The Lion of Judah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Lion of Judah

Réalisation Deryck Broom
Roger Hawkins
Scénario Brent Dawes
Sociétés de production Animated Family Films
Character Matters
Sunrise Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre aventure
Sortie 2011
Durée 87 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Lion of Judah est un long métrage d'animation américain réalisé par Deryck Broom et Roger Hawkins, sorti aux États-Unis en 2011. Il relate les aventures d'un groupe d'animaux à l'époque de Jésus.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule en Palestine au Ier siècle. Le quotidien d'une bande d'animaux est troublé par l'arrivée d'un agneau qui se prend pour un lion, et qui est destiné à être sacrifié pour la Pâque juive. Ses amis se mettent en devoir de le sauver. Leur chemin croise la route de Jésus peu avant sa crucifixion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : The Lion of Judah
  • Réalisateurs : Deryck Broom et Roger Hawkins
  • Scénario : Brent Dawes
  • Musique originale : Greg Sims
  • Image : Deryck Broom
  • Montage : Gareth Ahrens, Roger Hawkins
  • Sociétés de production : Animated Family Films, Character Matters, Sunrise Productions
  • Distribution : Rocky Mountain Pictures[1]
  • Budget : estimé à 15 millions de dollars américains[2]
  • Pays : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Langue : anglais
  • Durée : 87 minutes
  • Son : stéréo
  • Date de sortie : États-Unis : 3 juin 2011

Réception critique[modifier | modifier le code]

Fin août 2011, le site agrégateur de critiques britannique Rotten Tomatoes donnait au film une moyenne de 0 sur 100 basée sur 5 critiques de presse[3]. Les critiques déplorent la laideur des graphismes en images de synthèse et de leur animation, ainsi que la grande faiblesse du scénario. Andrew Barker, dans Variety[4], juge le film mal animé et indique à propos du scénario que « faire des animaux des témoins dans le genre Rosencrantz et Guildenstern de ces événements [la crucifixion de Jésus] est une idée intéressante, mais la juxtaposition de chutes sur le derrière et de blagues scatologiques avec la représentation solennelle de la torture et de l'exécution du Fils de Dieu ménage une expérience authentiquement bizarre, et que l'on pourrait trouver à la limite de l'acceptable[5] ». John Beifuss, dans sa critique sur Go Memphis[6], estime que le film, qu'il qualifie de croisement entre La Passion du Christ et Babe, est « à la limite de l'insoutenable à cause de la laideur de l'animation et de la maladresse du récit », et atteint une « bizarrerie à en rester bouche bée » lorsque la comédie animalière révèle un message évangélique[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche du film sur Box Office Mojo. Page consultée le 28 août 2011.
  2. Page Box office/Business du film sur l'IMDB. Page consultée le 28 août 2011.
  3. Critiques de presse du film sur Rotten Tomatoes. Page consultée le 28 août 2011.
  4. Critique du film par Andrew Barker dans Variety le 2 juin 2011. Page consultée le 28 août 2011.
  5. « Making the animals Rosencrantz and Guildenstern-style witnesses to these events is an interesting idea, but the juxtaposition of pratfalls and fart jokes with the solemn depiction of the torture and execution of the Son of God makes for a truly bizarre experience, and one that some might find borderline objectionable. »
  6. « Film Review: Lion odd, clumsy take on Jesus' final days », article de John Beifuss sur Go Memphis le 3 juin 2011. Page consultée le 28 août 2011.
  7. « Borderline unwatchable due to the ugliness of the animation and the clumsiness of the storytelling, "The Lion of Judah" at least becomes jaw-droppingly bizarre after it abandons its "Hee Haw"-in-the-Holy Land critter comedy to focus on its evangelical message and follow its zoo's-who cast of characters from Bethlehem to Jerusalem to Golgotha to the tomb of Jesus (...) »

Liens externes[modifier | modifier le code]