Thierry Ier de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thierry Ier (homonymie).

Thierry Ier de Metz[1] (en latin Theodiricus ou Deodericus), également appelé Thierry de Hamelant[2] (vers 929 - 7 septembre 984), a été évêque de Metz de 965 à 984. Proche de l'empereur Otton Ier du Saint-Empire, il s'est opposé aux prétentions du roi Lothaire de France sur la région de Metz. Il a contribué à l'édification de l'abbaye Saint-Vincent de Metz et du monastère Saint-Goëry à Épinal.

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Il est le fils du comte Eberhard de Bonn et d’Amalrade, et le cousin (du latin : « consobrinus » ) de l’empereur Otton Ier par sa mère, parente de Mathilde, la mère dudit Otton.

Il fréquente d'abord l'abbaye de Saint-Gall[3] puis devient prévôt de Worms et chanoine d’Halberstadt[4].

À partir de 953, il est auprès de son cousin Brunon archevêque de Cologne, le jeune frère de l'empereur Otton[5].

Évêque de Metz[modifier | modifier le code]

L'évêque Adalbéron Ier de Metz décède en 962. À la même époque, Otton, qui a succédé à son père Henri l'Oiseleur, insuffle en Germanie une politique centralisatrice, plaçant des proches aux principaux postes de pouvoirs. Il confie donc à Brunon de Cologne le contrôle de la Lotharingie[5].

Ce n'est que le 5 mars 965 que Thierry est sacré évêque par Dietrich I de Trèves, après trois ans de vacance du siège pontifical [5].

Durant les premières années, il est très souvent présent à la cour impériale et par conséquent absent de son diocèse messin. Ami et conseiller de Brunon, il l’accompagne dans son voyage vers Compiègne, voyage au cours duquel Brunon meurt à Reims. Après la mort de Brunon, Thierry est un des conseillers les plus influents d’Otton Ier. De 967 à 972, il demeure auprès de son cousin Otton en Italie[5]. Il assiste au couronnement d'Otton II et obtient après cela la charge honorifique d’accueillir sur les côtes italiennes Theophania la fille de l’empereur grec que l’empereur de Rome avait choisi pour son fils.

En 968, il fait fonder l’abbaye Saint-Vincent de Metz[6], et en 972 celle d' Épinal[7]; il devient protecteur de nombreuses églises et abbayes.

Après la mort d’Otton Ier, Thierry conserve son influence à la cour d’Otton II. En 978 le roi de France Lothaire fait assiéger Metz qui est défendue avec succès par Thierry [5]. Après la fin heureuse de cette guerre, Otton II vient à Metz et y est couronné roi de Lotharingie. Les armées françaises sont repoussées jusqu'aux environs de Paris, et en 978 à Laon, Thierry couronne Charles de Basse-Lotharingie roi des Francs[8] ; celui-ci néanmoins ne sera jamais reconnu en tant que tel bien que soutenu par Otton II.

En 981, Thierry accompagne l’empereur en Italie. Après la mort d'Otton II en décembre 983, il prend le parti d'Henri le Querelleur pour la succession au trône impérial, probablement contre rétribution. Ce ralliement lui pose des problèmes en Lorraine où le parti impérial est puissant : il doit déclarer la guerre à Verdun puis il s'oppose à Charles de Basse-Lotharingie [5].

Il décède le 7 septembre 984. Il est considéré comme un bienheureux par l'Église catholique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Thierry est également écrivain. De ses voyages en Italie, il rapporte des reliques de différents saints[9], dont il rédige les biographies. Celles-ci ont néanmoins été perdues.

Sigebert de Gembloux et Albert de Metz ont écrit une biographie de Thierry Ier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tierry (Dietrich), fils du comte Eberhard de Bonn sur le site Medieval Lands
  2. Le nom de Thierry de Hamelant apparaît pour la première fois dans un écrit de Ricuin, évêque de Toul, en date du 30 mai 1119, où il rappelle que le monastère féminin de Saint-Goëry d’Épinal a été fondé par Thierry de Hamelant, évêque de Metz. Georges Poull, Les dames chanoinesses d’Épinal, Gérard Louis éditeur. F.54740 Haroué. p. 15 ISBN 2-914 554-59-1
  3. Les Monnaies des évêques de Metz in Memoires de l'Academie Nationale de Metz, Volume 14 p.13, Félicien de Saulcy 1833
  4. Georges Poull, Les dames chanoinesses d’Épinal, Gérard Louis éditeur. F.54740 Haroué, p. 10 ISBN 2-914 554-59-1
  5. a, b, c, d, e et f Il y a mille ans : Thierry Ier, évêque de Metz (965-984) , Michel Parisse, Les Cahiers Lorrains n°4, 1965
  6. Diplôme de l'empereur Otton III du Saint-Empire confirmant la fondation de l'abbaye St-Vincent ainsi que l'établissement d'un marché à Épinal, 20 juin 983, Monumenta Germanicae Historica, scriptores IV, p 481; Documents rares ou inédits de l'histoire des Vosges, tome I, pp 10-12; Archives Départementales de Meurthe & Moselle, B 673 Epinal n° 145 (copie sur papier du XVe siècle)
  7. http://www.vosges-archives.com/fichiers/anterieur/G/G_chapitre_Epinal.pdf
  8. Chronologie de l'histoire de France, 1994, p. 90
  9. Collection de reliques et pouvoir épiscopal au Xe siècle : L'exemple de l'évêque Thierry 1er de Metz

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]