Thomas Arnold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'historien britannique. Pour le bobeur britannique, voir Thomas Arnold (bobsleigh).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnold.
Thomas Arnold, 1840

Thomas Arnold (13 juin 179512 juin 1842) est un célèbre enseignant et historien qui fut à la tête du Collège de Rugby de 1828 à 1841.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de William Arnold, collecteur des impôts, et Martha de la Field, Thomas Arnold est né à Cowes sur l'Île de Wight. Il fit ses études à Winchester College et au Corpus Christi College à Oxford. Là, il excella dans les humanités et devint membre du Oriel College d'Oxford en 1815.

Il épousa Mary Penrose, fille du Révérend John Penrose de Penryn, dans les Cornouailles. Ils eurent trois filles et quatre fils, dont le poète Matthew Arnold, l'universitaire Tom Arnold, et l'écrivain William Delafield Arnold. La fille de Tom, Mary Augusta Arnold, devint une célèbre romancière sous son nom de femme mariée, Mme Humphry Ward. L'autre fille de Tom épousa Leonard Huxley, fils de Thomas Huxley. De leur union naquirent deux fils : Julian et Aldous Huxley.

Pédagogue et père du sport éducatif[modifier | modifier le code]

Sa nomination à la tête de la prestigieuse école privée de la ville de Rugby en 1828, après quelques années en tant que tuteur, marqua un tournant pour l'établissement. Sa force de caractère et sa ferveur religieuse lui permirent d'en faire un modèle suivi par les autres écoles privées, exerçant une influence sans précédent sur le système éducatif du pays, la pratique des sports et de la compétition occupant une place éminente dans le système.

Théologien[modifier | modifier le code]

Il apparaît même dans le roman Tom Brown's Schooldays. Il fut impliqué dans de nombreuses controverses liées à l'éducation ou à la religion. C'était un homme d'église profondément érastien et profondément opposé à l'Église anglicane.

Historien[modifier | modifier le code]

En 1841, il est nommé professeur royal d'histoire moderne à Oxford. Il fut un des victoriens éminents dans le livre du même nom écrit par Lytton Strachey. Ses ouvrages principaux sont l'Histoire de Rome, inachevée et composée de trois volumes écrits entre 1838 et 1842, et les Lectures d'Histoire Moderne. Il fut emporté par une angine de poitrine alors qu'il jouissait d'une influence sans cesse grandissante. Arthur Penrhyn Stanley, un de ses anciens élèves écrivit sa biographie en 1844.

Lien externe[modifier | modifier le code]