The Act of Killing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Act of Killing

Titre original Jagal
Réalisation Joshua Oppenheimer
Sociétés de production Final Cut for Real
Pays d’origine Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Documentaire
Sortie 2012
Durée 159 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Act of Killing (indonésien : Jagal) est un film documentaire dano-britannico-norvégien réalisé par Joshua Oppenheimer, sorti en 2012[1].

Le film traite de la banalité de la violence et des meurtres au cours des massacres de 1965 en Indonésie, en s'intéressant en particulier aux assassins.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film évoque le mouvement du 30 septembre 1965 en Indonésie à travers les yeux d'auteurs des massacres qui ont suivi causant la mort de 500 000 à un million de personnes, notamment Anwar Congo et Adi Zulkadry qui faisaient partie d'escadrons de la mort. Anwar a à lui seul assassiné environ 1 000 personnes, généralement en les étranglant avec un câble. Il est aujourd'hui un des fondateurs du groupe paramilitaire d'extrême droite indonésien Pemuda Pancasila, et n'a jamais été inquiété pour ses crimes.

Lorsqu'ils y sont invités par le réalisateur, Anwar et ses amis reconstituent volontiers les tueries pour les caméras, où ils évoquent leurs souvenirs et leurs sentiments. Les scènes sont reproduites dans le style de leurs films favoris : film de gangster, western et film musical. Certains des amis d'Anwar réalisent devant la caméra qu'ils ont mal agi. D'autres s'inquiètent plutôt des conséquences du film sur leur image publique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a reçu un accueil international très positif. L'agrégateur de critiques Rotten Tomatoes lui donne une note de 95 % de critiques positives avec une moyenne de 8,7/10 sur 132 critiques. Le site résume le film ainsi : « Brut, terrifiant, pénible à regarder, The Act of Killing offre un exemple bouleversant du pouvoir édifiant et dérangeant du cinéma documentaire[2]. » Le site Metacritic lui donne la note de 89/100 basée sur 30 critiques[3].

Le magazine The Village Voice l'a qualifié de « chef-d'œuvre »[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Catherine Shoard, « The Act of Killing – Review », The Guardian,‎ 14 septembre 2012 (consulté le 16 septembre 2013)
  2. “Raw, terrifying, and painfully difficult to watch, The Act of Killing offers a haunting testament to the edifying, confrontational power of documentary cinema.”. (en) « The Act of Killing », Rotten Tomatoes (consulté le 16 septembre 2013)
  3. (en) « The Act of Killing », Metacritic (consulté le 16 septembre 2013)
  4. (en) Nick Schager, « The Act of Killing Is a Masterpiece of Murder and the Movies », The Village Voice,‎ 17 juillet 2013 (consulté le 16 septembre 2013)
  5. http://www.thejakartapost.com/news/2012/09/15/actors-may-sue-director-lauded-film-pki-killings.html
  6. http://my.news.yahoo.com/feature-overnight-celebrity-act-killing-080007833.html
  7. http://www.thejakartapost.com/news/2012/09/30/1965-victims-protest-against-the-act-of-killing.html
  8. http://www.dfi-film.dk/berlin-2013/berlin-2013/the-act-of-killing-3

Liens externes[modifier | modifier le code]