Theódoros Katsanévas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Theodore Katsanevas (Θεόδωρος Κατσανέβας, né en 1947 à Athènes) est un homme politique et universitaire[1] grec. Il a été membre du parlement grec de 1989 à 2004[2], sous l'étiquette PASOK.

Biographie[modifier | modifier le code]

Katsanevas est diplômé en économie de l'Université du Pirée, il a obtenu un mastère de l'université de Warwick en Angleterre et un doctorat en économie du travail de la London School of Economics. Il est professeur d'économie du travail à l'université du Pirée[2]. Il a pris part à la résistance contre le Dictature des colonels, et a été parmi les fondateurs du PASOK.

En 1981, il était parmi les rédacteurs du programme du gouvernement Andréas Papandréou I. Il est ensuite nommé à l'Agence d'État pour l'emploi, puis passe à l'Institut de la sécurité sociale en 1985. En 1989 et jusqu'en 2004, il a été élu dans le deuxième arrondissement de Athènes pour le PASOK.

Il est marié à la fille d'Andréas Papandréou (1919-1996). Ce dernier, dans son testament, l'accuse d'être une « honte pour la famille »(όνειδος της οικογένειας)[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9], ainsi que de chercher à profiter de son héritage politique et de celui de son fils Geórgios[10], deux anciens premiers ministres grecs[11],[3],[12].

En 1998, le journaliste Spyros Karatzaferis publie dans le journal όνειδος une photo de Katsanevas avec la légende de relatant ce fait. En 2003, cette journaliste est condamnée pour diffamation par un tribunal à Athènes à indemniser Katsanevas de 10 millions de drachmes (environ 30 000 euros). En février 2014, Katsanevas intente une poursuite judiciaire, en demandant une compensation de 200 000 euros et une peine d'un an de prison, contre l'un des contributeurs de la Wikipédia en grec, cette dernière rapportant cette information dans ses pages. En effet, Katsanevas croit que Diu, un administrateur, a ajouté l'information dans el:Θεόδωρος Κατσανέβας. Il poursuit en même temps l'association ELLAK (aussi appelée GFOSS) qui promeut le libre/open source, croyant qu'elle est responsable du contenu de cette Wikipédia[1],[13].

Le 1er mai 2013, Katsanévas fonde Drachme Mouvement démocratique grecque cinq étoiles (ΔΡΑΧΜΗ, Ελληνική Δημοκρατική Κίνηση Πέντε Αστέρων), en s'inspirant du Mouvement 5 étoiles en Italie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Theodore Katsanevas » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) Michelle Paulson, « Wikimedia Foundation supports Wikipedia user subject to defamation lawsuit in Greece — Wikimedia blog », Wikimedia Foundation (consulté en 14 février 2014)
  2. a et b (en) « Theodore Katsanevas, MA (Warwick), PhD (LSE) », Université du Pirée (consulté en 14 février 2014)
  3. a et b (en) « [15] Reactions to Papandreou's will », Athens News Agency,‎ 13 septembre 1996 (lire en ligne)
  4. (en) « Katsanevas Papandreou • Disinherited children contest Papandreou's will Greek premier had left entire estate to widow », Baltimore Sun (consulté le 2014-02-15)
  5. (en) « Papandreous' legacy », SFGate (consulté le 2014-02-15)
  6. (el) « Διαμάντια & σκουπίδια - πολιτισμός », tovima.gr (consulté le 2014-02-14)
  7. (el) « Διαθήκη εκ του διατίθημι », protagon.gr (consulté le 2014-02-14)
  8. (el) « Η διαθήκη σε... δίκη », tovima.gr (consulté le 2014-02-14)
  9. (it) « Atene: il fattore Mimi' s' abbatte sul voto », archiviostorico.corriere.it (consulté le 2014-02-14)
  10. (el) « Οι διαθήκες του Ανδρέα Παπανδρέου », Ριζοσπάστης,‎ 1996-09-13 (lire en ligne)
  11. (en) « Andreas Papandreou's wills opened Dimitra Liani receives archives », Athens News Agency,‎ 13 septembre 1996 (lire en ligne)
  12. (en) « Two wills of the late Andreas Papandreou submitted to the Court », Athens News Agency,‎ 13 septembre 1996 (lire en ligne)
  13. (en) Kostas Efimeros, « How a Greek politician is attempting to rewrite history by suing Wikipedia, the online encyclopedia he doesn’t understand », sur thepressproject.net,‎ 2014-02-13 (consulté le 2014-02-15)

Liens externes[modifier | modifier le code]