Theodor Zwinger (l'ancien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zwinger (homonymie).

Theodor Zwinger

Description de l'image  Theatrum_Vitae_Humanae_1565.jpg.
Naissance
Bâle (Suisse)
Décès à 54 ans
Bâle (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse
Champs médecine
Institutions Université de Bâle
Université de Lyon
Université de la Sorbonne
Université de Padoue

Theodor Zwinger l'Ancien, né à Bâle le , mort à Bâle le , est un savant suisse, célèbre médecin, et chef d'une famille qui pendant trois siècles, n'a pas cessé de produire des hommes distingués dans les sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'une sœur de l'imprimeur Jean Oporin et de Léonard Zwinger, pelletier ou corroyeur, originaire de Bischofszell, dans la Turgowie. Quoique pelletier ou corroyeur (pellio), Léonard Zwinger était d'une ancienne et illustre famille. Plusieurs de ses ancêtres avaient rempli des charges importantes ; et son père avait reçu en 1492 des lettres de noblesse de l'empereur Maximilien Ier.

À l'âge de cinq ans, il eut le malheur de perdre son père ; mais il trouva dans la tendresse d'Oporin et de Conrad Lycosthenes, avec qui sa mère s'était remariée, tous les secours nécessaires pour développer les heureuses dispositions dont la nature l'avait doué. Ce fut à l'école de Thomas Plater, habile grammairien, qu'il apprit les éléments des langues anciennes, et il ne tarda pas à surpasser tous ses condisciples. Dans les représentations théâtrales qui, suivant l'usage, terminaient l'année scolastique, on choisissait Theodor pour remplir le personnage de l'Amour. Sa manière vive et enjouée de réciter son rôle et ses grâces enfantines lui valaient chaque fois des applaudissements que son biographe regarde comme un présage certain de ceux qu'il devait recueillir un jour sur la scène du monde.

Admis en 1548 à l'académie, il y suivit avec succès les leçons des professeurs ; mais entraîné par le désir de voyager, il sortit un jour de Bâle, plus chargé de livres que d'argent, et se dirigea sur Lyon, persuadé que son talent pour la poésie ne pouvait manquer de lui procurer partout des amis et des protecteurs. À son arrivée dans cette ville, il fut reçu prote dans l'atelier typographique des Bering ; et il y resta trois ans, qui ne furent pas perdus pour son instruction.

Il se rendit ensuite à Paris, où il fréquenta les cours des plus célèbres professeurs, entre autres de Petrus Ramus, dont Théodore eut l'occasion dans la suite de reconnaître le bienveillant accueil. Après cinq années d'absence, il revint à Bâle en 1553 ; mais par le conseil de Pietro Perna, imprimeur de Lucques, expatrié pour cause de religion, il partit presque aussitôt pour l'Italie. Zwinger, après avoir suivi les cours de l'académie de Padoue, vint à Venise pour y perfectionner ses connaissances dans la société des hommes les plus instruits. Son beau-père, déjà malade et qui se proposait de l'associer à la rédaction de ses ouvrages, le pressait de revenir à Bâle. Avant de quitter l'Italie, il reçut le titre de docteur à la faculté de médecine de Padoue. À son retour à Bâle (1559), ses amis, pour l'y fixer, lui firent épouser la veuve d'un richie négociant. Libre dès lors de suivre ses goûts studieux, Zwinger partagea ses loisirs entre la culture des lettres et la pratique de la médecine. Sa nomination à la chaire de langue grecque de l'académie lui fournit les moyens de rendre ses talents et son érudition utiles à la jeunesse. Il passa de cette chaire, en 1571, à celle de morale ; et, en il fut nommé professeur de médecine théorique. Sans rien relâcher de ses devoirs, il trouva le loisir de composer un grand nombre d'ouvrages et de continuer ses soins aux pauvres malades, leur fournissant gratuitement tous les remèdes dont ils avaient besoin. Une épidémie s'étant manifestée à Baie, Zwinger redoubla de zèle pour dérober à ce fléau un plus grand nombre de victimes ; mais, atteint lui-même de ce mal, il annonça qu'il succomberait le onzième jour, et mourut en effet, dans de grands sentiments de piété, le [10 mars] 1588. Il avait composé, la veille de sa mort, une imitation en vers latins du psaume 122, qui fut imprimée sous ce titre : Precatio cycnea Th. Zwingeri. C'était un homme d'un mérite rare, joignant à de grands talents toutes les qualités du cœur. Jacques-Auguste de Thou, qui l'avait vu fréquemment pendant son séjour à Bâle, dit qu'il goûtait un plaisir extrême dans sa conversation, et loue sans réserve la politesse de son esprit, son savoir et sa candeur (voir les Hommes illustres de Teissier, t. 3, p. 447).

Publications[modifier | modifier le code]

Outre une édition des Œuvres de [Cattani], avec une préface ; des Commentaires sur quelques-uns des livres de Galien, sur le dixième livre des Ethiques et le huitième de la Politique d'Aristote ; et enfin une édition des Œuvres d'Hippocrate (1579, in-fol.), avec la version latine de Cornaro, retouchée, et des notes excellentes, on a de Zwinger :

  1. Theatrum vitæ humanæ, Bâle, 1565, 1571, 1586, 1596 et 1604, 5 vol. in-fol. totalisant 4 376 pages. Conrad Lycosthenes lui avait laissé des matériaux pour cet ouvrage, en le priant de les mettre en ordre. C'est une forme d'encyclopédie à l'ancienne, vaste compilation d'anecdotes et de traits historiques, intéressants pour ce qu'ils nous apprennent sur la morale et la psychologie humaine : l'imagination, la mémoire, les maladies mentales, la volonté, les habitudes, etc. L'ouvrage traite aussi des sciences et des techniques, ainsi que de l'organisation sociale et de l'économie. On y trouve, comme dans l'Officina de Ravisius Textor, une foule de rapprochements piquants et de traits curieux dont on composerait aisément le plus utile et le plus agréable des Ana[1].
  2. Leges ordinis medici basiliensis, ibid., 1570, in-fol. ;
  3. Morum philosophia practica, ibid., 1575, 2 vol. in-8° ;
  4. Methodus similitudinum ; avec les Similium loci communes de Lycosthènes, ibid., 1575, 1595, 1602, in-8 ;
  5. Methodus rustica Catonis et Varronis præceplis aphoristicis per locos communes digestis, ibid., in-8 ;
  6. Methodus apodemica, qua omnia continentur quæ cuivis in quolibet vitæ génère peregrinanti, et imprimis homini studioso scitu cognituque necessaria, Bâle, 1577, in-4 ; Strasbourg, in-4 ; et dans l'appendice de l' Hodœporicon de Nicolas Reusner. Malgré ces trois réimpressions, l'ouvragé n'est pas commun. Kahl ne connaissait que la première édition, et il témoigne le désir d'en voir donner une nouvelle (voir la Biblioth. philosoph. Struviana, p. 300).
  7. Analysis Pitalmorum Davidis, symboli apostolici et orationis dominicœ, Bâle, 1599, in-fol. ;
  8. Physiologia mediça Th, Paracehi dogmatibus illystruta, ibid., 1620, in-8. Dans cet ouvrage, l'auteur cherche à concilier la doctrine de Paracelse avec celle d'Hippocrate et des anciens médecins. Il n'était pas le premier qui eût formé ce projet (voir Rivière). Toutefois Zwinger ne dissimule point les erreurs des paracelsistes. Il défend contre eux la véritable anatomie et rejette les principes chimiques, se fondant sur ce que le médecin doit connaître des parties qui existent réellement dans les corps, et non celles que l'art en retire par des moyens violents. Il me semble, dit Sprengel, que c'est là une vérité qu'on ne saurait faire trop vivement sentir, même aujourd'hui, aux partisans de la chimie physiologique[2]. Cet ouvrage a été publié par Jakob Zwinger, et quelques biographes l'en regardent comme le véritable auteur.

Portrait[modifier | modifier le code]

On trouve le portrait de Theodor Zwinger gravé en bois, avec un assez grand nombre de pièces à sa louange, recueillies par Valentin Thiloligius, l'un de ses disciples, dans les Icônes aliquot virorum clarorum de Nicolas Reusner, Bâle, in-8. Zeltner lui a consacré une notice dans son histoire des correcteurs célèbres (Theatrum virorum eruditorum ; elle est plus exacte et plus détaillée que l'article du Dictionnaire de médecine d'Eloy, copié par tous les biographes du xixe siècle mais la meilleure Vie de Zwinger est celle que l'on trouve dans les Athenœ rauricœ, p. 208-244.

Source[modifier | modifier le code]

« Theodor Zwinger (l'ancien) », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cet ouvrage est disponible sur Google Books
  2. Voir Histoire de la médecine, traduction de Jourdan, t. 3, p. 554).

Articles connexes[modifier | modifier le code]