The Legend of Zelda: A Link Between Worlds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
The Legend of Zelda
A Link Between Worlds
Image illustrative de l'article The Legend of Zelda: A Link Between Worlds

Éditeur Nintendo
Développeur Nintendo EAD
Concepteur Eiji Aonuma (producteur)
Hiromasa Shikata (directeur)
Musique Ryo Nagamatsu

Début du projet Fin 2009
Date de sortie Drapeau des États-Unis 22 novembre 2013
Drapeau européen 22 novembre 2013
Drapeau de l'Australie 23 novembre 2013
Drapeau du Japon 26 décembre 2013
Genre Action-aventure
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Nintendo 3DS
Média Cartouche
Langue Multilingue
Contrôle Écran tactile, stylet

Évaluation ACB : G ?
CERO : A ?
ESRB : E ?
GRB : All ?
PEGI : 7
USK : 6 ?

The Legend of Zelda: A Link Between Worlds (ゼルダの伝説 神々のトライフォース2, Zeruda no Densetsu: Kamigami no Toraifōsu Tsū?, litt. La Légende de Zelda : La Triforce des dieux 2) est un jeu vidéo d’action-aventure sorti en novembre 2013 en Amérique du Nord, Europe et Australie, puis en décembre 2013 au Japon sur Nintendo 3DS. Il fait partie de la série The Legend of Zelda et prend place dans le même univers que A Link to the Past.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

A Link Between Worlds se déroule dans le même monde que A Link to the Past, mais la topographie peut varier par endroit. Les donjons, bien qu'étant au même endroit, sont différents[1]. Le jeu dispose d'un monde parallèle comme dans A Link to the Past[2], d'où son nom, et chacun des mondes a sa propre Triforce. Ce monde parallèle se nomme Lorule et la princesse de ce royaume s'appelle Hilda[3]. Pour passer d'un monde à l'autre, Link doit traverser des fissures présentes dans certains murs[4].

Personnages[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule longtemps après A Link to the Past[1], après les évènements de Link's Awakening[5]. Link, jeune apprenti forgeron, doit rapporter à un soldat son épée oubliée. Arrivé au sanctuaire, il surprend le magicien Yuga[6] s'en prendre à la prêtresse Célès et la transformer en tableau. Link décide alors de s'approprier l'épée pour combattre Yuga mais en vain, ce dernier ayant pris la fuite et se dirigeant vers le château de la Princesse Zelda. Par la suite, le sage Sahasrahla convainc Link de retrouver trois pierres afin de récupérer l'épée de légende et vaincre Yuga. Cependant, le magicien parvient à transformer Link en peinture, ce dernier devenu alors prisonnier d'un mur de donjon. Heureusement, le mystérieux bracelet que l'étonnant coéquipier Lavio lui a donné plus tôt permet de conjurer ce sort et permet ainsi au jeune Link de se transformer en peinture et revenir à son état normal à sa guise.

Une fois les trois pierres et l'épée de légende récupérées, Link affronte de nouveau Yuga, mais sans succès, la Princesse Zelda ayant été transformée à son tour en tableau. Link découvre alors sur un mur du bureau de Zelda une faille particulière lui permettant d'atteindre un autre monde, celui de Lorule. Assistant alors à la résurrection de Ganon puis à sa fusion avec Yuga, il perd conscience suite à un coup de celui-ci. Alors que tout semble perdu, un autre personnage intervient : la princesse Hilda, souveraine de Lorule, qui entrave Yuga puis sauve Link en le téléportant hors du palais de Lorule. Elle entre alors en contact télépathique avec Link, et lui indique que Yuga a emprisonné sept sages dans ses tableaux. Link se charge donc de parcourir les sept donjons de Lorule et de sauver les sages un par un, dans la forêt de squelettes, le repaire des bandits, le palais des ténèbres, le palais des sables, le palais du marais, le rocher de la tortue, et le palais de glace.

Se préparant à combattre, il entre dans le palais de Lorule, libéré de son sceau par Hilda. Après avoir vaincu les quatre gardiens, il entre dans la salle du trône. Là, il voit Hilda contemplant le portrait de Zelda. Celle-ci se tourne alors vers Link et lui raconte l'histoire de son royaume, comment il existait autrefois une Triforce propre à celui-ci, et que suite à de multiples conflits visant à s'emparer de cette dernière les ancêtres de Hilda décidèrent de détruire le Pouvoir, plongeant Lorule dans la désolation. Elle expose à Link son but : acquérir la Triforce d'Hyrule, et de fait révèle son vrai visage : elle libère Yuga et s'empare de la Triforce de la sagesse contenue dans Zelda. Link ayant apparemment vaincu Yuga, elle demande à ce dernier de lui transférer la Triforce de la Force. Mais c'est Yuga qui absorbe Hilda et Link doit ainsi le vaincre une nouvelle fois. Ceci fait, Zelda redevient constituée de 3 dimensions. Mais Hilda se réveille et veut encore prendre la Triforce quand Lavio intervient, se révélant être le Héros de Lorule ayant déserté de ce pays, et convainc Hilda qu'il vaut mieux renvoyer Link et Zelda dans leur monde par la faille jadis utilisée par Yuga avec la complicité d'Hilda. Link et Zelda étant revenus en Hyrule, et la Triforce étant complétée, ils la touchent et font ensemble le vœu que la Triforce de Lorule soit recréée. Hilda les remercie alors de son royaume qui a retrouvé son panache d'antan.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu reprend le système de jeu de base de la série The Legend of Zelda, avec des graphismes en 3D stéréoscopique. Le joueur contrôle Link en vue de dessus et explore un environnement ouvert composé de différents villages et décors variés. Au cours de son aventure, Link utilise une épée et différents objets nécessaires à sa progression dans le monde ou les donjons du jeu. L'utilisation de certains objets s'effectue grâce à un compteur de magie qui remplace les compteurs individuels des objets comme les flèches ou les bombes[7].

Contrairement aux anciens épisodes, les objets doivent être loués ou achetés à l'aide de rubis dans la boutique de Lavio[8],[9]. Ils peuvent être améliorés en trouvant les bébés de Big'ornette[6],[10]. Les donjons peuvent donc s'effectuer dans l'ordre souhaité par le joueur[11].

Une des nouveautés est la transformation de Link en peinture le rendant capable de se déplacer sur les murs. Le joueur doit donc utiliser ce mécanisme pour explorer le monde sous un nouvel angle pour atteindre des lieux inaccessibles ou résoudre des énigmes. Le jeu propose également une fonctionnalité StreetPass consistant à différents défis à accomplir en affrontant un Link noir[12]. Le jeu propose également plusieurs mini-jeux comme un jeu de base-ball[13]. Une fois le jeu terminé une première fois, un mode de difficulté supplémentaire est disponible[14].

Développement[modifier | modifier le code]

Après la sortie de Spirit Tracks fin 2009, une grande partie de l'équipe a pris part au développement de l'épisode Wii, Skyward Sword. Seuls Hiromasa Shikata et Shiro Mouri sous la supervision d'Eiji Aonuma ont commencé à trouver de nouvelles idées pour le futur jeu sur la future console portable de Nintendo, la Nintendo 3DS. C'est pendant la première année de réflexion que l'idée de transformer Link en peinture murale intervient[15],[16]. Cette idée provient d'Ocarina of Time lorsque Link affronte Ganon se déplacant à travers différents tableaux[17]. Un premier prototype est alors réalisé pour mieux concevoir ce qu'il est possible de faire avec ce nouveau système, dans un angle de caméra de trois-quart et un Link cartoon comme dans Spirit Tracks. Alors que le prototype est réalisé, le développement du jeu est suspendu aux alentours d'octobre 2010 afin d'aider aux développements des jeux du lancement de la Wii U[18].

En novembre 2011, après la sortie de Skyward Sword, Eiji Aonuma annonce la création d’un nouvel épisode sur Nintendo 3DS en précisant qu'il n’est ni une suite des précédents jeux sortis sur DS, ni un remake comme Ocarina of Time 3D[19]. En attendant de pouvoir reprendre la même équipe qu'auparavant, Aonuma fait appel à Kentaro Tominaga, pour prendre la suite de Hiromasa Shikata, et un nouveau programmeur pour reprendre les travaux déjà effectués. Tominaga commence par réaliser plusieurs donjons à partir de l'idée de peinture murale, mais ceux-ci ne plaisent pas à Shigeru Miyamoto, qui suggère à l'équipe de se rapprocher du style de A Link to the Past. Trois choix s'offraient alors à Nintendo : faire un remake de Majora's Mask, un remake ou une suite à A Link to the Past, ou alors quelque chose d'inédit[20]. Aonuma décide finalement de rajouter l'idée de la peinture murale sur la carte d’A Link to the Past avec une vue du dessus[21]. Le développement du jeu commence alors réellement après que Miyamoto ait donné son accord, ce dernier souhaitant voir un remake de A Link to the Past ou un nouveau jeu inspiré de celui-ci sur Nintendo 3DS[22].

Un des concepts forts sur le développement est le fait de repenser les conventions de la série. Les développeurs ont alors décidé de pouvoir parcourir le monde librement et effectuer les différents donjons du jeu dans l'ordre souhaité par le joueur, afin que celui-ci ne se retrouve bloqué. Cela passe alors par une nouvelle gestion des objets qui s'obtiennent habituellement dans les donjons. Ici, les objets sont disponibles dans une boutique en location ou à l'achat pour pouvoir explorer le monde librement[23]. Afin de rendre Link reconnaissable malgré la vue du dessus utilisée, les développeurs ont décidé d'incliner tous les éléments du jeu, Link compris[24]. Ensuite, ils se sont assurer dès le début du développement que le jeu tournerait à 60 images par seconde, afin de proposer une grande fluidité au jeu et une stabilité à la 3D stéréoscopique. Cela a également permis l'utilisation du stylet pour choisir et équiper les différents objets de Link, possible uniquement avec une fréquence élevée[25]. Un des donjons du jeu, la tour d'Héra, a été utilisé par l'équipe pour montrer les possibilités de ce Zelda, notamment la vision sur plusieurs niveaux en 3D stéréoscopique. Pour le design de Link dans le mur, l'équipe a réalisé plusieurs essais, en partant du Link en 3D de Spirit Tracks pour finalement aboutir sur la forme définitive, à savoir une forme de fresque[26].

Le jeu est officiellement dévoilé le 17 avril 2013 lors d’un Nintendo Direct[27],[28]. Il est intitulé Triforce of the Gods 2 au Japon, montrant le lien avec A Link to the Past, celui-ci s'appelant Triforce of the Gods au Japon. À l'étranger, le jeu est nommé A Link Between Worlds[29] car il ne s'agit plus de voyage dans le temps mais de voyage entre deux mondes, Hyrule et Lorule[23]. Le jeu est commercialisé le 22 novembre 2013 en Amérique du Nord et en Europe[30],[11], le 23 novembre en Australie et le 26 décembre au Japon.

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Eiji Aonuma est le producteur du jeu.

Musique[modifier | modifier le code]

La bande originale du jeu est composée et arrangée par Ryo Nagamatsu. Certains des morceaux sont des arrangements des originaux issus de A Link to the Past, du fait de la proximité entre les deux jeux[32]. Le jeu ne propose pas de musiques orchestrales comme dans Skyward Sword pour proposer une qualité de son optimale sur Nintendo 3DS[33].

La musique du château de Lorule a pour base la version inversée de la musique du château d'Hyrule provenant de A Link to the Past[34]. Le mode StreetPass propose deux versions remixées et réarrangés du thème du Temple de Zelda II: The Adventure of Link.

La bande son contenant 105 musiques du jeu est proposée en double disque sur le Club Nintendo en novembre 2014 au Japon[35] et en janvier 2015 en Europe[36].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 8 / 10[37]
Official Nintendo Magazine 94 %[38]
Presse numérique
Média Note
Eurogamer (GB) 8 / 10[39]
Gamekult (FR) 8 / 10[40]
GameSpot (US) 9 / 10[41]
IGN (US) 9,4 / 10[42]
Jeuxvideo.com (FR) 17 / 20[43]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 90,55 %[44]
Metacritic 91 / 100[45]
MobyGames 92 / 100[46]

Après avoir testé la version démo, le site Jeuxvideo.com qualifie le jeu comme étant « LE jeu de référence de la 3DS »[47].

Ventes[modifier | modifier le code]

Au 31 mars 2014, Nintendo mentionne avoir écoulé à 2,51 millions exemplaires du jeu dans le monde, ce qui en fait le neuvième jeu 3DS le plus vendu à cette date[48].

En août 2014, il est annoncé que le jeu cumule 1,09 million copies du jeu vendues aux États-Unis[49].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « A Link Between Worlds n'est pas la suite directe de A Link to the Past », sur nintendo-master.com,‎ .
  2. (en) « Exclusive: Zelda 3DS 'feels totally different,' needs to be played in 3D », sur reviews.cnet.com,‎ .
  3. « Zelda 3DS : Découvrez Lorule et Hilda », sur Jeuxvideo.com,‎ .
  4. (en) « New Art and Gameplay Revealed for ‘A Link Between Worlds’ », sur gamingtruth.com,‎ .
  5. (en) « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds’ Place In The Zelda Timeline Detailed », sur siliconera.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  6. a et b (en) « NYCC: Zelda Producer Reveals New Princess, Lorule Kingdom, and Item Upgrades », sur IGN,‎
  7. « Defacing dungeons in The Legend of Zelda 3DS », sur Joystiq,‎
  8. « A Link Between Worlds : Aonuma nous parle de rubis et d'annualisation », sur p-nintendo.com,‎
  9. « Zelda - A Link Between Worlds : des artworks entre deux mondes », sur p-nintendo.com,‎
  10. « A Link Between Worlds : réponses d'Aonuma et images inédites », sur p-nintendo.com,‎
  11. a et b « Date de sortie pour Zelda : A Link Between Worlds », sur Jeuxvideo.com,‎ 1er octobre 2013
  12. « Zelda - A Link Between Worlds : infos pour StreetPass et nouvelles images », sur p-nintendo.com,‎
  13. (en) « Zelda: A Link Between Worlds Has Link Batter Up For Some Baseball », sur siliconera.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  14. « Un nouveau mode de difficulté pour Zelda : A Link Between Worlds », sur Jeuxvideo.com,‎
  15. « Interview de Eiji Aonuma (Zelda) », sur Jeuxvideo.com,‎
  16. « Iwata demande 1. "On dirait un concept vieux d'une vingtaine d'années" », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  17. « Zelda : Graffiti-Link inspiré par Ocarina of Time », sur Jeuxvideo.com,‎
  18. « Iwata demande 2. "Ne nous oubliez pas !" », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  19. « Un nouveau Zelda en chantier sur 3DS », sur Gamekult,‎ (consulté le 10 novembre 2011)
  20. (en) « Zelda 3DS: It's Majora's Mask vs. Link to the Past », sur IGN,‎
  21. « Iwata demande 3. Une vue du dessus directe », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  22. (en) « Miyamoto Teases New Link To The Past, F-Zero », sur http://www.cinemablend.com/,‎
  23. a et b « Iwata demande 6. "Repenser les conventions" », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  24. (en) « How Zelda: A Link Between Worlds’ Developers Had To Cheat The Camera », sur siliconera.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  25. « 4. Du très beau travail d'équipe », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  26. « Iwata demande 5. "On peut faire ça ?" », sur nintendo.fr (consulté le 13 décembre 2014)
  27. (langue non reconnue : fr+en) [vidéo] Présentation Nintendo 3DS Direct - 17.04.2013 sur YouTube
  28. « Un nouveau Zelda sur 3DS ! », sur Jeuxvideo.com,‎ (consulté le 17 avril 2013)
  29. (en) « E3 2013: Zelda: Link To The Past 2 is A Link Between Worlds », sur IGN,‎
  30. (en) « Zelda: A Link Between Worlds and Mario Party: Island Tour hit 3DS Nov. 22 », sur Joystiq,‎
  31. (en) « Game Credits for The Legend of Zelda: A Link Between Worlds », sur MobyGames (consulté le 14 décembre 2014)
  32. (en) « Aonuma discusses Zelda: A Link Between Worlds’ music », sur nintendoeverything.co,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  33. (en) « Zelda: A Link Between Worlds team never considered using a live orchestra for the game’s music », sur nintendoeverything.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  34. (en) « A Link Between Worlds Trailer Contains a Musical Easter Egg », sur escapistmagazine.com,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  35. (en) « Club Nintendo Japan to release A Link Between Worlds soundtrack », sur vgmonline.net,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  36. « La musique de Zelda : A Link Between Worlds sur le Club Nintendo », sur jeuxvideo.com,‎ (consulté le 19 février 2015).
  37. (en) « The Legend Of Zelda: A Link Between Worlds review », sur Edge,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  38. (en) Chandra Nair, « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds - 94% in ONM », sur officialnintendomagazine.co.uk,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  39. (en) Christian Donlan, « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds Review », sur Eurogamer,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  40. « The Legend of Zelda : A Link Between Worlds », sur Gamekult,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  41. (en) Martin Gaston, « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds Review », sur GameSpot,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  42. (en) Keza MacDonald, « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds Review », sur IGN,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  43. Romendil, « Test The Legend of Zelda : A Link Between Worlds », sur Jeuxvideo.com,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  44. (en) « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds », sur GameRankings (consulté le 14 décembre 2014)
  45. (en) « The Legend of Zelda: A Link Between Worlds », sur Metacritic (consulté le 14 décembre 2014)
  46. (en) « The Legend of Zelda: Skyward Sword », sur MobyGames (consulté le 14 décembre 2014)
  47. « The Legend of Zelda : A Link Between Worlds preview », sur Jeuxvideo.com,‎
  48. (en) « Top Selling Softwares Sales Units », sur nintendo.co.jp (consulté le 24 septembre 2014)
  49. Alex Wawro, « Pokemon beats Mario to most popular 3DS game », Gamasutra, UBM plc,‎ (consulté le 24 septembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]