Thankful Village

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thankful Village (village reconnaissant aussi connu comme Blessed Village, village béni[1]) désigne des localités d'Angleterre et du pays de Galles qui n'ont perdu aucun de leurs habitants ayant servi dans les forces armées pendant la Première Guerre mondiale.


Le terme de Thankful Village fut popularisé par l'écrivain Arthur Mee dans les années 1930. Dans Enchanted Land (1936), le volume introductif à la série des guides The King’s England, il écrivit qu'un Thankful Village était un village n'ayant perdu aucun homme pendant la Grande Guerre car tous ceux qui étaient partis au combat en étaient revenus. Sa liste initiale identifiait ainsi 32 villages.

En novembre 2010, de nouvelles recherches[2] identifièrent 52 paroisses civiles en Angleterre et au Pays de Galle n'ayant perdu aucun soldat. Il n'y par contre aucun village ou paroisse en Écosse ou en Irlande-du-Nord n'ayant perdu aucun de ses habitants pendant cette guerre[3].

Quatorze de ces villages anglais ou gallois sont considérés comme « doubly thankful » car ils n'ont perdu aucun habitant ayant servi dans les forces armées, ni pendant la Première, ni pendant la Seconde Guerre mondiale[3] Ils sont identifiés par un (D) dans la liste ci-dessous.

En France, où le coût humain de la Première Guerre mondiale fut plus élevé qu'en Grande-Bretagne, Thierville, en Normandie, est le seul village français n'ayant perdu aucun homme pendant la Première Guerre mondiale et donc aucun monument aux morts n'y fut construit après le conflit. Thierville n'a non plus subi aucune perte parmi ses habitants ayant combattu durant la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. St Cyrus - un exemple de l'usage de "Blessed Villages".
  2. (en) Norman Thorpe, Rod Morris and Tom Morgan, « The Thankful Villages », Hellfire corner (consulté le 18 November 2010).
  3. a et b (en) Jon Kelly, « Thankful villages: The places where everyone came back from the wars », BBC News Magazine, BBC News,‎ 11 November 2011 (consulté le 12 November 2011).
  4. Jérôme Duhamel (Paris 1990). Grand Inventaire du Génie Français, p.196: "Entre 1919 et 1925, un monument aux morts fut érigé dans toutes les communes de France à une exception, le village de Thierville dans le département de l'Eure, le seul village français qui n'a aucun mort à pleurer, ni en 1870, ni en 14-18, ni en 39-45".

Source[modifier | modifier le code]