Thierry Agullo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thierry Agullo est un artiste français né à Bordeaux en 1945 et mort d'un accident de voiture à Poitiers le 29 janvier 1980.

Il reste surtout connu pour ses collections de fers à chaussures et autres objets[1] dans la mouvance de l'art sociologique des années 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thierry Agullo s'intéresse jeune à la typographie et l'édition dont il fait l'apprentissage chez Robert Morel puis au Soleil Noir.

À partir de 1965, il commence à collectionner des fers à chaussures usagés - qu'il exposera pour la première fois en décembre 1972 - puis des portefeuilles, porte-monnaies et gants.

À partir de 1971, il produit également des compositions typographiques, collages de mots découpés.

En 1974, il rencontre l'artiste Pierre Molinier dont il devient un modèle privilégié en même temps qu'un ami intime.
De leur complicité résultent deux séries de photographies : L'Indécence, 110 clichés en noir et blanc regroupés dans un recueil à tirage limité édité par la galerie À l'Enseigne des Oudins en 1975, et Thérèse Agullo sur le thème de l'androgynie, réalisée en 1976 juste avant le suicide de Pierre Molinier.

En 1975, il rejoint le Collectif d'Art Sociologique qui s'est fondé en 1974 autour de Fred Forest.

En 1977, il est le personnage qu'il nomme Jack l'Inventeur d'une série de photographie réalisée par Anne Garde dans la Base sous marine de Bordeaux.

En 1979, il devient éditeur en publiant de manière posthume les poèmes de Pierre Molinier, Les Orphéons magiques, écrits de 1946 à 1950.

Œuvre écrite[modifier | modifier le code]

en coédition avec la galerie Oudin

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

  • Thierry Agullo, galerie À l'Enseigne des Oudins, Paris, 1er juillet au 30 septembre 2000.
  • François Pluchart - l'art, un acte de participation au monde, Fonds régional d'art contemporain de Bourgogne, 16 novembre 2002 au 4 janvier 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Un assemblage de pointes et fers à chaussure titré 94 pointes lancées à bouts tronqués est exposé au Musée d'art moderne de Saint-Étienne. Plusieurs autres assemblages sont conservés par le Musée de l'objet de Blois.

Liens externes[modifier | modifier le code]