The Beatles (série télévisée d'animation)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Beatles (homonymie).

The Beatles est une série de dessins animés mettant en scène le groupe éponyme, diffusée aux États-Unis entre septembre 1965 et septembre 1969. Cette série, qui est diffusée le samedi matin, est destinée aux enfants et servira d'inspiration au long-métrage Yellow Submarine. Le groupe intervient dans leur précédent look, c'est-à-dire sans moustaches ni lunettes. Les voix des personnages n'avaient plus rien en commun avec celles des Beatles, leur accent de Liverpool ayant été considéré comme difficilement compréhensible par le public américain.

Lancement de la série[modifier | modifier le code]

En novembre 1964, King Features Syndicate, un distributeur américain de dessins animés et de bandes dessinées, annonce qu'une série sur les Beatles est en route. Elle adopte le ton de A Hard Day's Night. Chaque demi-heure contient deux chansons et nécessite un mois de travail pour soixante-dix artistes. En Angleterre, vingt-six épisodes sont réalisés par TCV, une société d'animation de Soho, et vingt-six autres sont répartis entre des équipes en Australie et au Canada.

À l'origine, les Beatles sont censés improviser les dialogues, ce qui s'avère impossible, si bien que deux acteurs les remplacent. L'américain Paul Frees se charge de John Lennon et de George Harrison tandis que le comique anglais Lance Percival, qui participera au dessin animé Yellow Submarine, incarne Paul McCartney et Ringo Starr. Ni l'un ni l'autre ne sont convaincants. Un artiste du nom de Peter Sander dessine les modèles des Beatles animés en s'appuyant sur leurs caricatures dans A Hard Day's Night. Ses feuilles de style comprennent les lignes directrices suivantes :

  • John Lennon fait des grimaces surtout après avoir donné un ordre. On peut utiliser des gestes showbiz un peu efféminés. Cela donne l'impression que Lennon ne prend pas au sérieux son boulot de leader.
  • Paul McCartney est le Beatle le plus posé et le plus stylé. Il regarde droit dans les yeux tous ceux à qui il s'adresse. Il s'excite dès que John dit quelque chose.
  • George Harrison ne regarde jamais ceux à qui il parle. Donne presque toujours l'impression de froncer les sourcils. Toujours adossé contre quelque chose. Épaules voûtées, mains dans les poches, jambes croisées.
  • Ringo Starr a toujours l'air un peu désarticulé quand il marche ou qu'il se tient debout. Sa lèvre inférieure doit avancer, ses cheveux doivent être longs sur la nuque et hirsutes, sa bouche doit former une ligne ondoyante. Quand Ringo fait une remarque drôle et qu'il rit, il plisse les yeux.

Les intrigues sont, dans l'ensemble, des histoires farfelues préfigurant Help!, qui doivent s'articuler autour des deux chansons choisies pour chaque épisode. Les émissions produites en Australie ont la désagréable tendance à inclure certains stéréotypes, par exemple des caricatures d'Asiatiques dans le rôle des méchants, leur donnant un ton xénophobe prononcé. Cependant, la série cartonne aux États-Unis dès ses débuts en septembre 1965 et pulvérise sans peine l'audimat. Mais les Beatles la détestent. Lennon se plaint qu'on les fasse ressembler « à ces foutus Pierrafeux » et elle n'est jamais correctement diffusée en Angleterre, à l'exception de quelques épisodes sur des chaînes régionales privées au milieu des années 70 et à la fin des années 80. Les archives des scénarios de King et les celluloïds sont détruits au début de la décennie suivante. Depuis, Apple a racheté les droits, mais ne paraît pas disposé à remettre la série en circulation.