Thenia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ménerville (homonymie).
Thénia: Theniet Béni Aïcha
Vue aérienne de "Thénia des Béni-Aïcha" en 2012
Vue aérienne de "Thénia des Béni-Aïcha" en 2012
Noms
Nom algérien الثنية: ثنية بني عائشة
Nom kabyle Tizi Naïth aïcha
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Boumerdès
Daïra Thénia des Béni-Aïcha
Chef-lieu Thénia des Béni-Aïcha
Code ONS 3515
Démographie
Population 21 439 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 43′ 40″ N 3° 33′ 14″ E / 36.72777778, 3.55388889 ()36° 43′ 40″ Nord 3° 33′ 14″ Est / 36.72777778, 3.55388889 ()  
Localisation
Localisation de "Thénia des Béni-Aïcha".
Localisation de "Thénia des Béni-Aïcha".

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Thénia: Theniet Béni Aïcha

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Thénia: Theniet Béni Aïcha
Liens
Site de la commune http://www.thenia.net

Thénia (الثنية en arabe, Tizi Naïth aïcha en Kabyle, transcrit ⵜⵉⵣⵉ ⵏ ⴰⵜⵀ ⴰ̆ⵉⵛⴰ en Tifinagh[réf. nécessaire] ; Ménerville pendant la colonisation française) est une commune algérienne de la wilaya de Boumerdès, à la limite est de la Mitidja.

La vraie limite orientale de la Mitidja n'est pas un cours d'eau; c'est un contre-fort qui se détache du "Petit Atlas Blidéen" à l'extrémité de l'arc légèrement concave que la chaîne décrit au sud de la plaine et dont la mer est la corde.

Peu saillant, mais très-abrupt, ce contre-fort, qui est comme le poste avancé du Djurdjura, ne peut être franchi qu'en deux endroits, au sud par un col allongé qu'on nomme le "Thénia des Béni-Aïcha", au nord par un passage étroitement resserré entre un escarpement de rocs boisés et la mer Méditerranée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée de la commune de Thénia.

Thénia est le chef-lieu de la daïra du même nom qui est composée de trois communes: Thénia, Souk El Had, Béni Amrane et Ammal.

La commune de Thénia compte les hameaux suivants :

  • Sud de la vallée : Soumâa (Thala Oufella), Mghaldène (Mrabthène), Thabrahimthe, Baloule (Tbabkha), Gueddara, Merchicha.
  • Nord de la vallée : Béni-Arab, Boukhanfar, Ouled-Ali, Ouled-Bouhmed se trouve de l'autre côté du versant limitant la commune de Zemmouri et enfin Draa-Ben-Hadhoum qui se situe au pied de Djebel Bouarous du côté de la mer donnant sur la plage de Sghirat aux confins de la commune du Figuier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville s'appelait à l'origine Tizi Naïth aïcha (en arabe Theniet Beni Aïcha), ce qui signifie en berbère « col des enfants d'Aicha » (le préfixe At désigne une tribu).

Ce n'est que dans la nuit du 17 au 18 mai 1837 que les troupes françaises arrivèrent à Thénia sous le commandement du Colonel Maximilien Joseph Schauenburg.

Colonel Maximilien Joseph Schauenburg
Colonel Maximilien Joseph Schauenburg 2

Lors de la colonisation française, Patrice de Mac-Mahon, gouverneur de l'Algérie, nomma la ville Ménerville, du patronyme de Charles-Louis Pinson de Ménerville. Elle reçut ensuite le nom berbère Thenia (qui veut dire col) à l'indépendance de l'Algérie.

Ruines berbéro-romaines de Thénia[modifier | modifier le code]

Younès Adli, Docteur en langue, littérature et société, obtenu à l´Inalco de Paris, a publié son premier roman Les Nubel.

Il s´agit d´un récit historique retraçant la vie d´une famille berbère romanisée vivant au IVe siècle, sur un vaste domaine à Soumaâ, non loin de l´actuelle Tizi Naïth Aïcha (Thénia).

Roman historique, "Les Nubel" de Thénia, de Younès Adli.

Écoles primaires de Thénia[modifier | modifier le code]

Durant la colonisation française de l'Algérie, la ville de Thénia comprenait une "école primaire de garçons" et une "école primaire de filles". Le séisme du 21 mai 2003 a ravagé ces deux écoles primaires ainsi qu'une bonne partie de la ville de Thénia. L'école de garçons a été aménagée depuis en chalets faisant office de classes d'enseignement primaire sur le même site initial. Un projet de reconstruction de cette "école de garçons" est en cours selon son architecture initiale datant d'avant l'année 2003.

École de Garçons de Thénia
École de Filles de Thénia
École de Garçons de Thénia avant le séisme de 2003

Hôtel des Finances et des Contributions de Thénia[modifier | modifier le code]

La ville de Thénia abrite un édifice imposant qui abrite le service de perception des impôts et des diverses redevances fiscales des citoyens, commerçants, établissements et administrations de la région.

Hôtel des Finances et des Contributions de Thénia

Mosquée de Thénia[modifier | modifier le code]

La construction de la "Mosquée de Thénia" a été un fait marquant au début du vingtième siècle en plein centre de Ménerville.[réf. nécessaire]

Mosquée El Feth dans l'ancienne Ménerville

En effet, ce processus d'intégration de la population musulmane des villages de Thénia au sein même de la colonie européenne de Ménerville avait commencé par le droit à la résidence et l'octroi de cafés maures, suivis par l'édification de cette "Première Mosquée" au beau milieu des "Quinze (15): Villages Coloniaux Européens" dans la "Basse Kabylie" qui est l'actuelle "Wilaya de Boumerdès".

Mosquée "El Feth" de Thénia.

Cette "Mosquée" avait représenté une participation collective mettant en jeu les notables musulmans locaux ainsi que les élus locaux européens dans l'ancienne "Ménerville".

Barrage de Thénia[modifier | modifier le code]

Lors de la création de la "Gare Ferroviaire de Thénia" durant l'époque coloniale, une "Retenue d'Eau" a été érigée au niveau du "Village: Mahrane" au nord-ouest de la ville de Thénia pour subvenir aux besoins en eau de cette "Station Ferroviaire" arrimant Alger à Tizi Ouzou et à Constantine.

À l'origine, le site de ce "Barrage" était un ruisseau appelé "Chrob-ou-Hrob اشرب و اهرب" signifiant "bois et fuis" à cause de la présence de "Fauves" dont le "Lion de l'Atlas" qui s'abreuvaient dans ce ruisseau.

D'où le nom de "Mahrane" donné au "village mitoyen" voulant dire en langue berbère "Mahrane: Maâ n'Wihrane" signifiant "Source aux Lions".

Ce barrage se trouve à l'ouest de Thénia où il permettait des balades individuelles et familiales lorsqu'il avait à l'époque une bonne retenue d'eau.

Le ruisseau qui alimente ce barrage de Mahrane fait partie de plus de 120 ruisseaux, majoritairement inexploités, qui existent et coulent dans les massifs montagneux de la Basse Kabylie formant l'actuelle Wilaya de Boumerdès.

Actuellement, ce barrage de Mahrane à Thénia est presque totalement envasé, et la route qui y mène reste à goudronner.

Même dans le passé, il arrivait au barrage de Mahrane de manquer d'eau durant les années à faible pluviométrie.

Des générations d'habitants de Thénia ont appris leurs premières brasses de nage dans le bassin de ce barrage.

Il existait à 20 mètres au-dessus du barrage de Thénia un énigmatique rocher à côté d'un petit puits. Il y avait dessus une belle gravure d'apparence naturelle, représentant un sabot de cheval et un pied d'homme d'une taille de plus de 35 cm.

Les instituteurs des écoles primaires de Thénia amenaient leurs élèves en promenade jusqu'à ce barrage au printemps de chaque année.

Ce barrage de Mahrane servait dans le temps pour alimenter chaque locomotive à vapeur dans l'enceinte de la Gare de Thénia.

Pour alimenter ces machines a vapeur, l'eau arrivait du barrage de Mahrane jusque dans des bassins à Thénia.

Ces bassins de compensation se trouvaient juste en face de l´ancienne gare.

Les enfants de Thénia apprenaient aussi les rudiments de nage dans ces bassins en plus du barrage de Mahrane.

Ces bassins accueillaient aussi des poissons d'eau douce.

Tout autour du barrage de Mahrane étaient récoltés les fruits de Myrtille dits "Chelmoune شلمون" ainsi que les fruits d'Arbouse dits "Sissenoue سيسنو".

Le lièvre était aussi chassé à côté des vannes d'eau du barrage.

L’eau des sources de Thénia, dont celle du barrage de Mahrane, est considérée comme une eau moyennement dure dont la teneur en différents ions présents dans chaque eau de source ainsi que les paramètres physiques sont acceptables et répondent bien aux normes requises d’une eau destinée à la consommation humaine sans modération.

Barrage de Mahrane à Thénia.

Gare ferroviaire de Thénia[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de Thénia fut construite en 1880, mais la voie du chemin de fer d'Alger à Thénia ne fut ouverte qu'en 1881.

En effet, c'est le 25 septembre 1881 que fut ouverte la section de Boudouaou à Thénia du chemin de fer allant d'Alger jusqu'à Constantine.

La construction et l'exploitation de cette ligne ferroviaire allant d'Alger à Constantine furent concédées à la Compagnie des Chemins de Fer de l'Est Algérien par des lois et des décrets successifs, dont la loi et le décret du 3 décembre 1878 portant sur le tronçon allant de Boudouaou jusqu'à Thénia.

Ce tronçon ferroviaire allant de Boudouaou jusqu'à Thénia fut livré le 25 septembre 1881.

Entre temps, un embranchement ferroviaire allait permettre la liaison de Thénia vers Tizi Ouzou sur 51 km dans le cadre du deuxième plan de développement des chemins de fer en Algérie adopté par la loi du 18 juillet 1879.

Quant à liaison ferroviaire de Thénia à Sétif qui permettait enfin de relier Alger à Constantine, elle ne fut entamée qu'après la promulgation du décret du 2 août 1880.

La mise en service de cette liaison ferroviaire de Thénia à Sétif eut lieu par tronçons entre le 1er novembre 1882 et le 3 novembre 1886.

Ancienne gare ferroviaire de Thénia.

Hôpital de Thénia[modifier | modifier le code]

L'hôpital de Thénia a été construit en 1883. Il accueillait principalement des grabataires.

À partir de 1935, l'hôpital de Thénia avait connu plusieurs réaménagements et une multiplication de ses services. Il avait ainsi été agrandi en convertissant ses salles communes en chambres particulières, en créant une salle d'interventions opératoires de chirurgie, en installant un service moderne de radiologie, ainsi que l'équipement d'un laboratoire d'analyse médicale.

Ensuite, un service de maternité y a été créé pour s'occuper du suivi des femmes enceintes et des accouchements.

Des interventions de chirurgie courante y étaient pratiquées pour le trachome, les cas d'amputation et l'appendicite.

La lutte contre les maladies infectieuses était l'objet de campagnes périodiques visant la syphilis, la tuberculose, la fièvre typhoïde, le kyste hydatique, la dysenterie amibienne et le tétanos.

L'arrivée de la molécule de sulfamide en 1935, puis de la pénicilline en 1942, permirent de nettes améliorations dans les traitements de nombreuses affections dans les zones rurales autour de Thénia.

Il n'était pas rare que les services de l'hôpital aient à soigner un dromadaire atteint de plaies et de morsures, avec des antiseptiques.

Les médecins de l'hôpital de Thénia allaient, deux à trois fois par semaine, faire des consultations dans les villages aux alentours de Thénia.

Pendant la période des vaccinations, les médecins de l'hôpital de Thénia s'installaient sur la place des marchés et vaccinaient les gens contre la variole, la diphtérie, la typhoïde et la tuberculose.

Deux fois par an, les médecins de l'hôpital de Thénia allaient dans les écoles pour dépister, à la cuti-réaction, la tuberculose.

Les médecins de pédiatrie faisaient des tournées hebdomadaires dans les familles pour vacciner les nourrissons, et prodiguer des soins en donnant des conseils aux mères.

Pendant la saison fiévreuse, une campagne préventive antipaludique était mise en place. Elle consistait à distribuer, aux habitants des douars de Thénia, des comprimés de quinine.

Ancien Hôpital et Hospice de Thénia durant la colonisation européenne.

Stade de Thénia[modifier | modifier le code]

Le stade Thénia est une structure sportive centrale de football à côté d'une salle omnisports.

Stade de Thénia.

Agriculture moderne à Thénia[modifier | modifier le code]

À partir de 1874, des concessions agricoles ont été créées autour de Thénia pour permettre de développer la production agricole. Ces concessions agricoles modernes étaient composées d'une assez bonne terre labourable et beaucoup d’oliviers. Au sein de ces concessions, on pouvait trouver des broussailles, des palmiers nains, de la vigne, des figuiers et des jardins.

Gisements miniers à Thénia[modifier | modifier le code]

Une carrière de granite concassé (tuf) était exploitée au nord-est de Thénia, et un téléphérique expédiait ce minerai de granite (tuf) vers la gare ferroviaire de Thénia pour être acheminé par wagons ou par camions en fonction des destinations.

L'extraction de cette roche de granite (tuf) à ciel ouvert était suivie d'un concassage sur place, puis elle était acheminée par le fameux téléphérique jusqu'à Thénia où elle était transbordée soit dans des wagons soit dans des camions pour être transportée là où on en avait besoin.

Carrière de Granite au Nord-Est de Thénia.

Les roches qui composent le massif montagneux de Thénia sont donc constituées de granite à grain plus ou moins fin exploités actuellement pour la production du tuf.

La décomposition de ces granites à Thénia donne des petits cristaux de feldspath, de quartz et de mica noir.

Le granite de Thénia est aussi présent sous la forme de gros blocs, parfois énormes, qui se prêtent facilement à l'exploitation pour les pavés et les carrelages de cours et de trottoirs.

La région de Thénia abrite aussi des sites miniers de fer près du village de Gueddara à 2,5 km au sud de la ville. On y trouve de l'hématite tendre, affleurant dans un îlot de schiste et de quartzite archéens.

Quant au nord de Thénia, plus précisément près de Oued Keddache à 3 km de la ville, on trouve des sites miniers de fer oligiste avec des traces de pyrite, au contact du micaschiste et de la roche éruptive (liparite) ayant fait l'objet de quelques travaux d'exploration abandonnés depuis longtemps.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de la ville de Thenia, Boumerdès

Elle dispose de dix écoles primaires dont la plupart se situent au centre ville ; trois CEM (collège d'enseignement moyen) tous dans le centre ville (Mohamed Djoudi, Rod, Mohamed Bouchatal); deux lycées à la sortie Est de la ville, un technicum à l'Ouest et le lycée des frères Touzout.

Elle possède un hôpital qui était en reconstruction ces deux dernières années après son effondrement à cause du séisme du 21 mai 2003, et aussi de deux dispensaires. Elle dispose aussi d'un stade vêtu d'un tartan de 4e génération où l'équipe local CMBT reçoit ses adversaires et qui peut rassembler plus de 4 000 supporteurs.

Thénia compte aussi une gare ferroviaire (SNTF) d'une importance régionale, elle le point de départ/arrivée vers/de la capitale Alger (double voie électrifiée mise en service en 2008) et constitue une gare de correspondance de grande importance concernant toutes les villes de l'est du pays : Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa, Sétif, Constantine, Annaba, etc.

Séismes et tremblements de terre[modifier | modifier le code]

Ruines de l'École de Garçons de Thénia après le Séisme de Boumerdès en 2003.

Les "Annales Historiques" ont mentionné le "Séisme de janvier 1867" longtemps avant le "Cataclysme tellurique" du "mercredi 21 mai 2003" et toutes les répliques qui l'ont suivies. À ne pas aussi oublier le tremblement de terre d'Alger de 1716 qui gomma la ville et s'étendit à toute la région.

Calédoniens originaires de Thénia[modifier | modifier le code]

La Révolte des Mokrani de 1871 avait débordé la Kabylie sur le Col des Béni-Aïcha où est implantée l'actuelle Thénia. Après l'étouffement complet de cette insurrection du Cheikh El Mokrani, les arrêtés de séquestre des terres des insurgés Kabyles ont été promulgués. Si des insurgés Kabyles ont alors été condamnés à la peine de mort ou aux travaux forcés à perpétuité, d'autres ont écopé d'une déportation simple en Nouvelle-Calédonie après avoir été faits prisonniers au Fort Quélern, puis transportés par le navire "La Loire" à son bord "34 déportés politiques Algériens" via le 9e Convoi ayant pris départ le 05 juin 1874 du port de Brest et arrivé au port de Nouméa le 16 octobre 1874. Les prisonniers natifs de Thénia des Béni-Aïcha ont été enregistrés sous des numéros d'ordre avant leur embarquement vers la Nouvelle-Calédonie. On peut citer parmi ces déportés le Marabout (Cheikh) des Béni-Aïcha âgé à l'époque de 56 ans, dont le nom était Mohamed ben Hamon, probablement Rahmoune, adjoint du "numéro d'ordre: 1301".

Algériens déportés en Nouvelle-Calédonie

Poterie et Artisanat à Thénia[modifier | modifier le code]

Thénia, peuplé de populations d'origine kabyle, aujourd'hui majoritairement arabisée, est connue pour ses poteries au décor berbère angulaire, ocre sur fond blanc.

Des aires de cuisson des poteries à Thénia étaient auparavant entourées de murs semi-circulaires, en pierres sèches, qui s'enfonçaient dans le sol, soit pour alimenter les foyers, soit pour permettre la circulation de l'air.

Dans les villages entourant Thénia, il y avait aussi des aires où séchaient des moellons d'argile ordinaire mélangée de paille, qui entraient dans la construction des maisons.

Le mode de fabrication de cette poterie à Thénia passait par le traitement, l'extraction et la purification de l’argile.

Puis suivaient le pétrissage, le séchage, la cuisson et la décoration des objets de poterie.

Les objets fabriqués de cette poterie berbère de Thénia étaient séchés à l’ombre et leur décoration se faisait à l’aide de pinceaux en poils de chèvre.

Les motifs de cette poterie triangulaire étaient généralement de forme géométrique et triangulaire.

Cette poterie des Béni-Aïcha était vendue sur les deux bords de la route nationale passant par Thénia et dans des magasins à l'intérieur de la ville comme celui qui était à la cité Sablière.

Faune animale de Thénia[modifier | modifier le code]

Le Lion de l'Atlas reste le meilleur représentant de la faune animale de Thénia durant des siècles avant son extinction dans toute l'Algérie durant le XXe siècle. Déjà en 1837, les références bibliographiques françaises avaient mentionné l'existence du lion de l'Algérie au Col des Béni-Aïcha où a été érigée l'actuelle ville de Thénia. Et malgré que l'espèce du lion de l'Algérie soit aujourd'hui éteinte à l'état sauvage, il est bon de rappeler que ce dernier régnait autrefois sur toute l'Afrique du Nord. Cette extinction a aussi été le sort de l'ours de l'Atlas et du léopard de Barbarie, les deux autres principaux prédateurs d'Afrique du Nord, qui sont désormais, respectivement, disparus et près de l'extinction. Le site actuel du barrage de Mahrane à Thénia était un ruisseau et une mare où venaient, avant le XXe siècle, s'abreuvoir les lions et les panthères ainsi que les fauves de la région de Thénia dans la Basse Kabylie relevant actuellement de la Wilaya de Boumerdès. Le ruisseau et la mare des fauves de Mahrane à Thénia s'appelait indifféremment "Cherob-ou-Herob" ou "Cheurob-ou-Heurob" ou "Chereub-ou-Hereub" signifiant "bois et fuis اشرب واهرب".

L'autre fauve réputé de la région de Thénia des Béni-Aïcha est certainement la mangouste. En effet, la mangouste, qui est un mammifère anti-venin, est localement appelée zerdi en arabe et izerdhi en berbère. Ses deux noms zerdi et izerdhi proviennent du verbe arabe "zarada زرد" signifiant "avaler" pour marquer l'aptitude de la mangouste à avaler sa nourriture et ses petites proies.

Un autre animal fréquemment rencontré à Thénia est l'Hérisson d'Algérie.

Quant au petit animal à carapace qu'est la tortue, on en rencontre à Thénia une espèce appelée Tortue mauresque. Plus précisément, cette Tortue mauresque n'est que la fameuse Tortue grecque dont le nom latin est Testudo graeca et que l'on retrouve dans toute l'Afrique du Nord dont l'Algérie. En particulier, c'est la sous-espèce de tortues Testudo graeca graeca ou Tortue mauresque du Maghreb que l'on rencontre dans les massifs montagneux de Thénia. La carapace de cette tortue de Thénia est brune, vert foncé à olive pale, voire jaune, avec des dessins foncés au milieu et sur la périphérie des écailles.

Les lièvres marquent aussi leur présence de rongeurs dans les talus de Thénia du fait que ce sont des petits rongeurs sauvages proches des lapins. Il existe trois espèces de lièvres dans la région de Thénia qui diffèrent entre elles par leur taille, leur coloris et leur mode de vie. Ces 3 espèces de lièvres de Thénia sont le "lièvre (Lepus capensis)", le "lièvre des buissons (Lepus saxatilis)" et le "lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)". Étant des animaux relativement solitaires vivant parfois en couple, les lièvres de Thénia sont fins, légers et possèdent de longues pattes postérieures, très musclées qui leur permettent de se propulser en bonds très rapides lorsque c'est nécessaire, pouvant atteindre alors une vitesse de 60 km/h en moyenne et atteindre 80 km/h en pointe et peuvent aussi faire des bonds de 2 mètres à la verticale, ce qui est impressionnant pour ces petits animaux dans la localité de Thénia où ils font partie de la culture populaire et constituent traditionnellement un gibier de chasse recherché.

Un autre rongeur de Thénia est le Porc-épic à crête (Hystrix cristata) qui est une espèce de la famille des porcs-épics de l'Afrique du Nord. C'est un rongeur nocturne terrestre qui tolère les milieux escarpés comme celui de Thénia.

Flore végétale de Thénia[modifier | modifier le code]

La flore de Thénia est d'une grande richesse allant des champignons et des arbrisseaux jusqu'aux arbres, dont les oliviers et les figuiers.

Ainsi, l'arbuste de l'Arbousier reste un acteur végétal important dans les massifs de la région de Thénia de par ses fruits comestibles qui ressemblent à ceux du fraisier et que l'on retrouve dans l'ensemble du pourtour méditerranéen occidental. Et malgré que l'arbouse soit un fruit peu considéré dans les étals des marchés, il reste un fruit sauvage qu'apprécient les habitants de Thénia et ses rivrains. Indéniablement, la faible pluviométrie ainsi que la chaleur ont de tout temps menacé les arbousiers de Thénia du fait que cette espèce est considérée comme sensible au feu et pyrophile. L'arbouse étant un fruit charnu, sphérique et couvert de petites pointes coniques, de couleur rouge à orange, il se prête volontiers à la délectation et à la consommation. Il est communément appelé en berbère et en arabe "Sissenoue سيسنو".

Vient ensuite le Myrtillier qui est un arbre répandu sur les falaises entourant Thénia et qui produit comme fruit la Myrtille qui est une petite baie de couleur bleu-violacé à la saveur douce et légèrement sucrée, et que l'on dénomme à Thénia en berbère et en arabe "Chelmoune شلمون".

Notes et références[modifier | modifier le code]