Thaumarchaeota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thaumarchaeota

Description de l'image  Defaut 2.svg.
Classification
Règne Archaea

Embranchement

Thaumarchaeota
Brochier-Armanet et al., 2008[1]

Attention : Le titre d'affichage «<span lang="la"><i>Thaumarchaeota</i></span>» remplace l'ancien titre d'affichage «<i>Thaumarchaeota</i>».

Classification phylogénétique

Position :

Les Thaumarcheota sont un embranchement (phylum) du règne des archées proposé en 2008 après le séquençage du génome de Cenarchaeum symbiosum qui avait révélé des divergences sensibles avec les autres membres du phylum hyperthermophile des Crenarchaeota[2],[3] ; Nitrosopumilus maritimus, Nitrososphaera viennensis et Nitrososphaera gargensis sont également rattachées à ce phylum[3]. Tous ces organismes sont chimiolithoautotrophes par oxydation de l'ammoniac et pourraient jouer un rôle important dans les cycles biogéochimiques tels que le cycle de l'azote et le cycle du carbone.

Ce phylum a été proposé sur la base de données phylogénétiques telles que les séquences de gènes d'ARN ribosomique et la présence d'une forme d'ADN topoisomérase de type I qui était auparavant considérée comme unique aux eucaryotes[3],[4]. Cette hypothèse a été confirmée par une analysée plus poussée publiée en 2010 qui a examiné les génomes deux archées capables d'oxyder l'ammoniac, Nitrosopumilus maritimus et Nitrososphaera gargensis, concluant que ces espèces forment bien une lignée distincte qui comprend Cenarchaeum symbiosum[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence NCBI : Thaumarchaeota (en)
  2. (en) Maria Tourna, Michaela Stieglmeier, Anja Spang, Martin Könneke, Arno Schintlmeister, Tim Urich, Marion Engel, Michael Schloter, Michael Wagner, Andreas Richter et Christa Schleper, « Nitrososphaera viennensis, an ammonia oxidizing archaeon from soil », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 108, no 20,‎ 17 mai 2011, p. 8420-8425 (lire en ligne) DOI:10.1073/pnas.1013488108 PMID : 21525411
  3. a, b et c (en) Céline Brochier-Armanet, Bastien Boussau, Simonetta Gribaldo et Patrick Forterre, « Mesophilic crenarchaeota: proposal for a third archaeal phylum, the Thaumarchaeota », Nature Reviews Microbiology, vol. 6,‎ mars 2008, p. 245-252 (lire en ligne) DOI:10.1038/nrmicro1852 PMID : 18274537
  4. (en) Céline Brochier-Armanet, Simonetta Gribaldo et Patrick Forterre, « A DNA topoisomerase IB in Thaumarchaeota testifies for the presence of this enzyme in the last common ancestor of Archaea and Eucarya », Biology Direct, vol. 6, no 3,‎ 23 décembre 2008, p. 245-252 (lire en ligne) DOI:10.1186/1745-6150-3-54 PMID : 19105819
  5. (en) Anja Spang, Roland Hatzenpichler, Céline Brochier-Armanet, Thomas Rattei, Patrick Tischler, Eva Spieck, Wolfgang Streit, David A. Stahl, Michael Wagner et Christa Schlepers, « Distinct gene set in two different lineages of ammonia-oxidizing archaea supports the phylum Thaumarchaeota », Trends in Microbiology, vol. 18, no 8,‎ 12 juillet 2010, p. 331-340 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.tim.2010.06.003 PMID : 20598889