De jure et praestantia chemicorum medicamentorum. La même année, Muffet écrit une lettre attaquant le College of Physicians de Londres pour ses influences trop papistes selon ses propres croyances puritaines. Il y est cependant admis l'année suivante et devient membre en février 1588. Plus tard la même année, Muffet publie son Nosomantica Hippocratea, soutenant le travail et les écrits d'Hippocrate. Neuf ans plus tard, en , Muffet est élu membre du parlement de Wilton. Trois ans plus tard, en 1600, la femme de Muffet, Jane, meurt. Il se marie alors avec Catherine Brown la même année. Quatre ans plus tard, le , Thomas Muffet meurt à la Bulbridge Farm, Wilton dans le Wiltshire.

Travaux[modifier | modifier le code]

Insectes[modifier | modifier le code]

La profonde fascination de Thomas Muffet envers les insectes en général et les araignées, en particulier, commence alors qu'il étudie les vers à soie en Italie. Il est plus connu pour l'édition de Theatrum Insectorum (ou Théâtre des Insectes), le premier livre sur les insectes (dont plusieurs chapitres traitent des araignées).

On croit communément que Thomas Muffet est l'auteur de cet ouvrage, mais il en a simplement hérité, enrichi et mené jusqu'à la publication, qui ne se produira pas avant 30 après sa mort, malgré le fait qu'il fut près pour la presse dès 1589 ou 1590. La principale raison de cette publication posthume consiste en la faiblesse du marché anglais, à l'époque, pour les livres de sciences naturelles. La page de garde originale, inutilisée, est datée de 1589. Des négociations avec des imprimeurs de La Haye échouent en 1590. Les illustrations originales furent abandonnées car trop chères et remplacées par des gravures sur bois qui apparaissent dans l'édition de 1634. Il est intéressant de remarquer qu'il y a une possibilité que le même travail apparaisse sous le nom de Théodore Turquet de Mayerne[4], publié la même année, en 1634. Seule l'introduction de cette édition, toutefois, est attribuée à la plume de de Mayerne.

Les jugements sur son œuvre sont parfois sévères. Martin Lister (1638-1712) écrira à John Ray (1627-1705) en 1667 :

«  De lui [Mouffet], on aurait pu s'attendre à ce que tout soit brillant et parfait, car il a eu des contributions de si grands assistants, de si grands noms comme Wotton, Gesner, de l’Écluse, Penny, Knivett, Bruer et d'autres. En fait, il a composé l’intégralité de son Theatrum dans une telle confusion et un tel manque d'ordre qu’il semble être un compilateur très pauvre du matériel obtenu à partir d'autres et n'a aucun crédit du tout à ces grands hommes. Mais non seulement il était presque ignorant du sujet, il l'exprime également tout à fait cruellement. »

Voici sa classification des araignées :

  • Sans danger
    • Espèce domestique
    • Espèce vivant à l’air libre
      • Tisserande
      • Chasseuse
  • Venimeuse
    • Grande taille
    • Petite taille

Bonne santé et nutrition[modifier | modifier le code]

Les travaux de Muffet sur la nutrition sont collectés dans son livre Health's Improvement initialement destiné au grand public, plutôt que pour les professionnels de la santé. On retrouve dans cet ouvrage la première liste de gibier d'eau britannique, reconnaissant pour la première fois les habitudes migratoire de plusieurs d'entre-eux. Ce livre a été publié bien plus tard que Theatrum Insectorum, après 1655, dans une édition éditée par Christopher Bennet (1617–1655). Le Panzoologia de Robert Lovell (1630?-1690 ) reprend des descriptions d’oiseaux d’Health's improvement et d’insectes du Theatrum Insectorum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme "insecte" regroupe à l'époque ce que l'on appelle actuellement "arthropodes", ainsi que parfois divers vers comme les vers de terre.
  2. Ancien nom du Gonville and Caius College avant l'arrivée de J. Caius.
  3. Certaines sources donnent 1578, cf. Swannn (1973).
  4. Né à Genève (Suisse) en 1573 et mort à Chelsea (Angleterre) en 1655.

Références de l’article anglais[modifier | modifier le code]

  • Charles C. Gillispie, Ed. Dictionary of Scientific Biography (New York: Charles Scribner's Sons, 1974)
  • Margarent Pelling, Medical Conflicts in Early Modern London (Oxford: Clarendon Press, 2003)
  • Leslie Stephen et Sidney Lee, Eds. Dictionary of National Biography (London: Oxford University Press, 1922)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Traduction de l'article de langue anglaise de Wikipédia (version du 8 mai 2007).
  • Charles E. Raven (1947). English naturalists from Neckam to Ray. A study of the making of the modern world, Cambridge University Press (Cambridge) : x + 379 p.
  • Philip H. Swann (1973). Thomas Mouffet’s Theatrum Insectorum, 1634, Bulletin of the British Arachnological Society, 2 (8),  : 169-173. (ISSN 0524-4994)

Lien externe[modifier | modifier le code]