Thomas-Marie Mamachi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thomas-Marie Mamachi, (4 décembre 1713 à Chios – 7 juin 1792 à Corneto, près de Montefiascone), était un historien et théologien dominicain greco-italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mamachi est entré dans le couvent de l'île de Chios à l'âge de 16 ans puis il a poursuivi son apprentissage dans le couvent San Marco à Florence où il devient professeur de théologie. Par la suite, il intègre la Basilique de la Minerve à Rome et, en 1740, il est nommé professeur de physique à l'Université La Sapienza de Rome sans doute sur la recommandation des membres les plus distingués de son ordre Dominicain, Dannello Concina, Giuseppe Agostino Orsi et Dinelli, qui, voyant son goût pour l'érudition, voulaient le favoriser. Il collabora avec Orsi à l'écriture de De Romani pontificis in synodos oecumenicas et earum canones potestate.

En 1743, il enseigna la philosophie à la Sacrée congrégation pour la propagation de la foi. Rapidement, le pape Benoît XIV lui décerna le titre de de préfet de la Bibliothèque Casanatense, de maître de théologie, et de consultant de la Congrégation de l'Index. De par ses fonctions, il prit part à la controverse entre les appelants jansénistes et les jésuites et il s'engagea dans des débats théologiques controversés avec Giovanni Domenico Mansi et Cadonici. Il est également intervenu dans la controverse au sujet de la béatification de Juan de Palafox y Mendoza à laquelle il s'opposa[1] .

Entre 1742 et 1785, il fut directeur du journal ecclésiastique de Rome et il organisait dans sa demeure des réunions avec les érudits de la société romaine. Mamachi était un zélé supporter du souverain pontife de Rome. Prenant parti dans toutes les controverses de son temps, il fut l'un des premier à se prononcer sur les écrits de Johann Nikolaus von Hontheim concernant l'organisation de l'Église et le pouvoir législatif du pape.

En 1779, le nouveau pape Pie VI le nomma secrétaire de la Congrégation de l'Index puis, par la suite, Maître du Sacré Palais apostolique et il fit fréquemment appel à ses conseils et à sa plume.

Ses écrits[modifier | modifier le code]

Mamachi parait avoir débuté sa carrière en 1788 dans la littérature par une dissertation latine sur les Oracles des païens, la Croix vue par Constantin et la chronologie de l'Evangile. Elle fut suivie de quatre lettres adressées à Mansi sous le titre De ratione temporum Athanasiorum, deque aliquot synodis IV soeculo celebratis.

Mamachi entreprit également un grand ouvrage sur les Origines et antiquités chrétiennes, dans lequel il devait rassembler des travaux originaux et inédits remontant à l'antiquité. Il en publia successivement 5 volumes sur les 20 qu'il avait projeté.

Par la suite, il s'occupa plus spécialement de théologie. En 1763, il semble avoir travaillé sur une défense du synode de Frascati dirigé par le cardinal d'York. En 1766, suite à la controverse produite par le livre de Cadonici, Mamachi publie un traité ayant pour titre 'De animabus justorum in sinu Abrahae ante Christi mortem, expertibus beatae visionis Dei[2].

Mamachi publia également un ouvrage sur le droit pour l'Église d'acquérir et de posséder des biens temporel (1769), des lettres sur la prétendue philosophie des incrédules modernes (1770), les Lettres de Philarète sur l'orthodoxie de Palafox (1772)[3] et des Lettres adressées à Febronius[4] dont l'objectif était de réfuter les thèses de Hontheim.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Juan de Palafox y Mendoza, archevêque de Mexico, Vice-roi de Nouvelle-Espagne, sera béatifié le 12 septembre 1767.
  2. Libri duo, Rome, 1766, 2 volumes in-4°
  3. Il publia en fait trois volumes, le premier datant de 1772, les autres étant sortis les années suivantes.
  4. Ces lettres avaient le titre : De Ratione regendae christianae reipublicae, deque legitima Romani pontificis auctoritate, 1776, 2 volumes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Thomas-Marie Mamachi in histoire ecclésiastique, Librairie Artciboldo, 2009
  • Charles Herbermann, Thomas Maria Mamachi, Catholic Encyclopedia, Robert Appleton Company, 1913