Thomas Campbell Eyton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Campbell Eyton.

Thomas Campbell Eyton est un naturaliste britannique, né le à Eyton Hall, près de Wellington (Shropshire) et mort le 25 octobre 1880.

Il fait ses études au St John's College de l'Université d'Oxford et entretient une correspondance suivie avec Charles Darwin (1809-1882) et Louis Agassiz (1807-1873). Il exerce la profession de magistrat dans le Shropshire.

Après avoir reçu un important héritage en 1855, il installe un grand muséum d’histoire naturelle à Eyton. Il s’intéresse particulièrement aux squelettes des oiseaux qu’il prépare personnellement.

Eyton fait paraître History of the Rarer British Birds (1836), A Monograph on the Anatidae, Or Duck Tribe (1838), A History of Oyster and Oyster Fisheries (1858) et Osteologia Avium or A Sketch of the Osteology of Birds (de 1871 à 1878).

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

  • 1836 : A history of the rarer British birds[1] (Longmans, Rees, Orme, Brown, Green & Houlstons, Londres).
  • 1838 : A monograph on the Anatidæ or Duck tribe (Londres).
  • 1843 : A lecture on artificial or condensed manures (Wellington).
  • 1846-1853The Herd book of Hereford Cattle (Londres).
  • 1852 : Some account of a dredging expedition on the Coast of the Isle of Man during the months of May, June, July and August 1852 (Londres).
  • 1856 : A catalogue of the species of birds in his possession. (Hobson, Wellington).
  • 1858 : A catalogue of the skeletons of birds in his possession (Londres).
  • 1858 : A history of the oyster and the oyster fisheries[2] (van Voorst, Londres).
  • 1858-1867 : Osteologia avium (Hobson, Wellington).
  • 1869 : A synopsis on the Anatidæ or Duck tribe (Hobson, Wellington).
  • 1869 : Supplement to Osteologia avium. (Wellington) (1. Ergänzungsband zu Osteologia avium).
  • 1870 : Notes on Scent (Hobson, Wellington).
  • 1873-1875 : Osteologia avium (Williams & Norgate, Londres) (2. Ergänzungsband zu Osteologia avium.)

Note[modifier | modifier le code]

  1. Exemplaire numérique sur Internet Archive.
  2. Exemplaire numérique sur Internet Archive.

Source[modifier | modifier le code]

  • Bo Beolens et Michael Watkins (2003). Whose Bird ? Common Bird Names and the People They Commemorate. Yale University Press (New Haven et Londres) : 400 p. (ISBN 0-300-10359-X)

Sur les autres projets Wikimedia :