Thomas Hugues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thomas Hugues (homonymie).

Thomas Hugues

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Thomas Hugues avant un débat sur i>Télé entre Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc le 14 février 2008 en direct de l'Institut d'études politiques de Toulouse.

Naissance 11 mai 1966 (48 ans)
Versailles
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Profession
Activité principale
Formation

Compléments


Thomas Hugues, né le 11 mai 1966 à Versailles, est un journaliste, animateur et producteur de télévision français.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Après avoir étudié au lycée Saint-Joseph de Tivoli[1], il intègre l'Institut d'études politiques de Bordeaux en 1983. Au cours de sa scolarité, il effectue un stage au quotidien Sud Ouest. En 1987, il entre à l'École supérieure de journalisme de Lille.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1989, il intègre le service « Société et reportages » de la rédaction de TF1. En novembre 1994, il se voit confier la présentation des journaux du matin sur la chaîne d'information en continu LCI, de 6 h à 10 h. La même année, il devient le joker de Jean-Pierre Pernaut à la présentation du journal de 13 h de TF1. En octobre 1997, il est promu chef des informations à la direction des reportages.

En 1998, toujours sur TF1, il remplace Claire Chazal aux journaux du week-end. L'année suivante, il présente aussi un week-end de mobilisation 48 h contre le Sida, ainsi que Défense d'entrer, avec Valérie Bénaïm, un magazine diffusé en première partie de soirée et qui permet de découvrir des lieux normalement interdits au public. Le 31 décembre 1999, en compagnie de son épouse, Laurence Ferrari, il coanime en direct sur TF1 La nuit du Millenium.

À partir de 2000, il coprésente sur TF1 l'émission Sept à Huit , dont il devient rédacteur en chef, avec Laurence Ferrari. Le magazine diffusé tous les dimanches soirs de 19h à 20h est récompensé d'un sept d'or le 3 novembre 2003.

De juillet 2002 à juillet 2006, Thomas Hugues est le joker de Patrick Poivre d'Arvor au journal de 20 heures sur TF1, le journal le plus regardé d'Europe, jusqu'à l'arrivée sur la chaîne d'Harry Roselmack.

En février 2006, il présente avec son épouse une nouvelle émission en première partie de soirée, intitulée Les 60 images qui ont marqué les Français, qui dévoile les résultats d'un sondage BVA sur les soixante images les plus représentatives de l'actualité de ces cinquante dernières années.

Mi-juin 2006, TF1 annonce la démission de Thomas Hugues. L'intéressé, rétorque qu'il a été licencié et engage une action pour prendre acte de la rupture du contrat de travail qui le liait à la chaîne[2]. À partir de septembre 2006, il aurait dû présenter cette émission avec Anne-Sophie Lapix, à la suite du départ de son épouse sur Canal+. Il aurait également dû continuer à présenter une nouvelle émission, Documents inédits (dont le premier numéro diffusé le 23 mai 2006 est consacré à la première greffée du visage).

En septembre 2006, il crée la société de production Story Box Press avec Laurence Ferrari et Lorraine Willems.

À la rentrée de septembre 2006, il rejoint la chaîne d'information en continu i>Télé pour présenter l'émission 1 h 30 chrono, du lundi au vendredi de 18 h à 19 h 30[3]. À partir de janvier 2007, l'émission n'est plus programmée que du lundi au jeudi et Thomas Hugues coprésente, à la place de Laurent Bazin, Le Franc-Parler, une interview politique en partenariat avec France Inter et Le Monde. À partir de septembre 2007, il présente également Ça chauffe, une émission hebdomadaire dédiée à l'environnement et au développement durable sur i>Télé[4]. Enfin, il a présenté sur i>Télé les soirées électorales de 2007 et de 2008.

Parallèlement, il produit et anime une fois par mois les 13ème soir sur la chaîne 13ème rue[5].

En juillet 2008, Thomas Hugues quitte i>Télé pour se « consacrer à sa société de production »[6] ainsi que 13ème rue. En septembre 2008, il rejoint la chaîne publique France 5 pour présenter chaque semaine Médias, le magazine, un magazine sur l'actualité des médias[7],[8].

À l'été 2011, tout en poursuivant son magazine sur France 5, Thomas Hugues rejoint la nouvelle chaîne de la Ligue de football professionnel, CFoot, pour présenter un magazine, Culture Foot'[9].

En 2013, il participe à Toute la télé chante pour sidaction sur France 2.

En septembre 2014, il arrive sur RTL pour présenter La curiosité est un vilain défaut, émission qu'il co-anime avec Sidonie Bonnec du lundi au jeudi de 20 h à 22 h[10].

Émissions en tant que journaliste ou présentateur[modifier | modifier le code]

Émissions en tant que producteur[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, associé avec son ex-épouse Laurence Ferrari et Lorraine Willems, au sein de Story Box Press, il produit des émissions :

  • Dimanche + diffusé sur Canal +.
  • Ça chauffe ! diffusé sur i>Télé jusqu'en juillet 2008.
  • 13ème soir diffusé sur 13e rue.

et des reportages pour :

Vie privée[modifier | modifier le code]

En octobre 1993, Thomas Hugues se marie avec la journaliste Laurence Ferrari[11] : ils ont deux enfants, Baptiste (1993) et Laëtitia (1995). Ils se séparent à l’amiable en octobre 2007[12] mettant fin à une vie de couple médiatisée. Il se remarie le 1er avril 2011 à Isabelle Roche, productrice chez Endemol[13].

Depuis 2003, il est le parrain de l'association « Œuvre des pupilles orphelins et fonds d'entraide des sapeurs-pompiers de France ».

En janvier 2011, il est intronisé « Chevalier des Embrasseurs du Fin Goulot » de Montagny-lès-Buxy, petit village de Saône-et-Loire en Bourgogne, célèbre pour la qualité de son vin blanc[14].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Hugues et Benjamin Dard, Élections 2007 : les chiffres qui font débat, les réponses des candidats, Paris, Éditions Michel Lafon, coll. « Documents »,‎ 31 octobre 2006, 393 p. (ISBN 2749906180)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edouard Boyer, « Interview tivolienne de Thomas Hugues » sur le blog des anciens du lycée Saint-Joseph de Tivoli, 14 mars 2008
  2.  Bertrand Bissuel et Guy Dutheil, « TF1 est condamnée à payer 575 000 euros à Thomas Hugues », Le Monde,‎ 6 septembre 2011 (lire en ligne).
  3. Julien Mielcarek, « Thomas Hugues a "Une heure trente chrono" sur i>Télé » sur Ozap.com, 28 août 2006
  4. Julien Bellver, « i>TELE : ça chauffe pour Thomas Hugues ! » sur Ozap.com, 27 août 2007
  5. « Thomas Hugues arrive également sur 13ème Rue » sur Ozap.com, 11 juillet 2006
  6. « Thomas Hugues a quitté i-TELE » par Julien Lalande, sur Ozap.com, 3 juillet 2008
  7. « Thomas Hugues arrive sur France 5 pour l'émission média » sur le blog de Jean-Marc Morandini, 4 juillet 2008
  8. Arthur Anthamatten, « Médias le magazine / + Clair : le miroir de la télé » sur toutelatele.com, 3 septembre 2008.
  9.  « Thomas Hugues confirme son arrivée sur la chaîne C Foot », sur jeanmarcmorandini.com,‎ 28 juin 2011.
  10. Thomas Hugues rejoint RTL à la rentrée
  11. Gala, « Laurence Ferrari », sur gala.fr (consulté le 4 août 2011)
  12. « Rupture », Libération,‎ 20 - 21 octobre 2007, p. 34
  13. « Thomas Hugues s'est marié ! », sur ladepeche.fr,‎ 6 avril 2011
  14. Henri Févrat, « Une Saint-Vincent fédératrice », sur lejsl.com,‎ 25 janvier 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :