Thomas Fabius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabius.

Thomas Fabius, né le 16 novembre 1981 dans le 16e arrondissement de Paris[1], est un homme d'affaires français. Il est le fils de Laurent Fabius et de Françoise Castro, arrière-petit enfant d’Élie Fabius, petit-enfant d'André Fabius, neveu de François Fabius, de Catherine Leterrier et de François Leterrier, et cousin de Louis Leterrier.

Expérience professionnelle[modifier | modifier le code]

Après l’obtention d’un baccalauréat ES en 1999 et deux années de classe préparatoire aux grandes écoles de commerce, Il intègre le groupe Accor en 2001 où il exerce plusieurs fonctions au sein du Sofitel de Bercy telles que la restauration, la commercialisation des espaces conventions/réunions ainsi que l’hébergement. De 2002 à 2003, il intègre ensuite l’hôtel Novotel de Porte de Bagnolet en tant que Yield manager. Il met en place le système de yield management dans ce plus grand Novotel d’Europe de 611 chambres. En mai 2003, il intègre pour un an Market Place, alors l’agence événementielle du groupe Accor, en tant que chef de projet et concepteur rédacteur. Il s’occupe notamment du développement des partenariats public/privé. De mai à août 2004, il travaille chez Connect Factory au sein du groupe Aegis Media France en tant que conseiller du Président.

En septembre 2004 il cocrée People&Baby[2] dont il est Directeur associé. Il s’agit de la promotion du concept de crèches d’entreprises en France à travers l’accueil des enfants de collaborateurs. Au sein de People&Baby, il s’occupe principalement de business développement et contribue largement par son image à faire connaître le concept de crèches privées. Dans ce cadre, People&Baby fait notamment ouvrir la 1re crèche d’entreprise pour le groupe Total à La Défense en janvier 2006. En 2006, il quitte l’entreprise qui compte aujourd’hui 1500 employés.

Il est depuis 2005 le dirigeant de TF Conseils. L'entreprise exerce des activités de conseil financier. Par ailleurs, il conseille des investisseurs institutionnels et privés dans leur stratégie immobilière. Il réalise aussi des opérations de promotion immobilière pour compte propre.

Démêlés judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2009, il conseille l’entreprise Unipay’s dans le cadre de la recherche d’investisseurs pour le financement d’un système de cartes de paiement. Suite à la plainte d'un associé le visant, il est entendu par la Brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA). Il sera condamné à 15 000 euros, dont 10 000 avec sursis, pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de Paris dans le cadre d'une procédure de « plaider-coupable »[3].

En 2013, la presse se fait l'écho de dossiers pour lesquels Thomas Fabius n'a à ce jour pas été entendu par les autorités. Le premier concerne l'achat de l'ancien appartement du réalisateur Claude Zidi à Paris, 280 m² pour la somme de 7 millions d'euros. Certains médias mettent en cause la structuration financière de l'acquisition et sa régularité qui ferait l'objet d'une enquête[4]. Son avocat Me Bonan indique en juillet 2013 que cet appartement a été « acheté dans des conditions normales » et financé « pour partie par un apport personnel de Thomas Fabius et pour partie par un emprunt bancaire, lequel est assorti de garanties usuelles, en l'occurrence une hypothèque sur le bien immobilier, ainsi qu'un contrat d'assurance-vie souscrit par Thomas Fabius et donné en gage à la banque ».

Thomas Fabius est connu pour un être un gros joueur de roulette. Il est mis en cause par les médias pour avoir bénéficié d'un traitement de faveur auprès de la Société des bains de mer (SBM) concernant l'« effacement » d'une dette de jeu de 700 000 euros par un casino de Monaco[5],[6],[7]. La Direction de la SBM a catégoriquement démenti l'information[8]. Les gains de jeux de Thomas Fabius, non imposables, expliqueraient l'origine de sa fortune[4]. Il est interdit volontaire de Casino en France[9].

A contrario, d'autres journalistes dénoncent suite à la parution d'une photo privée datant de 7 ans un acharnement visant avant tout le père de Thomas Fabius ; ainsi, Bruno Roger-Petit demande-t-il de « ne pas céder à la tentation qui transforme l'humaine et saine curiosité naturelle en voyeurisme morbide »[10].

Médias[modifier | modifier le code]

De 2002 à 2003, il est chroniqueur sur la radio BFM dans une émission politique Langues de P… . En 2007, il est chroniqueur sur TF1 dans l’émission Langues de VIP.

Sport[modifier | modifier le code]

Thomas Fabius était professeur de tennis de juin à septembre 2001 au sein du Club Med de Gregolimano en Grèce. Cette passion pour le tennis l’amène à organiser le Tournoi des personnalités à Roland-Garros de 2003 à 2009[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]