The Sea Urchins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Sea Urchins

Pays d'origine Birmingham, Angleterre
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Indie pop
Années actives 19861991
Labels Sarah Records, Cheree Records
Composition du groupe
Membres James Roberts - Chant, guitare

Patrick Roberts - Batterie
Simon Woodcock - Guitare
Robert Cooksey - Guitare
Bridget Duffy - Orgue, tambourin
Darren Martin - Guitare basse

Anciens membres Mark Bevin - Guitare basse

The Sea Urchins était un groupe d'indie pop/twee pop anglais, aux accents byrdsiens, originaire de Birmingham. Ils ont produit une poignée de simples à la fin des années 1980 et sont souvent apparenté à la scène C86. Le groupe est surtout connu pour être la première référence du catalogue du label indépendant Sarah Records avec leur chanson "Pristine Christine".

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1986, à Birmingham, James Roberts (chant et guitare), alors encore lycéen à West Bromwish[1], fonde The Sea Urchins avec son frère, Patrick (batterie), Simon Woodcock (guitare), Robert Cooksey (guitare solo), Bridget Duffy (orgue et tambourin) et Mark Bevin (basse).

En octobre 1986[2], le groupe enregistre deux premiers titres qu'il réussit à publier l'année suivante. Ces deux titres sont pressés sur flexi disc et distribués par l'intermédiaire de fanzines. Le premier flexi, partagé avec un groupe de Bristol, contient "Cling Film", une ballade mélancolique. Sur le second, partagé avec leur futur voisin de label The Orchids, se trouve "Summershine", un titre teinté, lui aussi, d'une certaine mélancolie mais aux consonances pop 60's plus marquées. La pochette, réalisée par Robert et Bridget, fait, elle aussi référence aux années 1960. L'influence des Byrds est très présente, comme c'est le cas dans beaucoup de formation de la scène indie pop britannique de cette période. Ces deux flexi disc sont publiés respectivement par le fanzine Kvatch, édité par Clare Wadd, et Sha La La Flexis, une organisation de fanzine dans laquelle ont retrouve Matt Haynes. Et lorsque ces deux personnes décident de monter leur propre label, Sarah Records, à la fin de l'année 1987, c'est très logiquement que les Sea Urchins se voit proposer un premier 45t[3].

En novembre 1987, sort "Pristine Christine", qui reste, toute proportion gardée, leur titre le plus connu, notamment en étant la première référence du label de Wadd et Haynes. Enregistré deux mois plus tôt, le simple contient deux autres titres, "Sullen Eyes" et "Everglades". Là encore l'influence des Byrds et de la pop des années 60 est évidente tant le titre fait la part belle aux arpèges cristallins et carillonants. Outre cette habile réutilisation de l'héritage pop, une des qualités principales du groupe est, sans aucun doute, la voix de son chanteur, James Roberts. Bien que limitée, elle reste facilement identifiable, se distinguant par un ton plaintif et nasal mais jamais exagéré.

La sortie de ce premier simple est suivi du départ de Mark Bevin, ce dernier est remplacé par Darren Martin. Il faudra attendre près de 10 mois avant la parution d'un nouveau 45t. En juillet, sort "Solace", enregistré en avril et produit par Joe Foster[4], un des pères de Creation Records. "Solace" sonne beaucoup plus rock. Le simple suivant, "A Morning Odyssey", bien qu'engistré en juillet 1989, sortira en août 1990.

Les Sea Urchins quittent Sarah Records en 1990 et enregistrent un titre pour le label gallois Fierce Recordings. La chanson, relativement calme en comparaison de leurs précédents singles, n'a pas de titre. La pochette porte juste la mention "Recorded 30.10.1988" ("Enregistré le 30 octobre 1988").

La dernière production du groupe, le simple "Please Don't Cry" sortira, en juin 1990, pour le compte du label londonien Cheree Records. Dans sa version maxi, il comporte une reprise de Badfinger, "No Matter What". Ne se sentant plus à l'aise et ayant l'impression de tourner en rond, The Sea Urchins décide de se séparer, après cinq années d'existence.

En septembre 1992, Sarah Records sort "Stardust", une compilation posthume des premiers simples du groupe (de "Cling Film" à "A Morning Odyssey"). Sur celle-ci figure deux titres inédits, "You're So Much", enregistré en mars 1987, relativement proche de "Summershine", ainsi que "Day Into Day", une composition très rock provenant des sessions de "A Morning Odyssey". Malgré un regroupement de titres enregistrés sur près de trois ans, "Stardust" reste un disque très homogène. Le disque est agrémenté de notes de livret signé par Dan Treacy des Television Personalities.

En 1994, Fierce Recordings publie "Live In London", un concert des Sea Urchins enregistré au début de l'année 1991, au Marquee Club, à Londres. L'enregistrement, probablement pirate, est de qualité médiocre mais reste tout de même une occasion d'écouter les compositions post-Sarah Records du groupe, ainsi que leurs reprises de "So You Want To Be A Rock'n'Roll Star" des Byrds et de "Season Of The Witch" de Donovan. Sur ce disque, on peut noter le virage plus rock prit par les Sea Urchins avant leur séparation.

Après les Sea Urchins[modifier | modifier le code]

Quelque temps après la séparation des Sea Urchins, James Roberts fonde Delta en 1993. Son frère, Patrick Roberts (cette fois-ci au chant, à la guitare et aux percussions) et le guitariste Robert Cooksey le suivent dans l'aventure. Le jour d'un important concert à Londres à la fin des années 1990, après s'être faché avec James, Robert sera exclut du groupe[5],[6]. Delta, qui se voulait être une version plus adulte des Sea Urchins, n'est plus actif à ce jour.

En 2006, James Roberts sort son premier album solo, "Everything You Know Is Right". Lorsqu'il est interrogé à propos des Sea Urchins, il semble très intrigué par l'intêret que les gens continuent de porter au groupe[7].

Bridget Duffy s'occupe, aujourd'hui, d'un magasin de vêtements d'occasion spécialisé dans les articles de mode des années 1960 et 70[8]. La boutique, ouverte depuis 1995, est installée sur Waterloo Road, à Londres[9].

Il est difficile de mesurer l'impact que le groupe a pu avoir, au vu du maigre nombre de chansons parus et surtout de la confidentialité de celui-ci. Cependant, il continue d'être cité en référence par de nombreux descendants de la scène indie pop et a même fait l'objet de reprises : "You're So Much" par le groupe d'un jour Uni, sur un EP dédié à Sarah Records ; une version de "Sullen Eyes" enregistrée par le groupe californien The Tyde et une interprétation de "Please Rain Fall" par Birdie, le groupe de Deborah Wykes (ex-Dolly Mixture). Summershine Records, un label pop australien fondé en 1989 et ayant, entre autres, édité d'anciennes signatures du label Sarah Records, semble emprunter son nom à un titre des Sea Urchins[10].

Discographie[modifier | modifier le code]

Simples et maxis[modifier | modifier le code]

  • "Cling Film" / "Baby Blue Marine" - split avec le groupe The Groove Farm (Flexi 7", Kvatch Fanzine, Kvatch 001, 1987)
  • "Summershine" / "From This Day" - split avec le groupe The Orchids (Flexi 7", Sha La La Flexis, Sha la la ba ba ba 005, 1987)
  • "Pristine Christine" (7", Sarah Records, Sarah 1, novembre 1987)
  • "Solace" (7", Sarah Records, Sarah 8, juillet 1988)
  • "A Morning Odyssey" (7", Sarah Records, Sarah 33, août 1990)
  • Sans titre, "Recorded 30.10.88" - pressage sur une seule face (7", Fierce Recordings, Fright 032, 1990)
  • "Please Don't Cry" (7"/12", Cheree Records, Cheree 15/15T, juin 1991)

Albums[modifier | modifier le code]

  • "Stardust" - compilation des premiers simples du groupe (CD/LP, Sarah Records, Sarah 609, septembre 1992)
  • "Live In London" - concert enregistré à Londres, au Marquee Club, le 20 janvier 1991[11] (CD, Fierce Recordings, Fright 061, 1994)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Divers compilations Sarah Records
  • Autres

Reprises[modifier | modifier le code]

  • "You're So Much" par Uni sur "A Smile Took Over" (2x7", Matinée Recordings, Matinée 005, août 1999) [10]
  • "Sullen Eyes" par The Tyde
  • "Please Rain Fall" par Birdie sur "Reverb Deluxe" (CD/LP, Apricot Records, APRICD031/APRIVIN031, 10 janvier 2003)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1], biographie de James Roberts.
  2. Les dates d'enregistrement des morceaux sont celles indiquées sur le livret de la compilation "Stardust".
  3. [2], "[...]The first band on Sarah was the Sea Urchins. We'd both individually had a flexi with that band, so when we went to set up Sarah, they were the obvious band to work with.", Kevin Carhart, An Interview with Matt Haynes (Co-founder of Sarah Records).
  4. [3], Ryan Foley, There And Back Again: A Guided Tour To Sarah Records’ First 50 Singles (Stylus Magazine)
  5. [4] "[...] The first London show Delta play in London for some time is also the first without guitarist Robert Cooksey, who had been kicked out the band earlier that day.[...], biographie de James Roberts.
  6. [5], "[...] James' words were "I just don't like him anymore, he's not my friend!" I didn't get to find out if Robert was in another band or what, James said he didn't even know if he was still in the Birmingham area", Kim Harten, The Sea Urchins & Delta - Piece from Aquamarine 17.
  7. [6], "[...] However, every now and again I hear things like this which surprise the hell out of me that the Sea Urchins still impact on people. It's very nice but I don't quite understand it.", Alesandro Salvadore, interview de James Roberts.
  8. [7], Kim Harten, An attempt to put a stop to misinformation about The Sea Urchins
  9. [8], site de la boutique What The Butler Wore.
  10. [9], Kim Harten, The Sea Urchins & Delta - Piece from Aquamarine 17.
  11. Trudi Tangerine (ex-Pooh Sticks), notes de livret.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]