The Complete Manual of Suicide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Complete Manual of Suicide
Auteur Wataru Tsurumi
Genre développement personnel
Version originale
Titre original 完全自殺マニュアル
Langue originale Drapeau du Japonjaponais
Pays d'origine Japon
Date de parution originale 1993
Version française
Lieu de parution Drapeau du Japon Japon
Type de média imprimé
Nombre de pages 198
ISBN 978-4872331264
Chronologie
Our "Complete Manual of Suicide" Suivant

The Complete Manual of Suicide (en japonais : 完全自殺マニュアル : Kanzen Jisatsu Manyuaru, littéralement : « Mode d'emploi complet du suicide ») est un livre rédigé initialement en japonais par Wataru Tsurumi. Cette version a été publiée le 4 juillet 1993 et s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires au Japon. Il a été plus tard traduit en anglais. Ce livre de 198 pages contient des descriptions détaillées de différents modes de suicide, tels la surdose mortelle, la pendaison par le cou, le saut suicidaire et l'intoxication au monoxyde de carbone. Il ne s'adresse pas aux personnes qui souhaitent mettre fin à leur vie à cause d'une maladie mortelle. L'auteur ne montre aucune préférence pour des techniques sans douleur ou honorables. Néanmoins, pour chaque mode, il juge de l'intensité de la douleur provoquée par son application, de l'effort de préparation, de l'apparence du corps après avoir subi la technique et du taux de succès.

Description[modifier | modifier le code]

Le livre est un mode d'emploi ; l'auteur ne s'est pas attardé aux raisons philosophiques qui peuvent inciter une personne à mettre fin à sa vie par le suicide, mais pose la question : « Pourquoi doit-on vivre ? » Wataru liste les modes de suicide les uns après les autres et en fait une analyse détaillée.

Son livre regroupe les modes en 11 catégories :

  1. Surdose
  2. Pendaison
  3. Auto-défenestration
  4. Coupe des poignets ou de la carotide
  5. Collision automobile
  6. Intoxication aux gaz
  7. Électrocution
  8. Noyade
  9. Auto-immolation
  10. Congélation
  11. Autres

Chaque chapitre débute par un tableau qui contient : l'intensité de la douleur provoquée par la technique, l'effort de préparation, l'apparence du corps après avoir subi la technique, l'incidence sur le comportement des autres et le taux de succès. Chacun de ces items est noté sur une échelle allant de 1 à 5, le plus élevé.

Réactions du public[modifier | modifier le code]

Au Japon, le code criminel censure uniquement les livres contenant des descriptions explicites des organes sexuels. Pour cette raison, ce livre n'a pas été censuré par le gouvernement japonais. Quelques préfectures ont jugé le livre yugaitosho (« livre blessant pour les jeunes »), ce qui a restreint sa vente aux mineurs, alors que d'autres préfectures ont préféré ne pas juger de son contenu. La presse japonaise a rapporté plusieurs cas de suicides d'adolescents ou d'adultes où le livre a été trouvé près du corps.

Le livre n'encourage ni ne s'oppose au suicide. Il ne conseille pas aux lecteurs de rechercher de l'aide s'ils envisagent de se suicider, mais certaines méthodes sont qualifiées de « complètement indolores » ou de « merveilleuses expériences » (taux de succès élevé). L'auteur jette un regard critique sur certains modes de suicide populaires qui ont un très faible taux de réussite. Pour cette raison, certain observateurs de la société japonaise affirment que le livre a fait augmenter le taux de suicide au Japon. Certains vont même jusqu'à affirmer que le Japon affiche un taux de suicide élevé à cause de la diffusion de méthodes ayant un taux de succès plus élevé[1], mais l'incidence de ce livre sur le taux de suicide est inconnue.

Après maintes controverses et plusieurs débats, l'auteur a publié une suite, 僕達の完全自殺マニュアル : « Notre opinion sur le "Mode d'emploi complet du suicide" » (ISBN 978-4872331530), qui contient des lettres d'admirateurs et des courriers haineux qu'il a reçus. Ce deuxième livre aurait incité le public public japonais à porter son regard sur les raisons qui amènent une personne à se suicider ; la controverse s'est éteinte par la suite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Trends in mortality from suicide, 1965-99 », Acta Psychiatr Scand, vol. 108, no 5,‎ novembre 2003, p. 341-9

Articles connexes[modifier | modifier le code]