Thomas Blamey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Blamey
Image illustrative de l'article Thomas Blamey

Naissance 24 janvier 1884
Wagga Wagga, Nouvelle-Galles du Sud
Décès 27 mai 1951 (à 67 ans)
Heidelberg, Victoria
Origine Australien
Allégeance Drapeau de l'Australie Australie
Arme Australian Army Emblem.JPG Australian Army
Grade Field Marshal
Années de service 1906 – 1946
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement Ier corps australien
South West Pacific Area
Australian Army
Faits d'armes Bataille des Dardanelles
Bataille d'Amiens
Bataille de Grèce
Bataille de Crète
Campagne de Syrie
Bataille de la baie de Milne
Bataille de Bougainville
Bataille de Bornéo
Distinctions Chevalier commandeur de l'ordre du Bain
Compagnon de l'ordre de Saint-Michel et Saint-Georges
Ordre du Service distingué
Chevalier grand-croix de l'ordre de l'Empire britannique
Knight Bachelor
Commandeur du Très vénérable ordre de Saint-Jean
Croix de guerre 1914-1918
Distinguished Service Cross
Grand-croix de l'ordre d'Orange-Nassau
Autres fonctions commissaire en chef de la police de Victoria

Thomas Blamey, Sir Thomas Albert Blamey, est un militaire australien, général d'armée, né le 24 janvier 1884 à Lake Albert, près de Wagga Wagga en Nouvelle-Galles du Sud, et décédé le 27 mai 1951 à Heidelberg, Victoria.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le septième des dix enfants, Blamey est née le 24 janvier 1884 à Lac Albert, près de Wagga Wagga, Nouvelle-Galles du Sud. Le fils de Richard Blamey, un agriculteur, un émigré du Cornwall à l'âge de 16 ans en 1862, et son épouse d'origine australienne, née Margaret Murray Blamey. Son père, Richard s'installe à une petite parcelle de 20 acres (8,1 ha), une propriété proche du lac Albert, où il complétait son revenu agricole à travailler comme surveillant. Blamey étudie à l'école supérieure publique de Wagga Wagga, où il a joué au football australien, et a été membre de l'unité de cadets de l'Armée[1].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Blamey a débuté sa vie professionnelle en 1899 comme professeur d'école stagiaire à l'école du Lac Albert. Il a été transféré à l'école publique de Wagga Wagga en 1901. En 1903, il déménage en Australie-Occidentale, où il enseigne pendant trois ans à Fremantle Boys School. Il est entraîneur de l'équipe de tir à la carabine[2].

Avec la création de l'état-major des cadets pour les Forces militaires australiens, Blamey a vu une nouvelle opportunité. Il termine troisième aux examens en Australie, mais n'a pas obtenu un rendez-vous car il n'y avait pas de postes vacants en Australie-Occidentale. Après une correspondance avec les autorités militaires, il persuade le major Jules Bruche, de l'engager dans un autre État. Il est nommé à Victoria, avec le grade de lieutenant, il débute son service en novembre 1906 avec la responsabilité de l'école des cadets de Victoria[3].

À Melbourne, Blamey rencontre Minnie Millard, la fille d'un courtier en immobiliers. Ils se marient à son domicile le 8 septembre 1909. Son premier enfant, Charles, nait le 29 juin 1910. Un deuxième enfant, un garçon nommé Thomas, est né quatre ans plus tard.

Blamey est promu au grade de capitaine le 1er décembre 1910 et devient major dans la 12e brigade. En 1911, Blamey est devenu le premier officier australien pour passer le test d'entrée à l'examen de l'école militaire de Quetta en Inde . Il commence ses études à Quetta en 1912, accompagnée par Minnie et Charles. Il est diplômé en décembre 1913[3].

La pratique de l'époque était que les australiens diplômés des collèges devait poursuivre leur formation dans l'armée britannique. Il intègre au 4e Bataillon de la Royal Rifle Corps à Rawalpindi, et ensuite la brigade de Kohat à ​​la Frontière du Nord-Ouest. Enfin, il est affecté à l'état-major général au Siège de l'Armée de terre à Shimal. En mai 1914, Blamey est envoyé en Grande-Bretagne pour une formation plus poussée, alors que sa famille est retournée chez elle en Australie. Il quitte l'Inde et visite la Turquie (y compris le détroit des Dardanelles), la Belgique, et les champs de bataille de la guerre franco-prussienne. Le 1er juillet 1914, il est promu au grade de major[4].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Blamey en Belgique en 1919.

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Blamey est transféré à l'état major général, où il travaille dans la direction du renseignement à la préparation des résumés quotidiens pour le roi et le secrétaire d'État à la Guerre, Lord Kitchener. Les officiers personnel pleinement qualifié étaient rares et précieux dans l'armée australienne, et en Grande-Bretagne, Blamey a été nommé à la Première Force impériale australienne (AIF) en tant que directeur-major général, sous ordres du major général William Bridges. En novembre 1914 Blamey s'embarque pour l'Égypte avec le colonel Harry Chauvel, pour rejoindre le contingent australien.

À Gallipoli, le 25 avril 1915, avec d'autres membres de la 1re Division, Blamey quitte le cuirassé HMS Prince of Wales dans un chalutier et débarque sur la plage d'Anzac. Blamey est envoyé pour évaluer le besoin de renforts par la 2e brigade du colonel James McCay.

Dans la nuit du 13 mai 1915, Blamey, en sa qualité de 1er officier du renseignement, conduit une patrouille derrière les lignes turques, dans un effort afin de localiser les armes qui font feu et harcèlement la plage. Durant la patrouille, un détachement ennemi de huit Turcs s'approchent, quand l'un d'eux attaque à la baïonnette, Blamey tire sur le Turc avec son revolver. Dans l'action qui a suivi, six Turcs ont été tués. Il se retire ensuite avec sa patrouille vers les lignes australiennes, et sans localiser les armes à feu.

Blamey était toujours intéressé par l'innovation technique, il a contribué à l'adoption de la carabine périscope à Gallipoli, un instrument dont il a vu lors d'une inspection de la ligne de front. Il s'est arrangé pour aue l'inventeur, le caporal Hêtre, d'être détachés au siège de la division pour développer l'idée. En quelques jours, la conception a été perfectionné et le fusils à périscopes a commencé à être utilisé tout au long des tranchées australiennes[5].

En septembre 1915, Blamey est promu lieutenant-colonel et a rejoint la 2e Division d'Égypte comme son adjoint au quartier-maître général. Son commandant, le major-général James Gordon Legge, préférait avoir un colonel australien à ce post car il estimait qu'un officier britannique pouvait ne pas prendre bien soin des troupes. La 2e Division embarqua pour Gallipoli le 29 août 1915, mais Blamey été forcé de rester en Égypte car il a été opéré des hémorroïdes. Il est revenu à Anzac, le 25 octobre 1915, pour le reste de la campagne[6],[7].

Les forces australiennes sont déplacées sur le front occidental en 1916, et Blamey retourne dans la 1re Division. Lors de la bataille de Pozières, il développe le plan d'attaque et capture la ville, pour lequel il a reçu une mention, et est décoré en 1917. Il est nommé pour commander la 2e bataillon d'infanterie, le 3 décembre 1916. Le 28 décembre, Blamey, en tant que commandant du bataillon haut rang, a pris la commandant par intérim de la 1re Brigade d'infanterie[8],[9].

Blamey revient à la 1re Division. Le lieutenant-général Sir William Birdwood le nomme au grade de colonel, le 1er décembre 1916. Son commandant de la division, le Major Général Walker, avait mentionné dans les dépêches que Blamey durant cette période, commandait le bataillon, bien que le bataillon avait passé la majeure partie de la période hors de la ligne et il n'y avait pas eu de combats importants. Blamey a également été commandant par intérim de la 2e brigade au cours d'une période de repos du 27 août au 4 septembre 1917. Le 8 septembre, il est hospitalisé à cause des vomissements et de toux. Il est envoyé en Angleterre où il est admis à l'hôpital de Londres pour une troisième traitement, il retourne au travail le 8 novembre 1917[10],[11].

Le 1er juin 1918, le lieutenant-général John Monash devient commandant du Corps australien, et Blamey est promu au grade de général de brigade. Il joue un rôle important dans le succès du Corps australien dans les derniers mois de la guerre. Blamey reste intéressé par l'innovation technologique. Il est impressionné par les capacités des nouveaux modèles de chars durant la bataille d'Hamel, où ils ont joué un rôle important dans le succès de la bataille. Monash a reconnu le rôle Blamey dans le succès du Corps australien dans la bataille d'Amiens, en août et dans la bataille de la ligne Hindenburg en septembre[12],[13].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Blamey retourne en Australie le 20 octobre 1919, après une absence de sept ans, et devient directeur des opérations militaires au Siège de l'Armée de terre à Melbourne. En mai 1920, il est nommé Sous-chef d'état-major général. Sa première Tâche a été la création de la Royal Australian Air Force (RAAF)[14].

En novembre 1922 Blamey s'embarqua pour Londres pour être le représentant de l'Australie dans l’impérial-major général. L'armée britannique voyait peu d'utilité dans le concept d'un état-major combiné qui pourrait coordonner la défense de l'Empire britannique. Il s'est impliqué dans le développement de la stratégie de Singapour[15].

Lorsque le général Blanc prend sa retraite en tant que chef d'état-major général en 1923, Blamey est prétendue pour lui succéder, comme il l'avait été en tant que chef d'état-major du Corps Australiens en France, mais il y a eu des objections de la part de plusieurs officiers supérieurs, en particulier le major-général Victor Sellheim. L'inspecteur général, le lieutenant-général Sir Harry Chauvel, a été nommé chef d'état-major général, et Blamey a été nommé second[16].

Puisqu'il n'y a pas de perspectives immédiates d'avancement, le 1er septembre 1925, Blamey transférés dans les Forces militaires permanentes de la Milice. Durant les 14 prochaines années, il restera dans l'armée comme un soldat à temps partiel. Le 1er mai 1926, il assume le commandement de la 10e Brigade d'infanterie, qui fait partie de la 3e division. Blamey commande la 3e division, le 23 mars 1931, et est promu au grade de major général, l'un des quatre officiers de la milice promus à ce grade entre 1929 et 1939.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 13 octobre 1939, un mois après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Blamey a été promu au grade de lieutenant général, et nommé commandant de la 6e Division, la première formation de la nouvelle force impériale australienne. Pour commander se brigade, Blamey choisi brigadiers Arthur Allen, Leslie Morshead et Stanley Savige. Il choisit le brigadier Edmond Hareng pour commander l'artillerie de la 6e Division, le colonel Samuel Burston pour ses services médicaux, et le lieutenant colonels Clive Steele et Jack Stevens pour ses ingénieurs[17].

En février 1940, le Cabinet de guerre décide de former une seconde division, la 7e division, avec Blamey comme commandant. Sur la recommandation de Blamey, le major général Iven Mackay a été nommé pour lui succéder dans le commandement de la 6e Division, tandis que le lieutenant général John Lavarack a assumé le commandement de la 7e division. Blamey a pris le brigadier Rowell avec lui comme son chef de cabinet, et prit le major-général Henry Wynter comme son agent administratif. Blamey pris l'avion pour la Palestine en juin 1940. Il a refusé de permettre à ses troupes à effectuer des fonctions de police en Palestine, et a établi des relations chaleureuses avec la communauté juive, devenant un invité fréquent dans leurs maisons[18].

En tant que commandant, Blamey était directement responsable devant le ministre de la Défense, plutôt que de la Commission militaire. Une partie de sa charte exige que ses forces restent ensemble comme des unités cohérentes, et qu'aucune des forces australiennes devaient être déployées ou engagées sans le consentement préalable du gouvernement australien. Blamey n'était pas inflexible et a permis des unités australiennes à se détacher quand il y avait un véritable besoin militaire. Il a eu des conflits avec les commandants britanniques, la première a eu lieu en août 1940, quand le commandant en chef britannique au Moyen-Orient, le général Sir Archibald Wavell, et le Premier Ministre du Royaume-Uni, Winston Churchill, a ordonné la 16e brigade d'infanterie de rejoindre l'Égypte. Blamey refusé au motif que la brigade n'a pas encore été entièrement équipée.

Le corps australien assume la responsabilité du front en Cyrénaïque, le 15 février 1941, mais en quelques jours Blamey a été informé que ses troupes seraient envoyées en Grèce. Blamey a été critiqué pour permettre aux troupes australiennes d'être envoyé sur l'expédition en Grèce, alors qu'il savait qu'il était extrêmement dangereux après avoir été informé que Menzies avait approuvé. Blamey a insisté, cependant, sur l'envoi de la Division de la 6e vétéran d'abord au lieu de la 7e division, ce qui entraîne une violente dispute avec Wavell, qui a remporté Blamey. Blamey était sous aucune illusion sur les chances de succès et les plans préparés immédiatement pour une évacuation. Sa prévoyance et la détermination a sauvé beaucoup de ses hommes, mais il a perdu sa crédibilité quand il a choisi son fils pour combler le siège restant sur ​​l'avion pour quitter la Grèce. La campagne a exposés des lacunes dans l'armée australienne, la formation, le leadership et le travail du personnel qui s'était passé inaperçu ou n'avait pas été abordée dans la campagne de Libye. La pression de la campagne a ouvert un fossé entre Blamey et Rowell, qui devait avoir des conséquences importantes. Alors que Rowell et le brigadier William Bridgeford étaient extrêmement critiqués quant à la performance de Blamey en Grèce, cette opinion n'était pas très répandue. Wavell a indiqué que "Blamey a montré lui-même un commandant de combats bien dans ces opérations et équipés pour le haut commandement." [19],[20]

Pendant l'absence de Blamey en Grèce, les unités sont restés très dispersés, avec des forces déployées à Chypre, et la 9e division et la brigade 18th Infantry à venir sous le siège de Tobrouk. Blamey allait passer le reste de l'année pour tenter de rassembler ses forces. Cela a conduit à un affrontement avec Auchinleck sur le soulagement de Tobrouk, où Blamey accepté le conseil de Burston, que les troupes australiennes devrait y être soulagé pour des raisons médicales. Menzies, et plus tard John Curtin, Blamey soutenu, et Auchinleck et Churchill ont été contraints de céder la place. Pour ses campagnes au Moyen-Orient, Blamey a été créé nommé commandeur de l'Ordre en 1er janvier 1942. Il a été cité à l'ordre pour la huitième fois, et a reçu la Croix de Guerre grec, Première Classe[21].

Campagne de Papouasie[modifier | modifier le code]

La relation entre MacArthur et Blamey était généralement bonnes, et ils avaient un grand respect l'un pour l'autre. La principale objection était que MacArthur était commandant en chef des armées alliés dans le Pacifique et aussi commandant des forces terrestres alliées, mais Blamey n'était pas entièrement sous son commandement.

L'opération suivante pour MacArthur était une avance sur la grande base japonaise à Rabaul. L'armée australienne a été chargée de la capture de la péninsule Huon. Blamey est nommé pour assumer le commandement de la Force de Nouvelle-Guinée. Son plan était d'attirer les forces japonaises loin de Lae avec une offensive contre Salamaua, puis de capturer Lae avec un enveloppement double. Blamey était un passionné de nouvelles technologies. Son plan prévoyait l'utilisation d'engins de débarquement de la brigade du génie 2e spéciale, et il avait l'intention de traverser la rivière Markham à l'aide de parachutistes. Il a également tenté d'acquérir des hélicoptères, mais il a rencontré la résistance de la RAAF, et ils n'ont jamais été livrés.

La campagne a bien commencé; Lae a été capturé plus tôt que prévu. Blamey, a remis le commandement de la Force pour la Nouvelle-Guinée à Mackay et est retourné en Australie. La 7e division a alors poussé à travers la vallée Ramu tandis que la 9e Division a atterri à Finschhafen. La campagne a ensuite ralenti en raison d'une combinaison de difficultés logistiques et de la résistance japonaise. Blamey a répondu à une demande de Mackay pour soulager Herring, dont le chef du personnel avait été tué dans un accident d'avion. Il a immédiatement envoyé Morshead en février 1944, il y eut des critiques au Parlement sur la façon dont Blamey avait "mis sur la voie de garage" divers généraux;. Les noms de Bennett, Rowell, Mackay, Wynter, hareng, Lavarack, Robertson, Morshead et Clowes y sont mentionnés. Frank Forde a critiqué Blamey pour avoir trop de généraux. Blamey a répondu que l'armée australienne avait un général pour 15,741 hommes par rapport à 9090 dans l'armée britannique.

Blamey a été agacé par la campagne médiatique dirigée contre lui par William Dunstan et Keith Murdoch, du Herald and Weekly Times, mais les succès en Nouvelle-Guinée ont conduit à un changement de position du journal, et Blamey même accepté une invitation à dîner avec Murdoch en 1944. Il y avait une autre victoire, mais, beaucoup plus importante; l'armée avait eu de lourdes pertes de par la malaria dans les combats en 1942. Blamey suivit les conseils d'Edward Ford et Neil Hamilton Fairley, et appuya vigoureusement leurs efforts, finalement couronnés de succès pour enrayer la maladie. Blamey a aussi soutenu le travail de Howard Florey pour le développement de la pénicilline, et écrivit à Curtin pour le presser de débloquer 200 000 £ pour permettre à Florey de développer sa vision d'un institut national de recherche médicale à Canberra, qui devint finalement la John Curtin School of Medical Research.

Blamey a été impliqué dans les discussions avec le gouvernement sur la taille de l'armée qui devait être maintenue. Maintenant que le danger de l'invasion de l'Australie était exclu, le gouvernement a réexaminé comment les ressources de la nation, en particulier en main-d'œuvre, devraient être distribuées. Blamey a demandé de maintenir trois divisions, car elles seules pouvaient également être envoyées au nord de l'équateur où les dernières campagnes seraient menées. Il s'est opposé à la proposition de MacArthur d'utiliser l'armée australienne principalement pour le soutien logistique et de laisser des rôles de combat principalement aux troupes américaines.

Fin de la guerre[modifier | modifier le code]

Blaney avec le général McArthur

Le 5 avril 1944, Blamey partit pour San Francisco à bord de l'USS Lurline pour la première étape d'un voyage pour assister à la Conférence de 1944 entre premiers ministres du Commonwealth à Londres. Le voyage a été fait par la mer et le rail en raison de la peur de l'avion de Curtin. Également à bord du navire il y avait des militaires américains qui reviennaient aux États-Unis, et quelque 40 épouses de guerre australiennes. Le groupe s'est rendu en train à Washington, DC, où Blamey a été chaleureusement accueilli par les chefs d'état-major, et a informé les chefs d'état-major sur les progrès de la guerre en Asie. À Londres, Blamey a eu une série de réunions avec le chef d'état-major général impérial, le maréchal Sir Alan Brooke, et a été informé de l'opération Overlord par le général Sir Bernard Montgomery et Air Chief Marshal Sir Arthur Tedder. Blamey a été déçue d'avoir à refuser une offre d'accompagner l'invasion en tant qu'invité du général Dwight Eisenhower, car Curtin a craint que l'invasion conduirait à des bombardements allemands de représailles.

Pour des raisons politiques, Curtin a voulu que les forces australiennes soient impliquées dans la libération de la Nouvelle-Guinée. MacArthur a donc proposé que les troupes australiennes soulagent les garnisons américaines sur la Nouvelle-Bretagne, à Bougainville et en Nouvelle-Guinée. Cependant, MacArthur à proposition à Blamey pour remplacer les sept divisions américaines avec seulement sept brigades australiennes, ce qui entraîne la 6e Division être employé aussi bien. Les garnisons plus autorisé des opérations offensives, et les demanda si la 6e Division devait être libéré pour un emploi ailleurs. Ces opérations suscité des critiques considérables sur les motifs qu'ils étaient inutiles, que les troupes auraient dû être employé ailleurs, et que le matériel de l'Armée et de la logistique étaient insuffisantes. Blamey a vigoureusement défendu sa politique agressive afin de réduire les garnisons, mais certains ont estimé qu'il était allé trop loin en mettant son cas publiquement dans une émission de radio nationale. Il a également été critiqué pour ne pas passer assez de temps dans les zones avancées, bien qu'il ait passé plus de la moitié de son temps hors de l'Australie en 1944, et entre avril 1944 et avril 1945, il a parcouru 105 000 km par avion et 11 000 km par mer et 12 100 km par voie terrestre. Blamey a insisté pour que la 7e division ne peut être envoyé à Balikpapan, une opération qu'il considère comme inutile. À cette occasion, il n'a pas été pris en charge par le gouvernement, et l'opération s'est déroulée comme prévu[22].

Le 2 septembre 1945, Blamey était avec MacArthur à bord du USS Missouri et a signé l'acte de réeddition japonaise au nom de l'Australie. Il s'est ensuite envolé pour Morotai et a personnellement accepté la reddition des Japonais qui restaient dans le Pacifique Sud-Ouest. Il a insisté pour que l'Australie devraient être représentés dans l'occupation alliée du Japon[23].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Blamey a pris officiellement sa retraite le 31 janvier 1946. Blamey retourne à Melbourne, où il se consacre aux affaires commerciales, à l'écriture, et à promouvoir le bien-être des ex-militaires. En septembre 1948, Blamey a effectué une visite au Japon, où il a été chaleureusement accueilli à son arrivée à Iwakuni par Horace Robertson, le commandant de la Force d'occupation du Commonwealth. MacArthur a envoyé son propre avion, le Bataan, pour recueillir Blamey et l'amener à Tokyo, où il a rencontré Blamey à l'aéroport et lui donna un autre accueil chaleureux.

Menzies devint Premier ministre à nouveau en décembre 1949, et il est résolu que Blamey devrait être promu au grade de maréchal, quelque chose qui avait été suggérée en 1945. La recommandation a été effectuée par l'intermédiaire du gouverneur général, William McKell, au War Office à Londres, qui a répondu qu'il ne pouvait pas être promu au grade. Le War Office a alors prétendu que Blamey ne pouvait pas être promu au feld-maréchal, parce qu'il était un officier retraité, ce n'était qui n'était pas vrai. Menzies a restaurés Blamey au service actif. Blamey a été dûment promu feld-maréchal en Birthday Honours du Roi du 8 juin 1950.

Quelques jours après, Blamey est tombé gravement malade et a été contraint de recevoir son bâton de maréchal de champ McKell lors d'une cérémonie au chevet à l'hôpital dHeidelberg. Blamey y mourut d'hémorragie cérébrale hypertensive, le 27 mai 1951. Son corps est resté dans l'état dans le sanctuaire du Souvenir, où 20 000 personnes y défilèrent. Des foules estimées à 300 000 le long des rues de Melbourne à ses funérailles nationales. Dix de ses lieutenants généraux ont servi en tant que porteurs: Frank Berryman, William Bridgeford, Edmund Herring, Iven Mackay, Leslie Morshead, John Northcott, Sydney Rowell, Stanley Savige, Vernon Wells Sturdee et Henry. Son corps a été incinéré au crématorium Fawkner et Memorial Park.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hetherington 1973, pp. 1–3.
  2. Hetherington 1973, pp. 11–15.
  3. a et b Hetherington 1973, pp. 18–20.
  4. Hetherington 1973, pp. 24–26.
  5. Horner 1998, pp. 15–16.
  6. "Honours and Awards – T.A. Blamey – Recommendation for Mention in Despatches". Australian War Memorial. Retrieved 10 October 2011.
  7. London Gazette: (Supplement) no. 29354. p. 11001. 5 November 1915. Retrieved 10 October 2010. Mentioned in Despatches.
  8. London Gazette: no. 29703. p. 7917. 11 August 1916. Retrieved 16 August 2008. Appointed GSO1.
  9. London Gazette: (Supplement) no. 29890. p. 253. 4 January 1917. Retrieved 10 October 2010. Mentioned in Despatches.
  10. London Gazette: (Supplement) no. 30107. p. 5419. 1 June 1917. Retrieved 10 October 2010. Mentioned in Despatches.
  11. "Blamey Thomas Albert Personnel File NAA (ACT): B883 VX1". National Archives of Australia. Retrieved 8 October 2011.
  12. Hetherington 1973, pp. 43–44.
  13. London Gazette: (Supplement) no. 31245. p. 3835. 21 March 1919. Retrieved 16 August 2008. Companion of the Order of the Bath (CB).
  14. Horner 1998, pp. 60–63.
  15. Horner 1998, pp. 67–69.
  16. Horner 1998, pp. 104–113.
  17. Long 1952, pp. 44–50.
  18. Hetherington 1973, pp. 116–117.
  19. London Gazette: (Supplement) no. 38296. pp. 3117–3118. 21 May 1948. Retrieved 16 August 2008. Despatch to the Admiralty, 4
  20. London Gazette: (Supplement) no. 35144. p. 2348. 22 April 1941. Retrieved 16 August 2008. Appointed Deputy Commander in Chief, Middle East.
  21. London Gazette: no. 35396. pp. 7339–7357. 26 December 1941. Retrieved 16 August 2008. mentioned in despatches.
  22. London Gazette: (Supplement) no. 39202. pp. 2153–2154. 13 April 1951. Retrieved 31 January 2008.
  23. London Gazette: (Supplement) no. 38930. p. 2811. 2 June 1950. Retrieved 31 January 2008. Field Marshal.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :