La Maison sans clef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis The House Without a Key)
Aller à : navigation, rechercher
La Maison sans clef
Auteur Earl Derr Biggers
Version originale
Titre original The Chinese Parrot
Éditeur original Curtis Publishing Company
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1926
Version française
Traducteur Michael Maltravers[1]
Lieu de parution Paris
Éditeur Club du livre policier
Collection Les Classiques du roman policier no 38
Date de parution 1966
Nombre de pages 465
Série Charlie Chan
Chronologie
Le Perroquet chinois Suivant

La Maison sans clef (The House Without a Key) est un roman policier américain d'Earl Derr Biggers, paru en 1925. Il s'agit du premier titre de la série policière mettant en scène le détective Charlie Chan.

Le roman est d'abord adapté en français dans une traduction tronquée de Jean Privat pour les éditions des Loisirs en 1939. Il est ensuite traduit intégralement en français par Michael Maltravers pour le Club du livre policier en 1966.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se situe à Honolulu vers 1925. John Quincy Winterslip est chargé par sa très puritaine famille de Boston de faire le voyage pour Hawaï afin de prier sa tante, Miss Minerva Winterslip, de regagner le bercail. Il fait une halte à San Francisco chez son cousin, Roger Winterslip ; fait la connaissance, pendant la traversée, de Carlota Maria Egan, puis, sitôt débarqué, apprend la nouvelle du décès de Dan Winterslip, chez lequel séjournait sa tante. L'enquête est menée par le capitaine Hallet, secondé par Charlie Chan. Le passé de Dan s'avère troublant. Qui avait intérêt à le faire disparaître ? James Egan, propriétaire de l'hôtel du "Récif et des Palmes" ? Thomas Macan Brade, un négrier qui est réapparu à l'hôtel ?

Adaptation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'abord paru en France en 1939 dans une traduction tronquée de Jean Privat aux éditions des Loisirs sous le titre Charlie Chan revient, le roman connaît sa première traduction intégrale en 1966.