Thomas Hauert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas Hauert

Naissance 1967
Schnottwil, Suisse
Activité principale Chorégraphe et danseur
Style Danse contemporaine
Lieux d'activité Bruxelles
Années d'activité Depuis 1991
Formation Rotterdamse Dansacademie
Distinctions honorifiques Voir section dédiée

Thomas Hauert, né en 1967 à Schnottwil dans le canton de Soleure en Suisse, est un danseur et chorégraphe suisse. Il est le directeur artistique de la compagnie ZOO/Thomas Hauert fondée à Bruxelles en Belgique en 1997[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir grandi en Suisse où il achève des études d'instituteur[3], Thomas Hauert reçoit une éducation formelle en danse contemporaine à l’académie de Rotterdam (aujourd’hui Codarts) à partir de 1989. Il s’installe à Bruxelles en 1991 et danse pendant trois ans dans la compagnie Rosas d’Anne Teresa De Keersmaeker[4]. Il collabore ensuite avec David Zambrano[5], Gonnie Heggen[6] et Pierre Droulers[7]. Après la création du solo Hobokendans (1997) dans le cadre des Petites Formes de Droulers, il fonde la compagnie ZOO avec les danseurs Mark Lorimer, Sarah Ludi, Mat Voorter et Samantha van Wissen[8],[2]. Leur premier spectacle, Cows in Space (1998)[9], reçoit deux prix aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis[10].

Le travail de Thomas Hauert se développe à partir d’une recherche sur le mouvement, avec un intérêt particulier pour une écriture basée sur l’improvisation et explorant la tension entre liberté et contrainte, individu et groupe, ordre et désordre, forme et informe[11],[12],[13]. S’il guide toujours le processus de création de ses spectacles, le chorégraphe valorise particulièrement la responsabilité et la liberté, en studio et sur scène, des danseurs avec qui il collabore et entretient le plus souvent avec eux des relations professionnelles de long terme[14]. La relation à la musique joue aussi un rôle majeur dans son œuvre[15],[16]. Depuis 1998, il a créé avec sa compagnie ZOO près de vingt spectacles coproduits par des organisations telles que le Kaaitheater, le Kunstenfestivaldesarts, Charleroi/Danses, le STUK, le Concertgebouw Brugge, le Centre Pompidou-Spectacles vivants, l’IRCAM, le Festival d'automne à Paris, le Théâtre de la Ville, Montpellier Danse, le Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort, le Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape, le TnBA, La Bâtie-Festival de Genève, Theaterhaus Gessnerallee, Dampfzentrale, Tanzquartier Wien, Mercat de les Flors, Springdance, PACT Zollverein et alkantara.

En parallèle à son travail pour ZOO, Hauert est invité à créer des pièces pour P.A.R.T.S., le Trinity Laban Conservatoire of Music and Dance[17], le Ballet de Zurich[18], Toronto Dance Theatre[19] et Candoco. Il participe aussi à des événements d’improvisation, comme le Fall Festival de Movement Research en 2008[20], et improvise avec des musiciens tels que Michel Debrulle, Guy Corsano et Barry Guy. En 2012, Thomas Hauert est invité par l’IRCAM à développer un projet sur les relations entre danse improvisée et composition musicale électronique dans le cadre du festival-académie ManiFeste[21].

En 2010, Thierry De Mey réalise un film de vidéodanse, coproduit par Arte, à partir de la chorégraphie de Accords (2008).

Hauert a également développé une méthode d’enseignement à partir de sa pratique chorégraphique[22]. Il enseigne à P.A.R.T.S. à Bruxelles et donne des stages dans le monde entier. En 2012-13, il est professeur invité «Valeska Gert» à l’Institut d’études théâtrales de l’université libre de Berlin[23]. En 2013, il est nommé responsable académique du nouveau bachelor en danse contemporaine créé au sein de la Haute École de théâtre de Suisse romande La Manufacture à Lausanne. La nouvelle formation est inaugurée en septembre 2014.

Depuis 2012, il participe au projet «Motion Bank» dirigé par la Forsythe Company et la Ohio State University[24].

Thomas Hauert est artiste en résidence à Charleroi/Danses et artiste associé au Kaaitheater à Bruxelles.

Chorégraphies[modifier | modifier le code]

Chorégraphies pour ZOO
  • 1998 : Cows in Space
  • 1999 : Pop-Up Songbook
  • 2000 : Jetzt
  • 2001 : Do You Believe in Gravity? Do You Trust the Pilot?
  • 2002 : Verosimile
  • 2003 : 5
  • 2004 : Modify
  • 2004 : Drum & Dance
  • 2005 : More or Less Sad Songs
  • 2006 : Walking Oscar
  • 2006 : Parallallemande
  • 2007 : puzzled (créé avec Zefiro Torna)
  • 2008 : Accords
  • 2009 : Solo for EKL (dans Korean Screens)
  • 2010 : You've Changed
  • 2011 : From B to B (cocréé avec Ángels Margarit)
  • 2011 : Like Me More Like Me (cocréé avec Scott Heron)
  • 2012 : Danse étoffée sur musique déguisée
  • 2013: MONO
Chorégraphies pour d’autres organisations
  • 1991: Juppe (pièce pour 5 danseurs créée à l'académie de Rotterdam dans le cadre du festival "Rotterdam in Beweging")[25]
  • 1996: solo dans le cadre de la série "Thé dansant" au Plateau à Bruxelles[25]
  • 1997 : Hobokendans (pour la compagnie de Pierre Droulers)
  • 2000 : Milky Way (pour P.A.R.T.S.)
  • 2002 : Hà mais (pour Alma Txina, coproduction ZOO)
  • 2004 : Lobster Caravan (pour P.A.R.T.S.)
  • 2005 : Fold & Twine (pour le Trinity Laban Conservatoire of Music and Dance)[17]
  • 2007 : 12/8 (pour P.A.R.T.S.)
  • 2010 : Il Giornale della necropoli (pour le Ballet de Zurich)[18]
  • 2010 : Regarding the Area Between the Inseparable (pour P.A.R.T.S.)
  • 2012 : One Moving as Many Moving as One (pour l’Institut d’études théâtrales de l’université libre de Berlin en tant que professeur invité Valeska-Gert)[23]
  • 2013 : Pond Skaters (pour Toronto Dance Theatre)[19]
  • 2014: Notturnino (pour Candoco Dance Company)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Space In, réalisé par Boris Van der Avoort
  • 2010 : La Valse, réalisé par Thierry De Mey

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Le Moal, Dictionnaire de la danse, éditions Larousse, 2008 (ISBN 978-2-03-583335-8), p. 204.
  2. a et b Rosita Boisseau, Panorama de la danse contemporaine, éditions Textuel, 2006, (ISBN 2-84597-188-5), p. 248-255.
  3. Rosita Boisseau, « Thomas Hauert : la danse, juste pour le plaisir de bouger », Le Monde, 4 juin 2012
  4. Où il participe à la création de Erts (1992), Mozart/Concert Aria's (1992) et Kinok (1994)
  5. Proyecto: Z (1994) et Ballroom (1996), tous deux créés à Danspace Project à New York. Hauert participe par la suite aux projets de Zambrano David Zambrano invites… (2000) et Twelve Flies Went Out at Noon (2005) Voir pages dédiées sur le site officiel de David Zambrano
  6. Houdingen met hond (1995) et Dance Instant II - Cosmic (1995)
  7. De l'air et du vent (1996), Petites formes (1997) et, bien des années plus tard, Walk Talk Chalk (2009)
  8. Marie Baudet, «Les raisons du corps», La Libre Belgique, 25 janvier 2008, p. 21
  9. Francis Cossu, «Thomas Hauert. Effet de masses mouvantes», Mouvement, mars 1999
  10. a et b La Danse dans le monde. VIe Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis. Xe anniversaire 1988-1998, Les Belles Lettres, 1999, (ISBN 2-251-75101-7), p. 33-34 et 80-82.
  11. Biographie sur le site de Charleroi Danses
  12. Interview de Thomas Hauert par Katja Werner, «Training & Trust», ballettanz, décembre 2009, p. 14-19
  13. Eva Schwerdt, « Tanz als Spontane Interkation. Zur Entstehung der Bewegung in Gruppenimprovisationen von ZOO/Thomas Hauert », in: Geste. Bewegungen zwischen Film und Tanz, Transcript Verlag, Bielefeld, 2009, (ISBN 978-3-89942-918-3), p. 189-200.
  14. Olivier Hespel, "Denominateur commun", Scènes, no 32, juin 2011, p. 33
  15. Entretien audio de Thomas Hauert avec Edwige Phitoussi sur France Culture
  16. Texte sur Accords dans le programme du Kunstenfestivaldesarts 08
  17. a et b Transitions Dance Company 25, Laban Centre for Movement and Dance, Londres, 2009
  18. a et b Guy Duplat, "Il y a trop de morts-vivants", La Libre Belgique, 3 novembre 2010
  19. a et b Kathleen Smith, « Belgian Break », NOW, 25 avril 2013, p. 63
  20. Gia Kourlas, "Improvising Dance Scores Inspired by Chinese Checkers", The New York Times, 7 décembre 2008
  21. Charlotte Imbault, « Provoquer une rencontre », Mouvement, juillet 2012
  22. Thomas Hauert, « Training Is Creating », in: Steven De Belder et Theo Van Rompuy éd., P.A.R.T.S. Documenting ten years of contemporary dance education, P.A.R.T.S., 2006, p. 71-73.
  23. a et b Site de la Freie Universität de Berlin
  24. Pages du projet "Motion Bank: Two" sur le site de l'ACCAD à la Ohio State University
  25. a, b et c Thomas Hauert, Kanton Solothurn Kuratorium für Kulturförderung Werkjahrbeiträge 1998, 1998
  26. Laudatio Thomas Hauert - lauréat 2005
  27. Liste des nominés aux Dora Awards 2013 sur le site de la Toronto Alliance for the Performing Arts
  28. Site officiel des Prix suisses de danse
  29. (de) Träger der Auszeichnungspreise 2013 des Kantons Solothurn dans le Solothurner Zeitung le 2 octobre 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]