The Offence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Offence

Titre original The Offence
Réalisation Sidney Lumet
Scénario John Hopkins
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Offence est un film réalisé en 1972 par Sidney Lumet. Le film ne fut jamais exploité en France au moment de sa sortie. Terrifié par le produit final, United Artists distribuera très pauvrement le film dans les autres pays. Grâce aux distributeurs Swashbuckler Films, le film sortira finalement en France en septembre 2007, 35 ans après sa réalisation.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1972. Dans une banlieue grise et anonyme d'une grande ville d'Angleterre. Le sergent Johnson (Sean Connery), un policier brutal et moustachu ayant 20 ans d'expérience, se lance aux trousses d'un violeur de fillettes. Très vite, un étrange individu (Ian Bannen) est arrêté. L'interrogatoire se met en place. Commence alors, pour les deux hommes, une véritable nuit d'horreur…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie en 2007, les critiques françaises accueillirent avec un grand enthousiasme cette production maudite et atypique.

Thomas Sotinel, dans le Monde, souligne la bravoure de Sean Connery : "On est saisi par le courage de l'acteur qui non seulement met en pièce l'image qui a fait de lui une star planétaire, mais encore construit un personnage fascinant de violence, de cruauté et d'ambivalence morale.".

Le site Cinétrange souligne : "Le film s’ouvre par une longue séquence au ralenti qui, loin d’être un effet gratuit, immerge le spectateur dans une ambiance étouffante, à la limite du cauchemar éveillé, impression confirmée par des cadrages insolites et une photographie blafarde signée par le grand Gerry Fisher (Mr. Klein, Highlander, Wolfen)."

Si Christian Viviani, de Positif, parle d'un film "digne mais mineur", Amélie Dubois, journaliste aux Inrocks, évoque les audaces formelles comme une vraie réussite cinématographique : "Jonché de ces obstacles impitoyables, le film épouse une architecture impressionnante, inscrite dans l’urbanisme glauque de l’Angleterre des Seventies ; son montage éclaté, fulgurant et glacial impose de façon implacable ce qui dépasse la raison."

Enfin, Carole Wrona pour le site Critikat, analyse le caractère "barbare" du film : "Ce col en fourrure qu’il porte et qui le distingue de ses collègues annonce la bête qui sommeille, cette moustache qui barre son visage fait écho à celle, longue, en forme de canines dévoratrices, de Baxter."

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Suite à l'échec des négociations avec George Lazenby pour continuer à jouer le rôle de James Bond après Au service secret de Sa Majesté en 1969, Albert R. Broccoli et Harry Saltzman furent amenés, à la demande du studio United Artists, à faire à nouveau appel à Sean Connery. Celui-ci exigea et obtint des conditions très favorables sur Les Diamants sont éternels. Parmi les clauses du contrat, figurait le financement de deux films par United Artists au libre choix de l'acteur. The Offence fut le seul film produit dans le cadre de ce contrat. Un deuxième projet, une adaptation de Macbeth avec une distribution d'acteurs écossais, fut abandonné en raison de la sortie récente d'une autre adaptation par Roman Polanski.
  • Le film fut bloqué et mal distribué par peur de ruiner l'image de Sean Connery. The Offence aurait pu porter préjudice aux recettes du film : Les Diamants sont éternels.
  • Durant 35 ans, The Offence ne fut jamais diffusé en France. Ni au cinéma, ni à la télévision.
  • Selon Sébastien Tiveyrat, responsable de la sortie du film en 2007, The Offence n'avait aucun visa d'exploitation. Le seul négatif existant était dans un état épouvantable et nécessita une restauration complète de 6 mois.
  • Il n'y a pas de titre français. The Offence est le titre original.
  • Bien que n'ayant jamais bénéficié d'une sortie en France, on trouve parfois un titre français dans certains dictionnaire de cinéma : L'inspecteur Johnson enquête.
  • Sean Connery renonça à son salaire et participa à l'écriture du film.
  • Le film aborde le thème de la pédophilie de manière frontale.
  • C'est l'unique travail, pour le cinéma, du compositeur de musique expérimentale : Harrison Birtwistle.
  • Avant The Offence, les images mentales subliminales apparaissaient déjà chez Sidney Lumet dans Le Prêteur sur gages.
  • Certaines scènes se déroulent dans une telle obscurité que les photogrammes ne sont même pas impressionnés par une quelconque lumière (Ex.: Apparition de Baxter).
  • C'est le rôle le plus noir de Sean Connery.
  • The Offence forme, avec La Loi du milieu de Mike Hodges (1971) et Salaud de Michael Tuchner (1971), un triptyque sur la criminalité dans les banlieues sordides anglaises du début des années 1970. Ces trois films furent brutalement rejetés par le public de l'époque.

Liens externes[modifier | modifier le code]