The Orson Welles Sketchbook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Orson Welles Sketchbook

Around the World with Orson Welles

The Orson Welles' Sketchbook[1] tourné pour la BBC TV en 1955, est une série de six épisodes d'une durée de 15 minutes chaque[2] pendant lesquels Orson Welles, assis devant la camera, raconte ses souvenirs et des anecdotes qu’il dessine alors qu’il commente ses croquis[3]. Les épisodes ont été diffusées entre le 24 avril 1955 et le 3 juillet 1955 sur la BBC [4].

Ces films sont l'occasion pour Orson Welles de faire un travail d'étorialiste, de journaliste comme il le faisait régulièrement pour le Journal The New York Post[5].

Around the World with Orson Welles

Cette première série de films ouvrent à une seconde série qui sera diffusée en France sous le titre: Le Carnet de voyage d'Orson Welles [6] dont le titre original anglais est : Around the world with Orson Welles ou chaque épisode a une durée de 26 minutes produit par Louis Dolivet pour ITV [7] Deux épisodes sont consacrés au Pays Basque,un à Vienne, à St Germain des Prés, aux retraités de Chelasea, enfin un épisode est intitulé Corrida à Madrid. Un épisode consacré à l'Affaire Domenici était laissé inachevé.


Welles a été un passionné de tauromachie toute sa vie durant. Il avait découvert l'Andalousie à dix-sept ans et il a lui-même pratiqué la tauromachie en tant que Aficionado practico, puis la corrida en tant que novillero[8]. Dans les années 1930 (à partir de 1935 surtout), il avait sillonné l'Espagne sous l’apodo de El Americano. Mais après deux blessures, l'une au cou, l'autre à la cuisse, il renonça à son ambition. Il a déclaré, dans un entretien avec un journaliste de Arriba le 10 février 1951, qu'il avait cherché à devenir torero mais « Je ne pus atteindre ce que je me proposais… C'est (la tauromachie) un véritable art de Titan [9]. »

Il avait contaminé un certain nombre de célébrités de Hollywood, et il occupait dans les arènes les places du premier rang en compagnie d'acteurs et d'actrices. Certains le suivaient parce que c'était la mode  : Frank Sinatra, Debra Paget Lee Marvin, Glenn Ford. D'autres étaient devenus de réels aficionados : Rita Hayworth, Ava Gardner, Stefanie Powers (qui était devenue elle-même une Aficionada practica), Joseph Cotten, Anthony Quinn[10]

Orson Welles a fait répandre ses cendres dans la finca de son ami Antonio Ordóñez, près de Ronda[11].

De son Afición a los toros ne subsistent que l'épisode intitulé My Friend Bonito ainsi que quelques émissions de télévision, parmi lesquelles Corrida à Madrid et Orson Welles on the Art of Bullfighting (en français : Orson Welles : de l'art de la corrida)[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont,‎ 2003 (ISBN 2221092465)
  • Claude Popelin, Le Taureau et son combat, Paris, Seuil,‎ 1993 (ISBN 2877061779)
  • (en) Lynn Sherwood, Yankees in the afternoon, une histoire illustrée des toreros américains, Jefferson, Caroline du Nord, Mac Farland,‎ 2001 (ISBN 2-8666-5034-4) préface de Barnaby Conrad, réédition 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ce titre traduit en français est : Carnets de croquis d'Orson Welles a été repris pour désigner une seconde série de documentaire de Welles dont le titre original est Around The World with Orson Welles sous la forme de Carnet de Voyage d'O.W
  2. les épisodes s'intitulent : The early days, première diffusion le 24 Avril 1955. Critic diffusion le 8 Mai 1955,The Police diff le 22 mai 1955, People I miss, diifusion le 5 juin 1955, The war of the worlds diffusion le 19 juin 1955, Bullfighting diffusion le 3 Juillet 1955
  3. Les films sont disponibles sur Youtube
  4. http://www.imdb.com/title/tt0166300/
  5. p 811 in Youssef Ishaghpour tome III Orson Welles Une caméra Visible, Les films de la période nomade, Editions de la Différence, Paris,2001.
  6. Carnets de Voyages d'Orson Welles
  7. selon les données du DVD de 1995 présenté en ligne Le Carnet de voyage d'Orson Welles
  8. Sherwood 2001, p. 268
  9. Popelin 1993, p. 17
  10. Sherwood 2001, p. 34
  11. a et b Bérard 2003, p. 392

Lien externe[modifier | modifier le code]