Thomas De Koninck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas De Koninck

Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau du Canada Canada

Naissance 26 mars 1934 (80 ans)
Louvain
Nationalité Canadienne
Idées remarquables Dignité humaine universelle, importance des questions ultimes, critique des réductionnismes
Influencé par Aristote, Platon, Hegel, Antoine de Saint-Exupéry, Jean-Luc Marion

Thomas De Koninck (né le 26 mars 1934 à Louvain, Belgique) est un philosophe québécois et membre de l'Ordre du Canada.

Professeur à l'Université Laval depuis les années 1960, il est particulièrement reconnu pour ses travaux touchant la dignité humaine, la philosophie antique, la philosophie de l'éducation et ce qu'il appelle les « questions ultimes » (l'intelligence, la liberté, le bonheur, la beauté, la mort), travaux dont certains lui ont valu le Prix La Bruyère de l'Académie française et le Prix de l'Association canadienne de philosophie. On le connaît aussi pour avoir été, d'après une rumeur tenace, le modèle qui aurait inspiré à Saint-Exupéry le personnage du Petit Prince.

Il est le fils de Charles De Koninck ainsi que le frère de Rodolphe et de Jean-Marie De Koninck. Il est également le père de Yves De Koninck, chercheur en neurobiologie[1].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Thomas De Koninck fait ses études au Petit Séminaire de Québec, à l'Université Laval (licence et doctorat), de même qu'à Oxford comme boursier Rhodes en litterae humaniores (M. A.). Il obtient ensuite une bourse du Conseil des Arts du Canada et une bourse de la Fondation Alexander von Humboldt, ce qui lui permet de poursuivre des recherches post-doctorales en 1972-1973 à la Freie Universität Berlin[2]. Il effectuera par ailleurs un séjour à l'Université Yale. En 1960, il se marie avec Marie-Christine Vincent, d'origine française, avec laquelle il aura trois fils, Marc, Yves et Paul.

De 1960 à 1964, il est professeur à l'Université Notre-Dame, aux États-Unis, puis il devient professeur à la Faculté de philosophie de l'Université Laval à Québec, où il dirigera plus d'une centaine de mémoires de maîtrise et de thèses de doctorat. De 1974 à 1978, il sera le doyen de la Faculté. Il enseignera également à l'IEP de Paris (Sciences Po), à l'Université de Bourgogne à Dijon, à Berlin et à l'Université Notre-Dame. En 2000-2001, il est élu Président de l'Association canadienne de philosophie. À partir de 2004, il sera titulaire de la Chaire de recherche et d'enseignement La philosophie dans le monde actuel de l'Université Laval, et en 2007-2008, titulaire de la Chaire Étienne Gilson, à Paris. Il est également corédacteur en chef avec Paul-Hubert Poirier de la revue Laval théologique et philosophique, fondée en 1945, et codirecteur avec Luc Langlois de la collection Kairos, aux Presses de l'Université Laval.

Conférencier invité aux quatre coins du monde, il est l'auteur de plus d'une dizaine de livres et de plus d'une centaine d'articles, préfaces, études critiques et textes en tous genres. Il est ou a été par ailleurs membre du comité de différentes revues ou publications, dont la Revue philosophique de Louvain, Science et Esprit et l'Encyclopédie philosophique universelle, en plus d'être membre de l'Institut d'éthique appliquée et de l'Institut d'études anciennes de l'Université Laval.

Deux livres lui rendent hommage, autant pour ses qualités de pédagogue que pour la profondeur de ses recherches, qui s'inscrivent notamment en philosophie de l'éducation, en philosophie antique, en philosophie de la religion et en éthique, et réhabilitent la notion de dignité humaine à l'époque de la mort du sujet : Thomas De Koninck, attiseur de consciences (par Thierry Bissonnette, Montréal, Varia, 2007) et La transcendance de l'homme : études en hommage à Thomas De Koninck (dirigé par Jean-François Mattéi et Jean-Marc Narbonne, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2012).

Éléments de sa pensée[modifier | modifier le code]

Dans La nouvelle ignorance et le problème de la culture, Thomas De Koninck relève différentes manifestations contemporaines de la « double ignorance », c'est-à-dire l'ignorance ignorée, qui éloigne d'autant plus de la connaissance qu'elle « fait [...] vivre dans l'illusion qu'on sait alors qu'on ne sait pas » (p. 1). Pratiquant lui-même l'art du questionnement socratique tel qu'on le retrouve chez Platon (http://www.press.uottawa.ca/questions-ultimes), il porte un regard critique, notamment, sur les réformes de l'éducation, les mass media, la techno-science, les réductionnismes (tout particulièrement langagier et scientifique) et le « kitsch totalitaire » (p. 53), qui ne permettent pas à l'être humain de saisir la complexité de l'expérience concrète (tournée tantôt vers le réel lui-même, tantôt vers le langage, tantôt vers la nature...) et l'endiguent dans un rapport au monde étriqué. De Koninck met alors en avant la philosophie entendue comme champ de savoir universel et creuset d'interactions entre les différentes disciplines.

Dans De la dignité humaine, De Koninck cherche à montrer que le concept de dignité humaine peut constituer encore aujourd'hui un critère éthique rigoureux, dès lors qu'on s'efforce d'en clarifier le sens et l'extension et qu'on prend acte des atrocités récentes commises contre l'humanité. Sa caractérisation de la dignité n'implique pas le postulat d'une « nature humaine » mais s'appuie sur la fragilité et les possibilités actuelles et futures de la personne vivante (p. 7-9), personne qui est envisagée ici comme totalité concrète plutôt qu'à partir d'un caractère isolé et abstrait (p. 224). Plus précisément, De Koninck considère la dignité comme étant inaliénable et il la rattache à toute personne humaine, quels que soient son statut, son sexe, ses origines et ses capacités. Il s'oppose ainsi à certains éthiciens contemporains, dont H. Tristram Engelhardt Jr et Peter Singer, qui tentent de reléguer certaines personnes hors de l'humanité (comme par exemple les déments profonds et les individus comateux) et de justifier ainsi des pratiques comme l'infanticide (p. 6). Pour démontrer ses thèses, De Koninck procède à une vaste relecture de grands textes de la tradition occidentale et conclut entre autres que, « contrairement à une opinion reçue, c'est très vite, en Orient comme en Occident, bien avant les Lumières, que la dignité humaine a imposé à la conscience de reconnaître même aux plus faibles une noblesse particulière. » Sans renouer ici avec l'idée d'un sujet souverain, il fait donc ressortir, à une époque où il est devenu courant de proclamer la mort du sujet, l'importance du thème de la dignité humaine et il construit une éthique selon laquelle l'humain doit quelque chose à l'autre du simple fait qu'il est humain, notamment aux plus vulnérables. De la dignité humaine est également l'occasion pour De Koninck d'aborder des sujets connexes, dont le rapport entre l'âme et le corps, la question du sens de la vie et l'accès rationnel à l'absolu.

Au sein d'un livre intitulé Thomas De Koninck, attiseur de consciences, Thierry Bissonnette examine certaines méthodes d'enseignement adoptées par Thomas De Koninck. Il explique que De Koninck conçoit l'enseignement comme étant un exercice de dialogue entre maîtres et élèves, les uns et les autres étant appelés à se questionner dans le but de s'approcher, en commun, d'une vérité que chacun cherche à atteindre, malgré les nombreux obstacles impliqués dans cette quête. L'importance de cet exercice dialogique d'inspiration platonicienne dans le cadre de l'enseignement est affirmée à plusieurs reprises dans les travaux de Thomas De Koninck lui-même, notamment dans La crise de l'éducation.

Dans Aristote, l'intelligence et Dieu, De Koninck jette un éclairage sur la conception de Dieu chez Aristote et montre à quel point elle est intimement liée à la question de l'intelligence. Il fait ainsi ressortir la nécessité de maintenir un lien entre la foi et la raison afin de se tenir éloigné des abus qu'occasionnent certaines croyances irrationnelles et le fondamentalisme religieux. Il revient sur ce thème, entre autres, dans La foi est-elle irrationnelle ?.

Sensible aux questions classiques (l'intelligence, la liberté, le bonheur, la beauté, la mort, Dieu) de même qu'aux enjeux contemporains, De Koninck prend régulièrement position dans ses ouvrages et dans l'espace public sur des questions d'actualité, dont l'euthanasie, la peine de mort et la torture, qu'il condamne : http://www.ledevoir.com/politique/canada/342582/point-chaud-un-mepris-total-de-l-humain

Le Petit Prince[modifier | modifier le code]

Lors d'une visite à son ami Charles De Koninck à Québec, Antoine de Saint-Exupéry aurait rencontré Thomas enfant, ce qui lui aurait inspiré le roman philosophique Le Petit Prince, paru peu de temps après son séjour à Québec. Devenu professeur de philosophie à l’Université Laval, comme son père avant lui, Thomas De Koninck raconte l’anecdote au journal La Presse en mai 2003 puis au Soleil en février 2006. Selon lui, le célèbre personnage n’est autre que l’auteur lui-même. L’une des sœurs du philosophe, Godelieve De Koninck, est récemment revenue sur l’épisode dans un livre intitulé Souvenirs pour demain. Elle demeure tout aussi énigmatique que son frère sur les origines du petit garçon à la chevelure dorée, mais dit se rappeler qu'à St-Exupéry Thomas « posait des questions. Pourquoi ? Quand ? Comment ? Peut-être un peu à la façon du Petit Prince... » (p. 48).

Dans le livre qu'il a codirigé avec Jean-Marc Narbonne pour rendre hommage à Thomas De Koninck, Jean-François Mattéi mentionne que c'est surtout par humilité que ce dernier affirme ne pas avoir été la principale inspiration de Saint-Exupéry, et que si Thomas De Koninck n'a pas été le Petit Prince dans son enfance, il l'est certainement devenu avec le temps puisqu'on rencontre chez lui, adulte, tout à la fois une certaine innocence, un fin sens de l'humour et une grande rigueur intellectuelle (p. 6-7).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Urgence de la philosophie : Actes du colloque du cinquantenaire de la Faculté de philosophie de l'Université Laval, 1985, avec Lucien Morin (dir.), Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1985, 648 pages - avec des contributions de Fernand Dumont, Michel Henry, Gilbert Hottois, Paul P. David, Harry Grantham, Jacques Dufresne, Fernand Couturier, Robert Plante, Benoît Dubuc, Romain Gangé, Corneille Radouco-Thomas, Martin Blais, Louis Valcke, Venant Cauchy, René Habachi, Léon Dion, Laurent Picard, André Côté, André Mineau, Lucien Morin, France Giroux, Patrice Garant, Alfred Dumais, Anthony Parel, Thomas Maryeski, Jaromir Danek, Michel T. Giroux, Tom Rockmore, Philip Knee, Roch Valin, Fernand Bonenfant, William R. Shea, Ernest Joos, Jacques Brault, Marguerite Bourbeau, Raynald Valois, Alexis Klimov, Guy Bouchard, Gérald Allard, Yvan Pelletier, Marcel Côté, Guy Godin, Jean-Luc Marion, Gérard Verbeke, Bertrand Rioux, Rémi Brague, F. Temple Kingston, René Champagne, Jean Richard, Jacques Doyen, Leslie Armour, Jean Renaud, Benoît Lacroix, Lawrence Dewan, Gabor Csepregi, Kenneth L. Schmitz, Émile Robichaud et Henri-Paul Cunningham.
  • La question de Dieu selon Aristote et Hegel, avec Guy Planty-Bonjour (dir.), Paris, PUF, 1991 - avec des contributions de Henri-Paul Cunningham, Vianney Décarie, Thomas De Koninck, Rémi Brague, Lionel Ponton, Jean-François Courtine, Pierre Aubenque, Bernard Bourgeois, Leo Lugarini, Guy Planty-Bonjour, J. Simon et André Léonard.
  • De la dignité humaine, Paris, PUF, Quadrige, 1995, réédité en 2002 (Prix La Bruyère de l'Académie française, 1996) - traduit en espagnol.
  • Actes du colloque international Descartes, avec Jean-Luc Marion et Jean-Marc Narbonne (organisateurs du colloque), Laval théologique et philosophique, vol. 53, num. 3, octobre 1997, p. 489-802 - avec des contributions de Jean-Marc Narbonne, Jean-François de Raymond, Geneviève Rodis-Lewis, Ousseynou Kane, William R. Shea, Klaus Brinkmann, Denis Fisette, Daniel Dumouchel, Leslie Armour, Suzie Johnston, Edwin M. Curley, Vincent Carraud, Willis Doney, Jean-Marie Beyssade, Thomas De Koninck, Jean-Luc Marion.
  • La nouvelle ignorance et le problème de la culture, Paris, PUF, Intervention philosophique, 2000, réédité en 2001 - traduit en portugais.
  • La question de Dieu, direction d'un numéro thématique pour la revue Laval théologique et philosophique, vol. 58, num. 3, octobre 2002 - avec des contributions de Jean-Pierre Fortin, Leslie Armour, Philippe Gagnon, Gerd Haeffner et Thomas De Koninck.
  • Philosophie de l'éducation. Essai sur le devenir humain, Préface de Federico Mayor Zaragoza, Postface de S. E. Mohamed Achaari, Alain Chanlat et Abdelkarim Errouaki, Paris, PUF, Thémis, 2004.
  • La dignité humaine. Philosophie, droit, politique, économie, médecine, avec Gilbert Larochelle (dir.), Paris, PUF, 2005 - avec des contributions de Thomas De Koninck, Gilbert Larochelle, Marie-Andrée Ricard, Jean-François de Raymond, Dominique Folscheid et Jean-François Mattéi.
  • Relire Platon, direction d'un numéro thématique pour la revue Laval théologique et philosophique, vol. 62, num. 2, juin 2006 - avec des contributions de Franck Fischer, Yvon Lafrance, François-Xavier Ajavon, Louise Rodrigue, Philippe St-Germain.
  • La crise de l’éducation, Montréal, Fides, 2007.
  • Aristote, l'intelligence et Dieu, Paris, PUF, Chaire Étienne Gilson, 2008.
  • Philosophie de l'éducation pour l'avenir, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2010.
  • Questions ultimes, Ottawa, Les Presses de l'Université d'Ottawa, Philosophica, 2012 (Prix de l'Association canadienne de philosophie, 2013).
  • La foi est-elle irrationnelle ?, avec Louis Roy, Montréal, Fides, 2013.
  • À quoi sert la philosophie ?, Québec, Les Presses de l'Université Laval, à paraître.
  • Dieu au tribunal de la raison, Montréal, Boréal, à paraître.

Littérature sur Thomas De Koninck[modifier | modifier le code]

  • Thierry Bissonnette, Thomas De Koninck, attiseur de consciences, Montréal, Varia, 2007.
  • André Baril, "Entretien avec Thomas De Koninck", in Philosopher au Québec, Québec, Presses de l'Université Laval, 2007.
  • Daniel Moreau, "L'intelligence : "dans" ou "devant" le monde ? Réflexion basée sur les thèses de Jankélévitch et d'Aristote", Laval théologique et philosophique, vol. 63, num. 3, octobre 2007, p. 577-596.
  • Godelieve De Koninck, Souvenirs pour demain (sur la famille De Koninck), Québec, Les Copies de la Capitale inc., 2011.
  • Frédéric Smith, "Le passage d'Antoine de Saint-Exupéry à Québec", Le Québec et les guerres mondiales, extrait remanié du livre La France appelle votre secours, 21 avril 2012, en ligne : http://www.lequebecetlesguerres.org/le-passage-dantoine-de-saint-exupery-a-quebec/ (consulté le 26 juin 2014).
  • Jean-François Mattéi et Jean-Marc Narbonne (dir.), La transcendance de l'homme : études en hommage à Thomas De Koninck, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 2012 - avec des contributions de Jean-François Mattéi, Jean-Marc Narbonne, Jean-Luc Marion, Chantal Delsol, Leslie Armour, Luc Langlois, Jean-François de Raymond, Gilbert Larochelle, Yves Charles Zarka, Gabor Csepregi, Rémi Brague, Dominique Folscheid et Jean-Jacques Wunenburger.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cliche, Jean-François, Yves De Koninck - Les deux pieds dans le savoir, Le Soleil (Québec), 12 février 2012, p. 26, consultable en ligne.
  2. Texte d'un discours du recteur Michel Pigeon prononcé en 2002
  3. Fiche sur le site de l'Université Laval

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]