Theodor Storm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Storm.

Theodor Storm

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Theodor Storm en 1886

Nom de naissance Hans Theodor Woldsen Storm
Activités romancier, poète, novelliste
Naissance 14 septembre 1817
Husum
Décès 4 juillet 1888 (à 70 ans)
Hanerau-Hademarschen
Langue d'écriture Allemand
Mouvement Réalisme
Genres littérature d'Allemagne du nord

Œuvres principales

L'Homme au cheval blanc (1888)

Hans Theodor Woldsen Storm (14 septembre 1817 à Husum - 4 juillet 1888 à Hanerau-Hademarschen) est un écrivain allemand connu pour ses œuvres en prose et ses poèmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Theodor Storm naquit au sein d'une famille de notables le 14 septembre 1817, à Husum, dans le Schleswig-Holstein, où il passa une enfance heureuse et bucolique. Theodor Storm était le premier enfant de Johann Casimir Storm et Lucie Woldsen. Johann Casimir Storm avait étudié le droit à Heidelberg et Kiel et était devenu conseiller juridique dans l'ancienne grande ville portuaire de Husum.

Après l’obtention du baccalauréat à Lübeck, Theodor Storm fait son droit à Kiel, s’installe comme avocat à Husum en 1843, et épouse l'une de ses cousines, Constanze Esmarch, en 1846. De ses années d'études datent ses amitiés avec Ferdinand Röse, Theodor et Tycho Mommsen. En 1843, il publie avec les frères Mommsen le «Lieder Buch dreier Freunde» (livre de chants des trois amis).

En lutte avec le gouvernement danois qui proclame en 1848 une nouvelle constitution, Storm choisit de quitter Husum en 1853 pour montrer sa désapprobation du statut envisagé pour le Schleswig-Holstein.

Après des débuts difficiles comme juriste au service de l’état prussien, il occupe un poste de juge à Potsdam, puis à Heiligenstadt en Thuringe. En 1864, après le départ des Danois, il rentre à Husum où il travaille comme juge, il est aussi responsable de la police et des affaires de tutelle. En 1880, il quitte définitivement Husum pour vivre à Hademarschen, près de Itzehoe.

Storm meurt d’un cancer le 4 juillet 1888, il repose au cimetière St Jürgen, situé à Husum-Osterende. Dix ans plus tard, le 14 septembre 1898, on érigea un buste sculpté par Adolf Brütt en sa mémoire à Husum.

La littérature de Theodor Storm[modifier | modifier le code]

Storm puisa d'abord son inspiration littéraire dans les récits légendaires de la tradition populaire, mais aussi chez des auteurs comme Eduard Mörike, dont il fut ami et correspondant, ou Paul Heyse, avec lequel il se lia également pendant son exil. Ses premiers poèmes furent publiés dans un ouvrage collectif, Livre de chants des trois amis (1843), avec ceux de son ami d'enfance Theodor Mommsen. Ils expriment son amour sans espoir pour une petite amie de sa sœur, Bertha Buchan, âgée de onze ans. Avec Immensee (1851), une nouvelle nostalgique et mélancolique sur le paradis perdu de l'enfance, il affirma son talent et gagna une certaine notoriété. Influencé par les premiers poèmes lyriques de Goethe, il chercha à traduire dans son œuvre ses vues sur l'amour, sur la nature et sur son attachement passionné à l'Allemagne. Sa démarche était servie par un style à la fois évocateur et simple, remarquable par sa musicalité comme par sa perfection formelle.

La maturité venant, il montra dans ses nouvelles une grande finesse pour l'étude psychologique, un réalisme plus marqué et un intérêt croissant pour des problèmes dépassant l'individu. Parmi ces nouvelles, citons Viola tricolora (1874), Aquis submersus (1876), Renate (1878) ou encore Heinz Kirch (1882). Il écrivit sur le tard une tragédie qui est peut-être son chef-d'œuvre, l'Homme au cheval blanc (1888).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Theodor Storm
  • Immensee (1849)
  • Gedichte (1857)
  • Auf dem Staatshof (1859)
  • Veronica (1861)
  • Die Regentrude (1866)
  • Viola tricolor (1874)
  • Pole Poppenspäler (1875)
  • Aquis submersus (1877)
  • Carsten Curator (1878)
  • Bötjer Basch (1887)
  • Der Schimmelreiter, L'Homme au cheval blanc, (1888).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

"