The Unforgettable Fire (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis The Unforgettable Fire)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'album de U2. Pour la chanson du même groupe, voir The Unforgettable Fire.

The Unforgettable Fire

Album par U2
Sortie 1er octobre 1984
Enregistré à Slane Castle, Slane, Irlande et aux Windmill Lane Studios, Dublin, entre mai et août 1984
Durée 42'42
Genre Rock
Producteur Brian Eno, Daniel Lanois
Label Island Records
Critique

Albums par U2

The Unforgettable Fire est le 4e album du groupe de rock U2 sorti le 1er octobre 1984 sur Island Records. Il est produit par le Britannique Brian Eno et le Canadien Daniel Lanois, qui débutent en même temps une longue collaboration avec la formation irlandaise. Disque de rupture par rapport à la trilogie précédente dite "héroïque", The Unforgettable Fire marque une étape importante dans la carrière de U2 qui oriente désormais son rock vers des contrées sonores plus aventureuses et apaisées. Il s'est vendu à 6,5 millions d'exemplaires à travers le monde[1]. Pour The Edge : << sans cet album, The Joshua Tree ne serait probablement jamais né >>.

Le disque[modifier | modifier le code]

Sorti un an après War, qui clôturait - provisoirement - leur association avec Steve Lillywhite, le disque est produit par l'anglais Brian Eno et le canadien Daniel Lanois. Brian Eno, musicien visionnaire, est souvent cité comme inventeur de l'ambient music ainsi que producteur célèbre de David Bowie, notamment sur la trilogie berlinoise Low/Heroes/Lodger et des Talking Heads.

Une partie de l'album fut enregistrée au château de Slane Castle, dans une salle de bal désaffectée (le making-of de l'enregistrement est visible sur la VHS The Unforgettable Fire, non rééditée en DVD mais disponible dans les bonus du U2 Go Home - Live From Slane Castle Ireland). Le château qui est visible sur la pochette de l'album n'est toutefois pas Slane Castle mais Moydrum, dans le comté de Limerick.

The Unforgettable Fire est le premier album de U2 à avoir une véritable cohérence sonore, une ambiance particulière. Brian Eno a tourné U2 vers un son différent, moins « héroïque », des tempos parfois ralentis et de longues plages instrumentales et improvisées. Des titres « électriques » tels que Pride (In the Name of Love) ou le funk blanc Wire sont toutefois plus conformes aux albums antérieurs. Selon les propres dires du batteur Larry Mullen Jr, Brian Eno et son fidèle collaborateur Daniel Lanois, furent les premiers à véritablement s'intéresser à la section rythmique du groupe, tandis que Steve Lillywhite mettait davantage l'accent sur la voix et les guitares. Cette première collaboration fut particulièrement appréciée de part et d'autre, malgré les réticences initiales de la maison de disques Island. Brian Eno lui-même avait décidé de ne plus jamais retravailler avec un groupe de rock. L'expérience fut ainsi reconduite à de nombreuses reprises au cours de la carrière de U2, notamment trois ans plus tard avec la parution du mythique The Joshua Tree.

Le disque contient Pride (in the name of love), morceau écrit à la mémoire de Martin Luther King (tout comme MLK) qui se place au troisième rang des charts au Royaume-Uni, provoquant une mini déception chez U2, qui espérait avec cet hymne atteindre la première place[2]. Par ailleurs, l'album introduit un thème nouveau dans l'écriture de Bono : son sentiment de fascination-répulsion envers les États-Unis. The Unforgettable Fire est ainsi considéré comme le premier album « américain » du groupe. L'Amérique est très présente tout au long du disque (Pride, MLK, Elvis Presley And America, 4th Of July, Indian Summer Sky).

L'album est donc une transition entre les années « héroïques » du groupe (Boy, War) et celles plus blues ou Roots rock de la fin des années 1980. Des morceaux comme l'aérien The Unforgettable Fire, dont le titre est donné en souvenir de l'horreur d'Hiroshima, ou le folk Bad qui parle de l'addiction à l'héroïne et sera la chanson phare de la tournée à venir, laissent entrevoir ce que sera le futur de U2 : moins rock et plus aventureux.

Enfin, il faut noter la présence de Chrissie Hynde, la star des Pretenders qui chante avec le groupe à la fin de Pride.[3]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

The Unforgettable Fire a reçu des critiques convenables de le presse. Paul Du Noyer de la revue britannique NME a fait l'éloge de l'album en insistant sur le bon choix des deux producteurs Brian Eno et Daniel Lanois. Adam Sweeting du Melody Maker a écrit un article plutôt favorable sur l'album. Kurt Loder de Rolling Stone a trouvé que le disque était inférieur à War et lui a donné la note moyenne de 3/5. Néanmoins, ce même magazine a proclamé U2 "meilleur groupe rock des années quatre vingt" en février 1985. Tony Fletcher de Jamming ! a reconnu les qualités du disque même s'il a regretté le manque de tubes en son sein. Enfin, Bill Graham de Hot Press a estimé en 1996 que The Unforgettable Fire était l'album le plus crucial de U2. En France, dans le no 213 de Rock & Folk paru en novembre 1984, Jean Marc Bailleux a conclu sa chronique de l'album en disant qu'il était : << une tranche de passion à recevoir haut et fort >>.[4]

En 2009, lors de la réédition de luxe de The Unforgettable Fire pour son 25e anniversaire, la revue Q magazine a donné la note maximale de 5 étoiles à l'album et Rolling Stone 4 étoiles et demi.

Anecdote[modifier | modifier le code]

The Unforgettable Fire était l'un des 10 albums préférés du trompettiste de jazz Miles Davis qui l'a avoué peu de temps avant de mourir en 1991. C'est du moins ce qu'a révélé Bono à Rock & Folk en novembre 2000[5].

Ventes de l'album et position dans les Charts[modifier | modifier le code]

Pays Classement Certification Ventes
Australie 1
Canada 5 3x disque de Platine[6] 300,000+
France NC Or[7] 100,000+
Pays-Bas 1 Or[8] 40,000+
Grande-Bretagne 1 2x disque de Platine[9] 600,000+
USA 12 3x disque de Platine 3,000,000+

45 Tours et leurs classements[modifier | modifier le code]

  • Pride (In The Name Of Love) (septembre 1984) : GB N°3 / USA N°33
  • The Unforgettable Fire (avril 1985) : GB N°8

Réédition[modifier | modifier le code]

Bono et The Edge annoncent sur la BBC en août 2009 qu'ils viennent de retrouver plusieurs morceaux inédits enregistrés en 1983 et 1984. Certaines de ces chansons doivent compléter la réédition de The Unforgettable Fire, à l'occasion du 25e anniversaire de sa sortie. On y trouve notamment Disappearing Act, un titre produit par Brian Eno et Daniel Lanois sous le nom de White Cities. La nouvelle version a été retravaillée en France par U2. The Edge a déclaré à propos de cette chanson : « 25 ans après, le son est incroyable, la batterie, la basse, la guitare et la voix, c'est vraiment étonnant ».

L'album réédité sort le 26 octobre 2009 sous quatre formats. On peut ainsi découvrir dans le CD bonus deux nouvelles chansons : Yoshino Blossom et Disappearing Act, ré-enregistré durant l'été.

French Artists Collective Tribute[modifier | modifier le code]

Pour fêter les 25 ans de l'album, un collectif d'artistes français se met au travail et décide de reprendre 'The Unforgettable Fire" en intégralité. Après moult tergiversations, l'aval du label et de la bande à Bono, French Artists Collective Tribute voit le jour le 26 décembre 2010. Cet album est en téléchargement libre sur le net. Vous pouvez trouver les liens sur Facebook et Myspace.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Piste Nom Durée
1 A Sort of Homecoming 5'28
2 Pride (In the Name of Love) 3'48
3 Wire 4'20
4 The Unforgettable Fire 4'56
5 Promenade 2'33
6 4th of July 2'13
7 Bad 6'10
8 Indian Summer Sky 4'17
9 Elvis Presley and America 6'23
10 MLK 2'32

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stan Cuesta, U2, Librio Musique, juin 2013, 96 pages, ISBN 2-290-33316-6.
  • Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, hors collection, 68 pages, 2013.
  • Michka Assayas, le nouveau dictionnaire du rock, 2 volumes, 3317 pages, 2014.
  • Revue Vibrations Collector U2, 2010, 82 pages.
  • U2, Neil McCormick, U2 by U2, Au Diable Vauvert, Paris, 2006, 360 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Modèle:Site internet
  2. Stan Cuesta, U2, chapitre 6 : The Unforgettable Fire - Wide Awake (1984-1986), page 42
  3. Niall Stokes, U2, les secrets de toutes leurs chansons, notice : Pride (in the name of love), page 50
  4. Rock and Folk, no 213 : "Les fous du rock", critique de l'album Unforgettable Fire de U2, 1 nov. 1984.
  5. Rock and Folk, no 399 : Faut-il brûler les années 80 ?, interview U2
  6. CRIA
  7. Disque En France
  8. NVPI
  9. BPI