Thiomargarita namibiensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Thiomargarita namibiensis (la perle de soufre de Namibie) est une bactérie qui a été découverte en 1999 dans les sédiments des côtes namibiennes, au niveau du plateau continental. Cette bactérie est la plus grosse jamais découverte, elle présente en effet un diamètre compris entre 100 et 300 µm, mais certaines cellules peuvent atteindre 750 µm et peuvent être visible à l’œil nu[1]. Cette bactérie présente la particularité de survivre dans des conditions qui peuvent être hostiles, à la fois riche en nutriment, pauvre en oxygène et riche en sulfure. Elle présente de plus la particularité de posséder à la fois un cycle du soufre et un cycle de l'azote lors de son métabolisme.

C’est une bactérie sphérique, à coloration de Gram négatif. Son cytoplasme est réduit à une couche étroite entourant une vacuole centrale contenant des nitrates nécessaire à l’oxydation des sulfures.

C’est une bactérie chimiolithotrophe capable d’utiliser le nitrate comme accepteur terminal d’électrons dans la chaîne respiratoire. La concentration en nitrate étant fluctuante dans son environnement, la bactérie est capable de stocker le nitrate dans son immense vacuole. Quand la concentration en nitrate est faible dans l’environnement, la bactérie utilise le nitrate contenu dans sa vacuole pour sa respiration.

Au cours de la respiration anaérobie, la bactérie oxyde le sulfure d'hydrogène (H2S) en élément soufre (So). Le soufre est déposé sous forme de granules dans le cytoplasme, réfléchissant la lumière au microscope, donnant à l’organisme l’aspect d’une perle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Schulz H, Jorgensen B. (2001). "Big bacteria". Annu Rev Microbiol 55 : 105 – 37

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :