The Man Who Sold the World (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Man Who Sold the World

Chanson de David Bowie
extrait de l'album The Man Who Sold the World
Sortie 4 novembre 1970
Enregistré 1970
Londres
Durée 3:55
Genre rock
Auteur David Bowie
Producteur Tony Visconti
Label Mercury

Pistes de The Man Who Sold the World

The Man Who Sold the World est une chanson de David Bowie parue en 1970 sur le troisième album du chanteur, également intitulé The Man Who Sold the World.

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le titre de la chanson rappelle celui d'une nouvelle longue de l'écrivain de science-fiction américain Robert A. Heinlein, L'Homme qui vendit la Lune (The Man Who Sold the Moon). Cependant, l'intrigue de la nouvelle ne se retrouve pas dans les paroles de la chanson, qui sont difficiles à interpréter[1]. Le narrateur semble rencontrer une sorte de doppelgänger, mais comme l'explique James E. Perone, « il y a cette rencontre entre Bowie et le personnage éponyme, mais on ne connaît ni la signification exacte de cette expression, ni l'identité de cet homme. […] La chanson n'est qu'un portrait à grands traits de ce personnage, qui vient rejoindre les autres rebuts de la société qui figurent dans le reste de l'album[2]. » Roy Carr et Charles Shaar Murray suggèrent un lien avec l'œuvre de H. P. Lovecraft[3], mais il est possible qu'elles soient en partie inspirées du poème Antigonish de William Hughes Mearns[4].

En 1997, David Bowie offre cette explication lors d'une émission spéciale que lui consacre la BBC :

« Je crois que je l'ai écrite parce que j'étais à la recherche d'une partie de moi-même. Aujourd'hui, je me sens plus à l'aise avec ma façon de vivre et avec ma santé mentale [rires] et mon état d'esprit et tout ça, j'ai une sorte d'impression d'unité. Pour moi, cette chanson a toujours symbolisé la façon dont on se sent quand on est jeune, quand il y a une partie de soi-même qui n'est pas encore tout à fait en place. Il y a cette période de recherche, ce besoin de découvrir qui on est vraiment[5]. »

Autres versions[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

Lulu[modifier | modifier le code]

La chanteuse écossaise Lulu reprend The Man Who Sold the World en 1974. La chanson est coproduite par Bowie lui-même et son guitariste Mick Ronson. Bowie y joue de la guitare et du saxophone et assure les chœurs, Ronson y joue de la guitare, et les autres instruments sont tenus par des collaborateurs de longue date de Bowie : Trevor Bolder à la basse, Mike Garson au piano et Aynsley Dunbar à la batterie[6]

La version de Lulu sort en 45 tours le 11 janvier 1974 et se classe no 3 au Royaume-Uni[7].

Nirvana[modifier | modifier le code]

En 1993, le groupe Nirvana interprète The Man Who Sold the World lors de son passage à l'émission MTV Unplugged[8]. Leur version figure sur l'album tiré de cette émission, MTV Unplugged in New York, paru l'année suivante, après le suicide de Kurt Cobain. Elle rencontre un grand succès sur les stations de radio alternatives, et passe fréquemment sur la chaîne MTV.

Autres reprises[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maureen King, « Future Legends: David Bowie and Science Fiction », dans Michael A. Morrison (éd.), Trajectories of the Fantastic: Selected Essays from the Fourteenth International Conference on the Fantastic in the Arts, Greenwood,‎ 1997, p. 131.
  2. (en) James E. Perone, The Words and Music of David Bowie, Praeger,‎ 2007, p. 15-16.
  3. (en) Roy Carr et Charles Shaar Murray, Bowie: An Illustrated Record, Avon,‎ 1981, p. 38.
  4. (en) David Buckley, Strange Fascination, Virgin,‎ 1999, p. 100.
  5. (en) « ChangesNowBowie Transcript - Radio 1 »,‎ 27 juin 1999 (consulté le 3 décembre 2013).
  6. (en) Roy Carr et Charles Shaar Murray, Bowie: An Illustrated Record, Avon,‎ 1981, p. 118.
  7. (en) « Lulu », sur officialcharts.com (consulté le 3 décembre 2013).
  8. voir la vidéo sur la page officielle Youtube de Nirvana