Thalassémie alpha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thalassémie alpha
Référence MIM 604131
Transmission Récessive
Chromosome 16pter-p13.3
Gène HBA1-HBA2-HBZ
Empreinte parentale Non
Mutation Délétion surtout mutation ponctuelle parfois
Nombre d'allèles pathologiques Plus de 45 mutations connues
Maladie génétiquement liée Syndrome ATR 16
Diagnostic prénatal Possible
Liste des maladies génétiques à gène identifié

La thalassémie alpha est une maladie génétique en rapport avec une anomalie de la synthèse de la chaîne alpha de l'hémoglobine, se traduisant par une anémie plus ou moins prononcée. Il s'agit de l'une des deux formes de thalassémies, l'autre étant la thalassémie bêta.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

L'hémoglobine normale est constituée de quatre sous unités : deux chaînes alpha et deux chaînes bêta.

La chaîne alpha est sous le contrôle de quatre allèles. On distingue, suivant le nombre d'allèles atteint :

  • l'hémoglobine Barts lorsque les quatre allèles de l'hémoglobine alpha sont absents ou inactifs, entraînant une maladie du foetus létale in-utéro ou peu après la naissance,
  • l'hémoglobine H lorsque les trois des quatre allèles de l'hémoglobine alpha sont absents ou inactifs,
  • le trait thalassémique alpha lorsque deux allèles sont mutés
  • la thalassémie alpha plus pour un seul allèle muté.

Le gène thalassémique comporte le plus souvent une délétion (génétique)[1].

La concordance des zones endémiques pour le paludisme et de celles ayant une proportion élevée de thalassémie alpha fait évoquer l'hypothèse que cette dernière pourrait avoir un rôle protecteur contre le plasmodium[2].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Elle est essentiellement présente chez les populations issues des régions tropicales et la prévalence mondiale du portage d'un allèle muté atteint 5 %[3].

Forme clinique[modifier | modifier le code]

La forme fœtale est la manifestation la plus sévère avec l'apparition précoce d'un anasarque : ascite, épanchement péricardique, épanchement pleural, œdème généralisé, anémie microcytaire et hydramnios. Le nouveau-né présente une splénomégalie avec hépatomégalie, une érythropoïése extra-médullaire, une hydrocéphalie, des malformations cardiaques et uro-génitales. Le décès survient rapidement. Cette forme est due à la présence de l'hémoglobine Bart

La forme classique par hémoglobine H est une anémie hémolytique microcytaire avec ictère, hépatomégalie, splénomégalie et quelques fois des anomalies osseuses de la thalassémie béta.

Les porteurs du trait thalassémique alpha ont une microcytose, une hypochromie et un pourcentage anormal d'hémoglobine A2 et F.

Les porteurs d'une thalassémie alpha plus ne présentent pas d'anomalie à la numération formule sanguine ou des anomalies mineures.

La recherche de mutation du gène HBA1 et HBA2 est positif dans 90 % des cas.

Traitement[modifier | modifier le code]

Aucun traitement n'est disponible en cas d'anasarque fœtal.

Les porteurs de l'hémoglobine H pourront bénéficier de transfusion de culot globulaire en cas d'anémie sévère avec retentissement viscéral. Une splénectomie sera parfois nécessaire. Les traitements à base de fer et certains antipaludéens seront à éviter chez ces individus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Galanello R, Cao A, Gene test review: alpha-thalassemia, Genet Med, 2011;13:83-88
  2. Flint J, Hill AV, Bowden DK et al. High frequencies of alpha-thalassaemia are the result of natural selection by malaria, Nature, 1986;321:744-750
  3. Piel FB, Weatherall DJ, The α-Thalassemias, N Engl J Med, 2014;371:1908-1916