Thomas Byles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas Byles

Nom de naissance Roussel Davids Byles
Naissance 26 février 1870
Hanley, Staffordshire, Angleterre
Décès 15 avril 1912 (à 42 ans)
Océan Atlantique (Titanic)
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Profession Prêtre

Le père Thomas Byles, né Roussel Davids Byles (26 février 1870 - 15 avril 1912) est un prêtre catholique. Fils aîné d'un révérend congrégationaliste, il étudie dans sa jeunesse la théologie à l'université d'Oxford. C'est durant cette période qu'il se convertit au catholicisme et prend le prénom de Thomas. Ordonné prêtre en 1902, il officie dans l'Essex à partir de 1905.

En 1912, son frère résidant à New York lui demande de célébrer son mariage. Pour traverser l'Atlantique, Byles embarque en deuxième classe à bord du Titanic qui effectue alors sa traversée inaugurale. Le matin du 14 avril, il se propose pour tenir l'office catholique en deuxième classe, et prononce également des sermons aux passagers de troisième classe. Le soir, le paquebot heurte un iceberg et fait naufrage. Jusqu'à la fin, Byles aide les passagers, et meurt dans la catastrophe.

La même année, le frère du prêtre et son épouse, nouvellement mariés, voyagent en Europe. Lors d'un passage à Rome, ils rencontrent le pape Pie X qui déclare Thomas Byles martyr de l'Église.

Thomas Byles apparaît rapidement dans le film Titanic de James Cameron : il y récite des prières alors que le navire s'apprête à disparaître sous les flots.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Roussel Davids Byles naît le 26 février 1870 à Hanley dans le Staffordshire. Fils de Louisa Davids et du révérend Alfred Holden Byles, il est élevé dans la tradition congrégationaliste[1]. Byles est également l'aîné de sept enfants. La famille est assez aisée : son père est en effet un pasteur et hommes d'affaires prospère, et son oncle n'est autre que William Pollard Byles, membre du Parlement britannique à deux reprises[2].

Dans les années 1890, Byles part étudier à Oxford et s'intéresse beaucoup à la religion. Après la conversion de son frère William au catholicisme, son aîné fait de même, et prend pour prénom Thomas[1].

Mort à bord du Titanic[modifier | modifier le code]

Thomas Byles est mort dans le naufrage du Titanic le 15 avril 1912.

En avril 1912, Thomas Byles est amené à traverser l'Atlantique pour consacrer le mariage de son frère à New York. Il choisit tout d'abord un navire indéterminé de la White Star Line avant de changer, à la toute dernière minute, pour un billet à bord du Titanic sur lequel il embarque en deuxième classe[2]. Le dimanche 14 avril, Byles donne une messe catholique aux passagers de sa classe, avant de se rendre en troisième classe pour y tenir un sermon en anglais et en français. Le père Peruschitz prend ensuite la parole en allemand et en hongrois. Selon le journal Evening World du 22 avril suivant, l'objet de leur sermon était « le besoin pour l'homme d'avoir comme canot de sauvetage le réconfort religieux, à portée de main en cas de naufrage spirituel[3] ».

Le même soir, le Titanic heurte un iceberg et fait naufrage. Le manque de canots de sauvetage empêche de sauver tous les passagers. Résigné à son sort, Byles reste sur le navire jusqu'au bout, confessant ceux qui le souhaitent et récitant son rosaire[4]. Selon des témoins, il aurait donné plus de cent absolutions ce soir-là[5]. Une semaine après la catastrophe, le Newark Evening News rapporte pour sa part que Byles a refusé qu'on lui donne un gilet de sauvetage et l'a confié à un autre passager[6]. D'autres journaux racontent qu'il a par deux fois refusé d'embarquer dans un canot lorsqu'on le lui a proposé. Il meurt dans la tragédie lorsque le Titanic coule le 15 avril à 2 heures du matin. Son corps n'a jamais été retrouvé, ou du moins identifié[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Le naufrage du Titanic et la mort de Byles n'empêchent pas son frère de se marier devant un autre prêtre. Le couple part ensuite en voyage de noces en Europe, et après avoir visité Londres, se rend à Rome. Ils sont alors reçus par le pape Pie X, qui qualifie Thomas Byles de « martyr de l'Église » pour ses actes cette nuit là[2]. Un mémorial en son honneur est également établi dans l'église de Chipping Ongar dans l'Essex[2].

Le personnage de Byles apparaît nommément dans deux films sur la catastrophe. Dans S.O.S. « Titanic » (1979), il est interprété par Matthew Guinness. Titanic (1997) de James Cameron le met également en scène brièvement sous les traits de James Lancaster. Byles y apparaît récitant des prières entouré d'une masse de fidèles tandis que la poupe du paquebot s'élève avant de disparaître sous les eaux[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Father Thomas Byles(1870-1912) », Father Byles. Consulté le 20 décembre 2010
  2. a, b, c, d et e (en) Fr Thomas Roussel Davids Byles, Encyclopedia Titanica. Consulté le 20 décembre 2010
  3. (en) « Heroic Priest Gave Up Lives to Quiet Crowds », Evening World sur Encyclopedia Titanica. Consulté le 22 mars 2011
  4. Mark Chirnside 2004, p. 182
  5. Hugh Brewster et Laurie Coulter 1999, p. 53
  6. (en) « Priest Gives Away a Lifebelt Offered Him », Newark Evening News sur Encyclopedia Titanica. Consulté le 22 mars 2011
  7. (en) Father Thomas Byles, IMDb. Consulté le 20 décembre 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugh Brewster et Laurie Coulter, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le « Titanic », Glénat,‎ 1999, 96 p. (ISBN 2723428826)
  • (en) Mark Chirnside, The Olympic-class ships : « Olympic », « Titanic », « Britannic », Tempus,‎ 2004, 349 p. (ISBN 0-7524-2868-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]