Thierry Pécou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'historien médiéviste Thierry Pécout

Thierry Pécou

Description de cette image, également commentée ci-après

Au parc floral de Paris en août 2007

Naissance 1965
Boulogne-Billancourt
Activité principale Compositeur
Éditeurs Schott Music, Ricordi, Billaudot
Formation Études et cycle de perfectionnement au CNSMDP
Récompenses Prix Musique de la SACD (2008), Prix de Composition de la Fondation Cino et Simone del Ducca (2010), Diapason d'or de l'Année 2010, Grand Prix de l'Académie Charles Cros
Site internet www.thierrypecou.fr [1]

Thierry Pécou, né en 1965 à Boulogne-Billancourt, est un compositeur français de musique contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thierry Pécou suit le cursus classique du compositeur en France (piano dès 9 ans, puis Conservatoire de Paris, orchestration et composition, en 1987 et 1988) ; il s'en distingue par son goût pour les voyages (Canada, Japon, Chine, Russie, Espagne, Italie, Cuba, Mexique, Colombie, Équateur) ; il est aussi pensionnaire de la Casa de Velázquez à Madrid de 1997 à 1999 ; il a fondé en 1998, l'Ensemble Zellig (solistes instrumentaux et vocaux) qu'il a dirigé jusqu'en 2009. En 2010, il forme un nouvel ensemble, l'Ensemble Variances, avec lequel il élabore ses programmes de concerts de musique de chambre, basé sur des échanges avec d'autres compositeurs (Gabriela Ortiz, Lisa Bielawa, John Zorn, Gualtiero Dazzi,etc.), d'autres ensembles, ou des musiciens issus des musiques de traditions orales ou non européennes. Il se produit régulièrement au piano, notamment avec son ensemble.

Sa première œuvre significative est le Stabat Mater (1990), suivie en 1997 de "L'Homme Armé". Son style est qualifié par certain de moderniste-synthétique-coloriste. Thierry Pécou est aujourd'hui un jeune compositeur prometteur, même si son catalogue est déjà étoffé. Il a reçu en 1993, le prix "Georges Enesco" de la SACEM ; en 1996, le prix "Pierre Cardin" de l'Académie des Beaux-Arts et, en 1999, le prix "Nouveau Talent" de la SACD. Parmi ses œuvres les plus importantes, citons : Outre-Mémoire (2003), Symphonie du Jaguar (2002-2003), Passeurs d'eau-cantate amazonienne (2004), Vague de Pierre (2005), Les Machines désirantes (2008), et ses deux opéras : Les Sacrifiées (2007) et l'Amour coupable (2008).

Tout en étant actif internationalement, il s'est investi en France sur le « terrain »,affichant une proximité avec la province et ne se limitant pas Paris, à l'occasion de festivals, et par sa collaboration active avec les jeunes artistes (musiciens, comédiens, danseurs) ; les cultures musicales extra-européennes (Mexique, Brésil) sont sources d'inspiration dans son propre langage qui recherche les combinaisons de sons inouïs, avec prépondérance d'instruments métalliques et de traditions éloignées les unes des autres (entre autres, le gagaku japonais avec l'organum grégorien) ; sa musique est exigeante, tout en étant séduisante, à la fois tonale et atonale, rituelle (mais non répétitive), voire jubilatoire… Elle intègre de façon complexe des procédés issus de l'oralité.

Ses œuvres sont éditées principalement par les Éditions Schott Music et Ricordi-Paris (période 1992-2000).

Thierry Pécou vit à Rouen en Haute-Normandie depuis 2011.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Pécou a collaboré à plusieurs occasions avec le pianiste Alexandre Tharaud, en solo, avec l'Ensemble orchestral de Paris dirigé par Andrea Quinn, et également avec l'Ensemble Zellig qu'il a fondé[1]. Il est depuis 2010 le fondateur et le directeur artistique de l'Ensemble Variances. Il a été en "résidence" à l'Opéra de Rouen Haute-Normandie de 2007 à 2010 et à l'Arsenal de Metz de 2011 à 2013.

Pièces emblématiques[modifier | modifier le code]

(sur un catalogue total de plus de 20) :

  • Petit livre pour clavier (pour piano, épinette et clavicorde, 1995)
  • Poème du Temps et de l'Éther (pour violoncelle et piano, 1996)
  • Les Filles du feu (pour hautbois ou clarinette et ensemble, 1998)
  • Symphonie du Jaguar (pour ensemble et orchestre, 2003)
  • Outre-mémoire, variance (pour piano, 2004)
  • Vague de pierre (pour grand orchestre)
  • L'Oiseau innumérable (concerto pour piano et orchestre, 2006).
  • Musique du film Nanook of the North de Robert Flaherty (créé à Paris en décembre 2006)
  • Les Sacrifiées (opéra créé à Nanterre d'après la pièce de Laurent Gaudé en janvier 2008)

Discographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livrets de L'Oiseau innumérable, Harmonia Mundi, n° cat. HMC 801974 et de Outre-mémoire, Æon, n° cat. AECD 0423

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]