The Monkees

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Monkees

Description de cette image, également commentée ci-après

Les Monkees en mai 1967 : Micky Dolenz, Davy Jones, Michael Nesmith, Peter Tork.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical pop rock
Années actives 1965-1970
(réunions : 1986-1989, 1993-1997, 2001-2002, depuis 2010)
Labels Colgems, RCA
Site officiel www.monkees.com
Composition du groupe
Membres Micky Dolenz
Michael Nesmith
Peter Tork
Anciens membres Davy Jones (†)

The Monkees est un groupe de pop rock américain, formé en 1965 et dissous en 1970.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Une annonce passée dans le journal Variety par deux producteurs de la chaîne NBC, désireux de lancer une série évoquant l'esprit du film des Beatles A Hard Day's Night. Sur la masse de jeunes qui se présentent, quatre vont retenir l'attention :

Tout de suite, un problème se pose, car seuls deux des Monkees savent jouer de leurs instruments. Mais dans le cadre de la série The Monkees, cela est vite résolu, tout sera comédie. Ainsi, seules les voix des quatre petits « singes » seront enregistrées. Finalement, les rôles sont distribués : Dolenz sera Micky le facétieux, Nesmith sera Mike le débrouillard sérieux, Tork deviendra Peter le naïf et, enfin, Jones sera Davy, le beau ténébreux.

Succès[modifier | modifier le code]

La série est diffusée dès la rentrée 1966. C'est un succès incroyable. Le naturel des quatre Monkees, le comique de certains épisodes, leur insolence, leur charisme et les musiques font de la série l'un des programmes phare des années soixante. Elle durera 58 épisodes pour deux saisons. La série s'organise autour de deux ou trois chansons. L'histoire est souvent la même, nos quatre garçons qui vivent ensemble sur la côte Ouest dans une maison cossue se retrouvent à défendre des personnages faibles contre une pléiade de gens sans scrupules. Les chansons qui rythment la série sont filmées comme des clips.

Finalement, sur les cinq premiers albums, quatre sont numéro 1, et c'est le cas pour quasiment tous les singles : I'm a Believer (composée par Neil Diamond), Last Train to Clarksville, A Little Bit Me, A Little Bit You, Pleasant Valley Sunday, Daydream Believer. Les Monkees se trouvent alors être la meilleure réponse américaine à la British Invasion, les États-Unis revivent d'ailleurs une Beatlemania, une Monkeemania.

Évolutions et controverses[modifier | modifier le code]

Début 1967, Mike Nesmith est lassé de jouer la comédie, surtout sur disque. Lui et Peter Tork imposent de jouer sur leurs enregistrements, et même leur propres compositions. Il est vrai que les chansons des Monkees sont composées par des gens talentueux, et les parties musicales jouées par des pros des studios (Neil Young, certains ex-membres des Byrds). Finalement, ils imposent à la production de mettre en place une tournée où ils joueront seuls sur scène. Pour ce faire ils imposent à Micky Dolenz d'apprendre la batterie.

La tournée américaine est un succès, les Monkees vivent dans une véritable euphorie. Ils proposent aussi que The Jimi Hendrix Experience fasse la première partie. Or, cela se passe mal car une partie des fans des quatre Monkees n'est pas en phase avec ces sons distordus et novateurs. En Angleterre, les Monkees divulguent le secret. Cela provoque la colère des producteurs américains, mais leur vaut la sympathie des artistes britanniques qui les poussent à composer. Ainsi, les Monkees rencontrent les Kinks en studio et les Beatles lors d'une soirée. John Lennon les félicite même sur leur humour leur déclarant "qu'ils ressemblent aux Marx Brothers" et que c'est son show télé préféré. George Harrison invite Peter Torke à jouer du banjo sur ses prochaines compositions.

Dès lors, les Monkees demandent à retoucher les épisodes, à y mettre leur touche. Les critiques envers l'État sont alors fréquentes, les Monkees défendant les manifestations pacifiques de Berkeley en 1967. Ils demandent également l'autorisation d'inviter des artistes comme Frank Zappa, Tim Buckley ou encore Johnny Cash. Avec l'introduction de leurs propres compositions, les disques deviennent plus psychédéliques et plus country. Nesmith notamment prend une certaine stature.

Crise et fin[modifier | modifier le code]

L'album Headquarters est un succès mais les fans demandent plus de mélodies pop. Les producteurs se montrent fort mécontents de la tournure des événements, considérant que le groupe va à sa perte s'il continue ses expérimentations. Les producteurs cherchent déjà à créer un nouveau concept : une série sur un groupe de rock en dessin animé, les Archies. Peu à peu lassés par leur propre image, les Monkees arrêtent la série et se lancent dans la création d'un film psychédélique avec comme producteur Jack Nicholson. C'est un échec pour Head, qui entraîne le départ de Peter Tork en 1969 , puis Mike Nesmith l'année suivante. Le quatuor réduit alors à l'état de duo se sépare après un ultime album en 1970.

Réunions[modifier | modifier le code]

À la suite de la rediffusion des épisodes de la série sur MTV et Nickelodeon, la Monkeemania connaît une résurgence inattendue au milieu des années 1980. De 1986 à 1989, le groupe se reforme sans Michael Nesmith et enchaîne les succès : tournées, singles, album. Une tentative de créer de nouveaux Monkees n'a pas autant de chance : la série New Monkees est annulée après 13 épisodes.

Dans les années 1990, le quatuor se reforme pour un album studio, Justus (1996), et un téléfilm parodiant la série originale, Hey, Hey, It's the Monkees (1997). Nesmith quitte à nouveau le groupe peu après. Pour la tournée du 35e anniversaire, en 2001-2002, le groupe est donc réduit au trio Dolenz-Jones-Tork. Dix ans plus tard, la tournée du 45e anniversaire est encore un grand succès.

Malgré la mort de Davy Jones en février 2012, les trois autres Monkees ont annoncé leur intention de donner une tournée aux États-Unis à la fin de l'année.

Discographie[modifier | modifier le code]

Les positions sont celles dans les classements Billboard.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums en concert[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Greatest Hits
  • 1969 : Golden Hits
  • 1971 : Barrel Full of Monkees
  • 1972 : Re-Focus
  • 1976 : The Monkees
  • 1976 : The Monkees Greatest Hits
  • 1982 : More Greatest Hits of The Monkees
  • 1982 : Monkee Business
  • 1984 : Monkee Flips
  • 1985 : Hit Factory
  • 1986 : The Best of The Monkees
  • 1986 : Then & Now… The Best of The Monkees
  • 1987 : Missing Links (inédits)
  • 1990 : Missing Links Volume Two (inédits)
  • 1991 : Listen to the Band (coffret 4 CD)
  • 1995 : Greatest Hits
  • 1996 : Barrelful of Monkees: Monkees Songs for Kids!
  • 1996 : Missing Links Volume Three (inédits)
  • 1997 : I'm A Believer and Other Hits
  • 1998 : Daydream Believer and Other Hits
  • 1998 : The Monkees Anthology
  • 2001 : Music Box (coffret 4 CD)
  • 2002 : The Essentials
  • 2003 : The Best of The Monkees
  • 2003 : The Headquarters Sessions

Singles[modifier | modifier le code]