The Bride of Abydos (Lord Byron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Fiancée d'Abydos (homonymie).
The Bride of Abydos
Image illustrative de l'article The Bride of Abydos (Lord Byron)
La fiancée d’Abydos par Delacroix, 1849, Musée des Beaux Arts de Lyon

Auteur George Gordon Byron
Genre Poème
Pays d'origine Grande-Bretagne
Lieu de parution Londres
Éditeur John Murray
Date de parution 1813
Chronologie
Précédent 'Le Giaour' 'Le Valseur' Suivant

The Bride of Abydos (La Fiancée d’Abydos) est un poème de Lord Byron publié en 1813, faisant partie de ses poèmes orientaux.

Résumé[modifier | modifier le code]

Selim et Zuleïka, les enfants du Pacha Giaffir, s'aiment d'un amour qui semble impossible. Zuleïka doit être prochainement mariée à un homme qu’elle n’a jamais vu. Selim donne rendez vous une nuit à Zuleïka dans une grotte et lui fait des confidences : il n'est pas le fils de Giaffir, mais d'un de ses ennemis qu'il a fait empoisonner. Selim, qui explique qu'il est devenu pirate, propose à Zuleïka de partir avec lui. Mais Zuleïka n'a pas le temps de lui répondre que Giaffir et ses hommes les surprennent. Ils se lancent à la poursuite de Selim, qui meurt en rejoignant son navire. Zuleïka meurt de chagrin instantanément. Une rose témoigne de leur histoire.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Ce poème a été écrit après que l'auteur eut traversé le détroit des Dardanelles à la nage entre Abydos et Sestos pour imiter le personnage de la mythologie grecque, Léandre, qui traversait le détroit la nuit pour aller retrouver sa bien-aimée Héro, prêtresse d'Aphrodite à Sestos[1].

Par la suite, certains y ont vu une allusion aux amours coupables de Lord Byron avec sa demi-sœur Augusta Leigh.

Il a inspiré le tableau d’Eugène Delacroix, La fiancée d’Abydos, dont il existe deux versions, une au Louvre, l’autre au Musée des Beaux Arts de Lyon.

Source[modifier | modifier le code]

Œuvres complètes de Lord Byron, traduction de Benjamin Laroche, 1847

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir (en) George Gordon Byron, The Works of Lord Byron, vol. 2, John Murray,‎ 1831 (lire en ligne), p. 199-251.

Article Connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Œuvres complètes de Lord Byron disponible sur Gallica