Thilas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thilas (ou tjilas, djilas, tilas, etc.) est un ancien titre de noblesse en usage dans les royaumes sérères précoloniaux, comme le Royaume du Sine, le Royaume du Saloum et auparavant le Royaume du Baol, qui font tous partie de l'actuel Sénégal. Le thilas était le deuxième dans l'ordre de succession au trône après le buumi[1], qui était l'héritier présomptif.

Seuls les membres de la famille royale pouvaient porter ce titre. Lorsqu'un Maad a Sinig (roi du Sine) décèdait sans buumi, le thilas pouvait accéder au trône à la discrétion du Grand Diaraf et de son Conseil de notables. Dans l'histoire du Sine au XXe siècle, le cas ne se produisit qu'une seule fois, au moment de la succession de Maad a Sinig Coumba Ndoffène Fandepp Diouf (règne : c. 1898 - 1924) dont le prédécesseur était mort sans buumi[2].

Avant l'abolition de la monarchie sérère en 1969, le thilas avait toujours sa résidence à Djilas, dans le Sine[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Diouf, Niokhobaye, « Chronique du royaume du Sine. Suivie de notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin », Bulletin de l'IFAN, tome 34, série B, no  4, 1972, p. 777
  2. (en) Klein, Martin A., Islam and Imperialism in Senegal, Sine-Saloum, 1847–1914, Edinburgh University Press, 1968, p. 11-21, 173 et 263

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Diouf, Niokhobaye, « Chronique du royaume du Sine. Suivie de notes sur les traditions orales et les sources écrites concernant le royaume du Sine par Charles Becker et Victor Martin », Bulletin de l'IFAN, tome 34, série B, n° 4, 1972
  • (en) Klein, Martin A. Islam and Imperialism in Senegal Sine-Saloum, 1847–1914, Edinburgh University Press, 1968