Thomas Boudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas Boudin (1570 - 1637 à Paris) était un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il existait en France, dans le premier tiers du XVIIe siècle, une famille d’artistes, les Boudin, qui travaillèrent à Paris et dans un rayon assez rapproché de Paris.

Thomas Boudin était parisien, il habitait rue Montorgueil, sur la paroisse de Saint Eustache.

Né en 1570, il décède à Paris en 1637.

Sculpteur, il a pour père Guillaume Boudin (1567-1614), qui est spécialisé dans la sculpture de panneaux.

Thomas Boudin fut l'apprenti de Mathieu Jacquet en 1584, et participera à son atelier jusqu'en 1595. Il fait baptiser en 1604 son fils Guillaume, dont le parrain est Guillaume Périer, sculpteur du roi. Il obtient ses privilèges de Sculpteur officiel du Roi en 1606.

En 1607 et 1608, il a des filles. En 1610, il lui naît un fils qui est tenu sur les fonts baptismaux par Barthélemy Tremblay : il se nomme Barthélémy Boudin, qui sera lui aussi sculpteur du Roi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En 1606, il réalise une pièce de sculpture sur bois, au sein de ses nouvelles fonctions de sculpteur officiel, pour la Chambre du roi Henri IV de France au Louvre.

À partir du 2 juin 1610, il va exécuter à Chartres, pour le tour du chœur de la cathédrale, quatre groupes en pierre :

  • la Résurrection ;
  • les Disciples d’Emmaüs ;
  • les Trois Maries et Saint-Thomas ;
  • ainsi qu’un évêque dans une niche.

Les quatre groupes existent encore. Ils sont placés du côté nord. Le dernier versement de fonds eut lieu le 6 juillet 1611, et un des groupes porte la date de 1611.

En août suivant, le 21, Thomas Boudin passe un nouveau marché pour trois groupes :

Ils sont terminés en 1612, et l’un d’eux porte cette date à côté du nom de l’artiste.

Il réalisa différentes sculptures pour l'église Saint-Germain-l'Auxerrois en 1613 et 1614, de même que le reliquaire monumental de la basilique Saint-Denis en 1626.

Statue de Diane de France

Les anciens registres de l’hôtel de ville de Paris, cités par M. Leroux de Lancy, dans l’histoire qu’il a publiée de ce monument, font connaître que Thomas Boudin est l’auteur de la belle cheminée de la salle du Trône, qui est au sud, en face de elle que Pierre Biard le père avait faite en 1608. Thomas Boudin s’était engagé à la livrer complètement achevée, le jour de la saint Jean de l’année 1618, moyennant cinq milles livres tournois.

En 1619 environ, il réalisa le tombeau de Diane de France, duchesse d’Angoulême, fille naturelle d’Henri II, se trouvant actuellement dans un pavillon dans la cour de la Bibliothèque historique de la ville de Paris, puis celui de Madeleine Marchand en 1625, maintenant au Louvre, à Paris.

En 1634, il réalise le tabernacle de l'église Saint-Nicolas-des-Champs, de même que les statues de façade de église Saint-Gervais-Saint-Protais de Paris.

En 1635, il réalisa le bas relief en bronze du piédestal de la statue équestre d'Henri IV, érigée sur le pont Neuf.

Thomas Boudin, maître sculpteur, fut un des signataires des statuts que la communauté des maîtres-peintres et sculpteurs revisa le 16 janvier 1619.

Références[modifier | modifier le code]


Sources[modifier | modifier le code]