Theodor Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Theodor Schneider en 1970 à Oberwolfach

Theodor Schneider (7 mai 1911, Francfort-sur-le-Main – 31 octobre 1988, Fribourg-en-Brisgau)[1] est un mathématicien allemand, surtout connu pour avoir démontré, en même temps qu'Aleksandr Gelfond, le théorème qui porte désormais leur nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1929 à 1934, Schneider a été étudiant à Francfort ; dans sa thèse, dirigée par Carl Ludwig Siegel[2], il a résolu le septième problème de Hilbert, nommé depuis lors théorème de Gelfond-Schneider. En 1935, il fut vacataire à l'université de Francfort, mais son habilitation lui fut refusée (en effet, il était devenu membre des S. A. pour accéder à un poste à l'université, mais n'assistait pas aux réunions politiques prescrites)[3]. Il fut ensuite assistant de Siegel à l'université de Göttingen, où il fut habilité en 1939 et resta jusqu'en 1953 (hormis une interruption pour service militaire en 1940-1945, dans le service météorologique), puis professeur à Erlangen (1953-59) et enfin, jusqu'à sa retraite, à Friburg (1959-76). Pendant cette dernière période, il fut aussi directeur de l'Institut de recherches mathématiques d'Oberwolfach (1959-63).

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • (de) Einführung in die Theorie der transzendenten Zahlen, Springer,‎ 1957
  • (de) « Transzendenzuntersuchungen periodischer Funktionen », J. reine angew. Math., vol. 172,‎ 1934, p. 65-69 et 70-74

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John J. O’Connor et Edmund F. Robertson, « Theodor Schneider », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  2. (en) Theodor Schneider sur le site du Mathematics Genealogy Project
  3. (de) Wolfgang Schwarz et Jürgen Wolfart, Zur Geschichte des Mathematischen Seminars der Universität Frankfurt am Main von 1914 - 1970 (lire en ligne), p. 29, 82-82, 92-94 et 97

Article connexe[modifier | modifier le code]

Théorème de Schneider-Lang (en)